France Dimanche > Actualités > Dany Boon : Battu par Fabrice Luchini !

Actualités

Dany Boon : Battu par Fabrice Luchini !

Publié le 16 octobre 2016

Les deux comédiens, Dany Boon et Fabrice Luchini s’étaient lancé un incroyable pari à propos de “Bienvenue chez les Ch’tis”… et c’est Fabrice qui a gagné.

Personne n’aime perdre un pari. D’abord parce qu’on se sent toujours un peu ridicule, obligé de reconnaître publiquement qu’on a eu tort. Ensuite parce qu’il faut bien remettre au vainqueur l’enjeu du pari en question, quand il y en a un.

Pourtant on ne risque pas beaucoup de se tromper en affirmant que Dany Boon a dû être très heureux de perdre celui qu’il avait engagé avec Fabrice Luchini, et même qu’il aurait été fort déçu s’il l’avait gagné. Ils l’ont révélé ensemble, le 18 septembre dernier, sur le canapé rouge de Vivement dimanche, où Michel Drucker les avait réunis. Un épisode dont même l’animateur ignorait tout, alors qu’il remonte à plusieurs années.

->Voir aussi - Dany Boon : Sa compagne nue, au lit, avec son amant !

L’affaire s’est nouée juste avant la sortie de Bienvenue chez les Ch’tis, en février 2008. Dany s’était rendu au Festival du film de comédie de l’Alpe-d’Huez, dont le président était, cette année-là, Fabrice Luchini. Un Dany Boon qui n’en menait pas large, ainsi qu’il l’a confié à Michel Drucker : « J’étais inquiet à propos de ce film, qui était mon deuxième après La maison du bonheur. Et même assez angoissé, et… »

À ce moment, incapable de rester silencieux plus de dix secondes d’affilée, Fabrice Luchini l’interrompt : « Et moi, je vois le film. Et je suis ébloui. Parce que je trouve que c’est un grand film. Et je lui dis [à Dany Boon] : “Tu n’as peut-être pas besoin du prix parce que ça va être un massacre.” Il me répond : “Arrête de penser que je suis puissant, arrête !” »

->Voir aussi - Fabrice Luchini : Ses propos chocs chez Michel Drucker

Enjeu

Et c’est alors que Fabrice Luchini se lance dans une prédiction assez hasardeuse, et même un peu folle : il affirme au réalisateur que son film va faire plus de 10 millions d’entrées ! Combien de films français atteignent et dépassent ce nombre ? Même pas un tous les dix ans ! C’est dire si l’affirmation de Luchini avait peu de chances de se réaliser. D’ailleurs, la réaction de Dany Boon ne se fait pas attendre : « Mais t’es malade ! T’es un malade mental ! »

Fabrice est si sûr de ce qu’il avance qu’il lance alors le pari. L’enjeu : une montre de prix signée par un horloger prestigieux. Si le film reste sous la barre fatidique des 10 millions d’entrées, c’est lui qui offrira le joyau à Dany ; sinon, eh bien ce sera l’inverse. Et les deux artistes se séparent là-dessus…

Affiche Ch'tisLe 20 février 2008, donc, Bienvenue chez les Ch’tis sort dans les salles. Le 4 mars, le film frôle déjà les 5 millions d’entrées rien que pour la France ! Et, finalement, quelques jours avant l’été, il franchit la barre des… 20 millions, et non pas les « modestes » 10 millions que Fabrice avait pronostiqués ! Il devient ainsi le film français numéro un, pulvérisant le record détenu depuis quarante ans par La grande vadrouille, avec un peu plus de 17 millions d’entrées.

On comprend donc pourquoi nous disions que jamais personne n’avait été plus heureux que Dany Boon de perdre un pari, et spécialement celui-là. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, comme l’ont rappelé les deux parieurs sur le divan de Michel Drucker.

C’est Fabrice Luchini qui raconte la suite : « Je jouais à Ramatuelle [dans le cadre du festival créé par Jean-Claude Brialy et dirigé depuis 2007 par Michel Boujenah, ndlr], il y avait beaucoup de monde. Et Dany est venu. Il est venu avec une boîte. Dans cette boîte, il y avait une extrêmement jolie montre. On ne va pas dire la marque… C’est une montre “très Deauville” mais ancienne. Haut de gamme ! »

À ce moment-là, on voit Luchini se lever du canapé et s’adresser directement à Dany Boon : « Tu es adorable. Et moi je pense que tu es une personne capable de faire oublier les trous d’air dans un avion ! »

Prise de bec

Un compliment assez curieux, mais bien dans la manière de cet imprévisible lutin qu’est Fabrice. Il prouve en tout cas que, entre ces deux hommes-là, il ne subsiste plus rien de la petite « prise de bec » qui a pu les opposer l’année dernière.

C’était au moment des élections régionales, en décembre. On se souvient que, entre les deux tours, deux régions pouvaient être remportées par le Front national… dont celle de Dany Boon, justement, qui porte désormais le nom de Hauts-de-France. Considérant cette éventuelle victoire comme peu souhaitable, Dany s’était fendu d’un appel sur sa page Facebook, qui disait ceci :

« Je ne peux pas croire que ma région, celle où je suis né, où j’ai grandi, où j’ai tout appris, que j’aime tant et que je mets en valeur dans mes spectacles et dans mes films depuis plus de vingt-cinq ans en vantant sa tolérance, son ouverture d’esprit, son sens de l’humour, sa générosité et son humanité, soit demain dirigée par un parti d’extrême droite. Je comprends le ras-le-bol, la peur, l’incertitude de l’avenir, mais je vous assure, mes biloutes, que voter pour l’extrême droite ne résoudra aucun des problèmes actuels, au contraire. Je vous aime. Dany Boon. »

Or, dès le lendemain, par le biais de Twitter cette fois, Dany se voyait vertement contré par son complice, qui publiait un billet laconique : « Les acteurs doivent respecter un devoir de réserve, de non-obscénité, parce qu’ils ne vivent pas les problèmes des gens. Fabrice Luchini. »

Heureusement, Dany ayant jugé plus sage de ne pas riposter à ce « tacle », la polémique s’était arrêtée là. Et leurs retrouvailles, l’autre dimanche, chez Drucker, ont prouvé qu’elle n’avait laissé aucune trace fâcheuse.

Cependant, au final, une question demeure : le pari prévoyait que Dany Boon devait offrir une montre à Fabrice s’il dépassait les 10 millions d’entrées. Ayant finalement réalisé plus du double, le « Ch’ti » n’aurait-il pas dû lui offrir deux montres ?

Didier Balbec

À découvrir