France Dimanche > Actualités > Dany Boon : Encore agressé !

Actualités

Dany Boon : Encore agressé !

Publié le 9 mai 2008

Pourquoi le sort s'acharne-t-il autant sur le malheureux Dany Boon ?

Après le harcèlement médiatique que vaut à Dany Boon le succès historique de Bienvenue chez les Ch'tis, après le triste épisode de la banderole déployée lors du match PSG-Lens ou bien encore après le procès de Jimmy Hornec, l'agresseur présumé qui avait tenté de lui dérober sa voiture en mars 2002, l'acteur-réalisateur doit faire face à une nouvelle agression. Aussi brutale qu'imprévisible...

Contre toute attente, cette attaque vient de Jean-Marie Le Pen, le président du Front national. Interrogé mercredi 30 avril sur France Inter à propos de la tristement fameuse banderole, le président du FN a répondu : « C'est une bulle de savon. On sait qu'il y a des banderoles plus ou moins fines, intelligentes et de bon goût. »

Sachant que la banderole en question traitait les gens du Nord de « chômeurs, pédophiles et consanguins », c'est le moins que l'on puisse dire... Vraiment !

->Voir aussi - Dany Boon : Bienvenue à l'Elysée !

Comme emporté par sa propre diatribe, Le Pen a ensuite ajouté : « On a monté cette affaire de façon dérisoire, d'autant que, je vais peut-être choquer beaucoup de gens, j'ai trouvé le film qui en était à l'origine très médiocre. »

Non content de salir cette œuvre, bientôt vue par vingt millions de Français, le vieux lion, en récidiviste de la provocation verbale, va ensuite beaucoup plus loin dans son entreprise de démolition de la comédie de Dany : « J'y vois plus une charge contre le Nord et le Pas-de-Calais qu'un film de promotion. »

Incontrôlable

Et Le Pen de s'interroger : « Comment imaginer qu'une telle foucade médiocre ait pu rassembler vingt millions de spectateurs ? C'est une conséquence de la pulsion médiatique, je crains que ce ne soit un signe de la décadence de l'esprit français !»

L'on imagine aisément la colère et la douleur du réalisateur et de Kad Merad lorsqu'ils ont entendu ces propos. Car en accusant Dany Boon, l'un des hommes les plus populaires de France, de faire un film « médiocre » et d'être « à l'origine de la décadence de l'esprit français », Le Pen, en virtuose de la sortie de route, dépasse une fois de plus les bornes.

Pour l'instant, Dany Boon n'a pas souhaité répondre à cette provocation. Sans doute le cinéaste sait-il que, face à un homme comme Jean-Marie Le Pen, la meilleure des défenses reste encore l'indifférence...

Pierre Andrieux

À découvrir