France Dimanche > Actualités > Enrico Macias : Dans un état désespéré !

Actualités

Enrico Macias : Dans un état désespéré !

Publié le 12 décembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Après de sérieux ennuis de santé, le chanteur Enrico Macias espérait pourtant beaucoup de ce séjour sur l'île de Kerkennah, en Tunisie…

Pauvre Enrico ! Cette fin d'année semble très rude pour lui. À croire que le destin a décidé de le prendre pour cible, tant il croule sous le poids des problèmes ! Et aujourd'hui, alors qu'il s'apprêtait sans doute à passer les fêtes enfin tranquille chez lui, le voilà menacé d'expulsion ! Comment le chanteur vit-il cette période cruelle, lui qui a toujours chanté l'amour et la paix ? Sans doute douloureusement. Vous vous souvenez peut-être qu'au début de l'année, il avait contracté le Covid. S'il avait eu la chance de survivre à ce fléau, une terrible chute alors qu'il marchait dans Paris l'avait, en mai dernier, conduit dans une chambre d'hôpital. Les médecins avaient rapidement constaté que le chanteur de 81 ans s'était cassé le col du fémur… Il avait dû être immédiatement opéré, afin de remplacer l'articulation de sa hanche par une prothèse.


S'en était suivie une longue période de convalescence, durant laquelle il avait cessé tout contact avec les médias… Plus de huit semaines durant, personne n'obtenait de ses nouvelles. Et ceux qui s'inquiétaient avaient bien raison de le faire, car, comme il le révélait plus tard au magazine belge Soir mag, pendant ces deux mois de mutisme, Enrico avait connu les affres de la dépression ! : « Ces soixante jours ont été difficiles à vivre, expliquait-il. Je dormais beaucoup, mais mal, car on me réveillait tôt le matin pour les soins. […] Pour être honnête, j'ai également connu des moments de forte déprime. »

Cette douleur de vivre, ressurgie à l'occasion de sa retraite pour sa rééducation, sans doute la doit-il en partie au traumatisme qu'il a éprouvé suite au procès perdu à la cour d'appel de Paris face à la banque Landsbanki Luxembourg, début 2020…

Peut-être avez-vous en mémoire cette incroyable affaire, débutée en 2007. En juillet de cette année-là, Enrico Macias avait contracté un emprunt de 35 millions d'euros auprès de la banque Landsbanki, garanti par deux biens immobiliers, dont la villa du chanteur à Saint-Tropez. Mais en 2008, la banque était déclarée en cessation de paiement et en liquidation. L'établissement demandait alors à l'artiste de rembourser son prêt, ce qu'il refusait. Accusant la banque de l'avoir escroqué – au même titre que le feront une centaine d'autres personnes –, Enrico intente alors une action judiciaire contre elle.

Durant ce premier procès, il déclare, bouleversé, au Parisien : « J'ai passé dix ans la peur au ventre de perdre mon seul bien. J'ai sué pour l'avoir. J'ai travaillé près de cinquante ans pour obtenir ce privilège d'avoir une belle propriété. » L'espoir chevillé au corps, le chanteur croit à sa bonne étoile. Mais en 2017, le tribunal correctionnel de Paris tranche en sa défaveur. Il a tout perdu !

Fou de douleur, il tente le tout pour le tout, et fait appel de la décision… Mais au début de ce mois de janvier, la justice a confirmé son premier jugement : Enrico est bien condamné à rembourser 30 millions d'euros ! Inutile de dire que ce verdict lui a certainement fait l'effet d'un coup de couteau dans le cœur. Et c'est fragilisé par cette terrible nouvelle qu'il a contracté le Covid-19 et s'est brisé le col du fémur.

Hélas, comme nous vous le disions, sa série noire ne s'est pas arrêtée là. Car ce qui reste aujourd'hui à l'artiste, ce qui a toujours guidé sa vie, c'est de pouvoir chanter. De partager avec les hommes et les femmes de tous les pays, des messages pleins d'amour. Cette passion, Enrico a toujours voulu, de tout son cœur, l'emmener sur sa terre natale, l'Algérie, où il est né, à Constantine. Mais certaines de ses prises de position l'ont jusqu'ici empêché de pouvoir le faire. En se présentant comme « juif berbère arabe », en soutenant régulièrement la politique d'Israël, il heurte la sensibilité de ceux qui s'opposent à cette même politique.

En février 2019, il avait projeté d'aller se produire au Maroc. Mais, hélas pour lui, des manifestations avaient eu lieu à Casablanca, pour protester contre sa venue, sous prétexte qu'il serait « un défenseur inconditionnel de l'occupation de la Palestine ». Malgré cette opposition, son concert avait bien eu lieu. Mais aujourd'hui, alors qu'il était parti pour achever sa convalescence sur l'île de Kerkennah, en Tunisie, afin d'y trouver un peu de cet Orient qu'il porte dans son cœur, le voilà à nouveau aux prises avec d'importantes contestations.

Comme le rapportent plusieurs médias locaux, la venue du chanteur aurait provoqué une vive colère de la part de diverses organisations ou associations qui refusent que l'artiste séjourne dans leur pays. Toujours au nom de son soutien à Israël. Ils ont demandé au gouvernement tunisien de « boycotter l'établissement qui abrite l'artiste et protester par tous les moyens légitimes contre son accueil ». Ils réclament clairement son expulsion, et ce, dans les plus brefs délais ! En résumé, le chanteur risque d'être jeté à la rue…

Espérons que ce grave différend trouvera bien vite une heureuse conclusion. Et qu'Enrico Macias pourra enfin se reposer, ici ou ailleurs, dans une ambiance plus douce, dont, comme nous tous, il a tant besoin en ces temps si troublés.

Laurence PARIS

À découvrir

Sur le même thème