France Dimanche > Actualités > Dany Boon : Foudroyé en pleine gloire

Actualités

Dany Boon : Foudroyé en pleine gloire

Publié le 4 avril 2008

L'incroyable succès de son film "Bienvenue chez les Ch'tis" coûte très cher à Dany Boon...

Le week-end dernier, Bienvenue chez les Ch'tis a franchi la barre des 16, 5 millions de spectateurs... Du jamais vu dans l'histoire du cinéma français ! Pourtant, l'incroyable succès de son film coûte très cher à son réalisateur... Et à peine un mois après la sortie de ce « carton » inattendu, le comique est au bout du rouleau. Surmené, harassé, Dany Boon se verrait ainsi foudroyé en pleine gloire !

Il faut dire que depuis que son excellente comédie triomphe dans les salles obscures, son auteur, lui, est sous le feu des projecteurs : interviews nombreuses et inévitable tournée de promotion « au pays », le malheureux n'arrête pas un instant.

Au pas de charge, Dany le Ch'ti assure des animations dans différents cinémas du Nord et du Pas-de-Calais. En dix jours, l'acteur réalisateur a dû ainsi se rendre dans plus de dix salles, toutes prises d'assaut par un public débordant d'enthousiasme. Aussi à chacune de ses apparitions, c'est l'émeute... Un vrai délire !

->Voir aussi - Dany Boon : Il a vraiment crevé la faim

« Les gens du Nord le prennent pour une superstar, une sorte de demi-dieu. Quand ils le croisent, ils se battent pour avoir un autographe, c'est un vrai pugilat, incroyable », constate stupéfait un journaliste de La Voix du Nord, qui a suivi Dany Boon lors de cette tournée promotionnelle d' « enfer ».

Malaise

Mais le 15 mars dernier, nerveusement et physiquement à bout, le comique s'est effondré dans une salle multiplex du Pas-de-Calais. Ce soir-là, il ne tient plus sur ses jambes. Une immense vague de fatigue le submerge, il vacille, les mains tremblantes, le regard dans le vide et le front en sueur. Comme pris d'un malaise, et afin de ne pas s'écrouler en public, il demande à s'isoler pour se reposer, pour s'étendre quelques instants à l'abri du bruit et de la fureur de ses admirateurs.

Quelques jours auparavant, il avait conversé avec des fans sur le site internet de La Voix du Nord. À une certaine Emma qui lui demandait s'il voulait tourner d'autres films, Dany Boon a avoué son drame secret : « Je suis dans une période très fatigante, et c'est difficile pour moi de voir ma famille en ce moment. D'ailleurs, mes enfants me réclament tout le temps. »

Une sensibilité à fleur de peau qu'il avait déjà eue du mal à contenir le mercredi 27 février, jour de la sortie de son film... Ce jour-là, il avait pris connaissance des chiffres des premières entrées... Et à la surprise de tous, il s'était effondré en larmes !

Quelques jours plus tard, en raison de ce harassement et de ce tumulte intérieur, Dany annonçait qu'il se retirait du Dîner de cons, la pièce qu'il jouait au côté d'Arthur. « Il était temps d'arrêter, a d'ailleurs confié au Parisien l'animateur, inquiet pour son partenaire. Dany est extrêmement fatigué. Aujourd'hui, il a joué avec de la fièvre. »

Les jours suivants, le réalisateur, encore plus exténué, continue sa folle tournée en Belgique. Les journalistes qui le croisent sont inquiets de ses traits tirés, qui reflètent une grande lassitude nerveuse. Sur le site internet du quotidien La Dernière Heure, Dany Boon avoue à demi mot être dépassé, voire inquiet de déclencher à lui seul une telle hystérie populaire : « Pendant les avant-premières, dans le Nord, c'est au-dessus de tout ce que j'avais imaginé, déclare-t-il. Je ne peux plus faire cinq mètres dans la rue ...»

Querelles

Une artiste proche du comique, sous couvert d'anonymat, enfonce le clou en révélant : « Surmené, harassé, dépassé, Dany est à deux doigts de l'effondrement pur et simple. Dany, issu d'un milieu simple, déteste la notoriété. C'est un homme modeste, pudique, très émotif et hypersensible, qui aime la discrétion et la simplicité. Ce grand raz-de-marée le submerge et l'épuise sur le plan physique et psychologique. »

En fait, cette fatigue ne daterait pas d'hier... Elle aurait débuté lors du tournage, qui, contrairement à une idée reçue, n'aurait pas été de tout repos, en raison, notamment, de querelles avec Kad Merad, l'autre acteur principal du film.

Et comme si son état d'épuisement moral ne suffisait pas, pour le fragiliser encore davantage, le week-end dernier, le pauvre Dany a reçu un véritable coup de poignard dans le dos. Lors du match de la finale de la Coupe de la Ligue Lens-PSG, des supporters parisiens ont brandi une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Pédophiles, chômeurs, consanguins... Bienvenue chez les Ch'tis ». Un tombereau d'injures qui a mis Dany et tous les habitants du Nord, dans une colère noire...

Désormais, le comédien Dany Boon ne doit plus avoir qu'une envie secrète : se réfugier auprès de sa femme Yaël et de ses enfants. Et enfin profiter de son bonheur, dans une quiétude familiale bien méritée. À l'abri de la folie des hommes et du tintamarre de la gloire...

Jean Sappatero/Vincent Auger

À découvrir