France Dimanche > Actualités > Danièle Évenou : La Formule 1, j'adore !

Actualités

Danièle Évenou : La Formule 1, j'adore !

Publié le 30 novembre 2007

Elle en rêvait. France Dimanche l'a fait. Nous l'avons emmenée sur le célèbre circuit du Castelet, où Danièle Évenou a pu conduire un bolide Renault

Prête à tout, volontiers casse-cou , ainsi est Danièle Évenou qui n'a pas hésité une seconde lorsqu'on lui a proposé ce défi un peu insensé ! L'événement, organisé par le constructeur Renault, présent depuis plus d'un siècle dans la compétition automobile, s'est déroulé sur le célèbre circuit du Castellet.

L'idée, pour Danièle et les apprentis fous du volant qui l'accompagnaient, consistait à vivre une journée complète dans la peau d'un pilote avec, au bout du compte, cet objectif un peu fou : conduire seule une Formule 1 ! « J'adore la F 1, on devrait tous avoir le droit de rouler vite comme ça !» s'est-elle écriée après coup. Et d'ajouter : « Je n'ai qu'une envie, c'est de revenir rouler comme ça, le cul par terre, mais je dois vous avouer que j'ai quand même quelques petites commotions au derrière !»

->Voir aussi - Danièle Évenou : Son fils lui fait un bouleversant cadeau d'amour

Monoplace

Mardi 20 novembre. Le jour est à peine levé qu'il faut démarrer, direction, le circuit du Castellet pour un premier tour de reconnaissance. Avant de passer à la F 1, les apprentis vont prendre le volant d'une Formule Renault, monoplace de près de 200 chevaux tout de même.

Loin d'être désarmée, après être passée entre les mains de physiothérapeutes qui ont vérifié son pouls et sa tension et d'avoir procédé à un échauffement des articulations et des muscles sollicités par l'exercice, voici notre Danièle qui enfile sa cagoule, son casque et ses gants pour embarquer à bord de ce premier petit bolide.

Une voiture où le confort est absent : pas de siège, l'on s'assoit à même la tôle ; les jambes sont allongées, très serrées dans le museau du véhicule ; les pédales sont très proches les unes des autres, celle du frein semble impossible à presser tant elle est dure, et le levier de vitesses est un petit pommeau qui rend vite douloureux l'intérieur de la main... « Ça me change de ma vieille Clio !», s'exclame l'actrice.

Logée dans cet habitacle hostile, Danièle Évenou fait rugir son moteur et s'élance. Les données de courses, récoltées par l'informatique indiqueront qu'elle a atteint une pointe de vitesse de plus de 160 km/heure. Dans cet engin, au ras du sol, sur une ligne droite qui fait à peine 800 mètres avec un virage en épingle au bout, c'est très impressionnant...

Et pourtant, Danièle qui, coquette, se recoiffe déjà, sort toute joyeuse et à peine secouée de cette session. « J'ai trouvé ça plutôt facile, c'est jouissif !» lâche-t-elle. Changement de décor l'après-midi : les « petites » Formule Renault cèdent leur place aux reines de la course, les Formule 1.

Ce ne sont plus 200, mais désormais 700 chevaux qui sont dans votre dos, qui vrombissent dans un hurlement assourdissant et qui peuvent vous propulser en 4 secondes à 200 km/h. Cette fois, au volant de ce véhicule phénoménal, notre actrice va se montrer nettement plus prudente, mais elle bouclera son tour sans l'ombre d'un souci, faisant désormais partie des rares personnes au monde à avoir eu en main la plus pointue des voitures de course.

Dernière frayeur, à peine descendue du bolide, la voilà qui doit s'engouffrer en tant que passagère dans une Formule 1 biplace afin d'éprouver les sensations réelles d'un tour effectué par un professionnel. Harnachée, elle quitte les stands dans un bruit d'enfer.

Dans le petit caisson d'acier, subissant des pressions incroyables sur le corps, à tel point que son souffle s'en trouve coupé dans les virages, elle va boucler son tour après avoir atteint 260 km/h dans la ligne droite. Eh bien, croyez-le ou non, cela ne semble pas l'avoir émue plus que cela.

Deux jours plus tard, Danièle Évenou admettait avoir encore la tête au Castellet en conduisant trop sportivement sa petite berline sur les routes de campagne... Gare aux PV, chère Marie Pervenche !

Cyril Bousquet

À découvrir