France Dimanche > Actualités > Cristina Cordula : Les 10 secrets de son mariage de rêve en Italie !

Actualités

Cristina Cordula : Les 10 secrets de son mariage de rêve en Italie !

Publié le 29 juin 2017

Bague, préparatifs, choix de la robe, mets délicats… 
On vous dit tout sur les noces  de l’animatrice de M6 : Cristina Cordula

Convoler à Capri, le comble du chic

L’île italienne chère à Jackie Onassis – un bout de terre très jet-set, long de 6 km et large de 3, planté dans la mer Tyrrhénienne –, ne pouvait que plaire à la reine du shopping, avec ses boutiques de mode ultra-glamour. Accompagnée d’une wedding planner (personne chargée de l’organisation du mariage), la jolie quinquagénaire, qui a l’habitude d’y passer ses vacances avec l’homme de sa vie, s’y est rendue trois fois durant l’année pour tout caler : dénicher un endroit romantique, tester les fleuristes, concevoir les menus avec les cuisiniers…

Des noces à rallonge

Si la cérémonie officielle était prévue le jeudi 8 juin 2017, le coup d’envoi des festivités a été donné dès le mardi 6 juin à 19 h, sur la terrasse panoramique de l’hôtel Caesar Augustus, un Relais et Châteaux classé cinq-étoiles situé à Anacapri, lors d’un cocktail dînatoire face au soleil couchant. La divine présentatrice de 52 ans a sorti le grand jeu, moulée dans une « magnifaïk » robe courte ornée de tulle, dénichée chez Giambattista Valli. Aux pieds, la Carioca avait chaussé des espadrilles à ruban légèrement compensées, idéales pour onduler au rythme de la bossa nova, avec le golfe de Naples en toile de fond.

->Voir aussi - Cristina Cordula : Au cœur d'un scandale !

Ils se sont rencontrés chez des amis communs

Un jour, Cristina, fatiguée, hésitait à aller à une soirée à laquelle elle était invitée. Heureusement, l’amie brésilienne qu’elle hébergeait alors pour quelques temps, l’a forcée à s’y rendre. Ce n’est qu’à 4 h du matin qu’elle a enfin remarqué Frédéric. Le courant est passé. « Je ne m’attendais vraiment pas à rencontrer quelqu’un ce soir-là », dit-elle. Cette jolie romance dure depuis quatre ans.

Fred a fait sa demande le jour de la Saint-Valentin

Il y a plus d’un an, le jour de la fête des amoureux, son prétendant a scotché l’animatrice en dégainant de la poche de sa veste un écrin Cartier où scintillait une bague Panthère en diamant. À la question rituelle : « Veux-tu m’épouser ? » la star de M6, conquise, a répondu immédiatement « Oui ! » S’en est suivi un dîner romantique au restaurant. « C’était fabuleux. Frédéric est le premier homme qui m’ait demandé ma main », a-t-elle avoué à Gala. L’heureux élu : à la fois bling-bling et cool Le « chééériii » de la superbe animatrice ou la « chaussure à son pied », comme elle le surnomme, s’appelle Frédéric Cassin. Un homme d’affaires de 56 ans, spécialisé dans la distribution de cosmétiques en Asie du Sud-Est. Le prince charmant, qui avoue un faible pour la mode – qui se ressemble s’assemble, dit-on –, a jeté son dévolu sur un costume de marié sur mesure de chez Brioni, le ­tailleur de luxe préféré du président américain Donald Trump. Un complet cousu main au style raffiné que l’élégant entrepreneur a choisi bleu marine, assorti à ses baskets en cuir. Aucun fashion faux pas (faute de goût) à déplorer, pour convoler avec sa fiancée : monsieur Cordula était « sublaïme ».

->Voir aussi - Cristina Cordula : Elle nous présente l'homme de sa vie !

125 convives venus des quatre coins du monde

Les familles et les amis du couple ont tous répondu présent, dont l’animateur Laurent Ruquier et l’humoriste Bérengère Krief. La généreuse Cristina a tenu à les chouchouter en leur concoctant un programme des plus alléchants : déambulations dans les ruelles de Capri, balades en mer pour admirer la villa Malaparte – là où Godard tourna Le mépris –, ce joyau d’architecture perché sur une falaise, pause cappuccino sur la célèbre Piazzetta, déjeuner au restaurant sur pilotis Torre Saracena, beach party au Riccio, avec transats, pasta à volonté et baignades à gogo. La dolce vita…

Du jaune soleil pour une robe de mariée haute couture

Cristina a mis huit mois avant d’opter finalement pour une extravagante création haute couture imaginée par le styliste romain Giambattista Valli, repérée lors d’un défilé. Six essayages ont été nécessaires pour ajuster, en compagnie du couturier, ce fourreau plissé très décolleté. Une routine pour l’ancien mannequin, qui a travaillé pour des maisons illustres comme Dior, Yves Saint Laurent et Chanel. Le jour J, elle s’est glissée, aidée par une amie, dans cette merveille qu’elle avait commandée en jaune, la « couleur du Brésil », dans sa chambre d’hôtel. Quand le futur marié l’a découverte, au dernier moment comme le veut la tradition, il n’a pu contenir son admiration : « Tu es la plus belle femme du monde », lui a-t-il alors murmuré à l’oreille.

La célébration, très émouvante, a fait pleurer la mariée

L’ex-top a été conduite à l’autel par son frère Saulo qui la tenait par le bras, mais c’est sa sœur Carolina qui a béni l’union, un geste symbolique très fort. Cristina n’a malheureusement pas pu partager son bonheur avec ses parents, aujourd’hui disparus. « À travers ma sœur, j’ai eu l’impression que papa nous parlait », a-t-elle confessé à Gala. Puis Enzo, son fils de 22 ans, a prononcé un discours, ainsi qualifié par la jeune mariée : « Un texte merveilleux, plein de maturité et d’intelligence, de bienveillance. Il m’avait prévenue et je redoutais cet instant car je savais que j’allais pleurer. »

Des alliances de chez Cartier, en toute simplicité

Des paillettes dans les yeux, Frédéric et Cristina se sont dit « oui » avant de se mettre la bague au doigt. Pour le plus beau jour de leur vie, ces deux chantres du bon goût avaient choisi une valeur sûre de la haute joaillerie en optant pour des alliances 
signées Cartier.

Une réception qui fleurait bon la fleur d’oranger et la pivoine

La fête qui a suivi la cérémonie s’est tenue au Lido del Faro, niché à la pointe de l’île, au pied d’un phare. Au menu : salade d’artichauts crus, risotto au parmesan, poisson en croûte de sel aux petits légumes et, en dessert, l’incontournable torta caprese, inoubliable gâteau local au chocolat et à la poudre d’amandes. Les amoureux n’ont rien laissé au hasard en optant pour des bougies parfumées à la fleur d’oranger, un parfum subtil et apaisant qui se fondait à merveille dans celui des bouquets de pivoines. En vrai mélomane, Fred s’est chargé de la bande-son. Douze musiciens triés sur le volet ont mis le feu avec des rythmes brésiliens sur lesquels s’est déchaînée la papesse du style. Fred a frappé un grand coup en interprétant une chanson qu’il avait écrite rien que pour sa belle : Capri, ce n’est pas fini, inspirée du tube culte d’Hervé Vilard. Elle a adoré, mais quand même, il fallait oser !

Sophie Marion

À découvrir