France Dimanche > Actualités > Dany Boon : Sa déclaration d’amour à sa mère adorée !

Actualités

Dany Boon : Sa déclaration d’amour à sa mère adorée !

Publié le 21 mars 2018

Danièle, La mère de Dany Boon, lui a inspiré son dernier film, 
“La Ch’tite famille” : une femme courageuse, 
drôle et haute en couleur, magistralement interprétée par Line Renaud.

«Faut perdre cet accent. Avec, tu ne feras jamais carrière », lui prédisaient les producteurs parisiens à qui il avait présenté son tout premier spectacle, l’histoire d’un marchand de frites sur une plage du Nord.

C’est peu de dire qu’ils se trompaient. Avec 20,5 millions d’entrées, Bienvenue chez les Ch’tis, véritable déclaration d’amour à sa région natale, est le plus grand succès du cinéma français.

Dix ans après, dans La ch’tite famille, en salle depuis le 28 février, Dany Boon imagine ce qu’il serait devenu s’il avait, comme on le lui avait conseillé, renié ses origines. Chose qui ne risque pas de lui arriver dans la vraie vie !


Contrairement à son héros, Valentin, un architecte renommé qui a honte de sa famille ouvrière et ch’i, le réalisateur est très fier de ses racines. C’est d’ailleurs en pensant à sa propre mère, interprétée par Line Renaud, qu’il a écrit ce long-métrage.

Personnage haut en couleur, Danièle 71 ans, n’a pas toujours eu la vie facile. Rejetée par les siens pour avoir épousé Ahmed, un Arabe, elle inspire à son fils ses premiers sketches : «Très vite, j’ai commencé à imiter les adultes pour la consoler», raconte-t-il.

Respect

Il n’empêche, Dany a beau avoir l’humour précoce, il a parfois du mal à assumer ses oreilles décollées, son nom de famille, Hamidou, ou encore le fait que sa mère soit femme de ménage…

Alors sur la fiche de renseignements qu’on lui fait remplir à la rentrée des classes, il écrit « maîtresse de maison ». Il ne tarde cependant pas à comprendre qu’il ne sert à rien de tricher. Et que l’humour reste le meilleur moyen pour s’accepter.

Danièle était pauvre mais elle lui a enseigné des valeurs précieuses comme le respect, la politesse, le souci des autres, la générosité.

Conscient de ce qu’il lui doit, Dany lui confie régulièrement ses enfants :
« Ils font des stages chez ma mère », explique-t-il dans Paris Match. Car pas question pour Danièle d’aller à Los Angeles, où vit la tribu de Dany : Yaël, sa femme, leurs trois enfants, Eytan, 12 ans, Elia, 11 ans, Sarah, 8 ans, et ponctuellement Mehdi, 20 ans, et Noé, 18 ans, les fils qu’il a eus de précédentes unions.

L’Amérique, pour celle qui confond King Kong et Kim Jong-un, c’est trop loin.
« Ma mère refuse de prendre l’avion. […] En même temps, je sais qu’elle est fière de moi. Ses murs sont tellement recouverts de photos qu’on ne voit plus le papier peint », explique l’acteur.

Confortablement installée dans la grande maison que son fils lui a offerte, Danièle savoure les joies de la modernité : « Elle surfe sur Internet, joue en ligne et a créé une chaîne YouTube pour ses perroquets », s’amuse l’acteur. Mais, marquée par une existence passée à tirer le diable par la queue, elle surveille ses dépenses : il ne fait jamais plus de 14 °C chez elle !

Des réflexes « d’ancien pauvre » que Dany, malgré les millions rapportés par Bienvenue chez les Ch’tis, a lui aussi gardés. « Je finis toujours mon assiette, je ne laisse pas couler l’eau et j’angoisse pour l’avenir de mes enfants », avoue celui qui, à son arrivée à Paris, s’est retrouvé interdit bancaire pour avoir acheté un piano à crédit.

Tendresse

Si l’on ne sait pas ce qu’a pensé Danièle du dernier long-métrage de son fils, une chose est sûre, elle aime beaucoup celle qui joue son propre rôle, Line Renaud.

« Elle était présente tous les jours quand nous tournions dans le Nord – enfin quand Line tournait », se souvient Dany. C’est sans jalousie aucune mais au contraire avec beaucoup de tendresse que ces deux natives d’Argentifères se partagent le réalisateur.

En effet pour ce dernier, Line est une seconde mère et, elle, le considère comme son propre enfant. « J’en ai un maintenant. C’est toi, mon Dany », déclare-t-elle ainsi dans l’interview à deux voix qu’ils ont accordée à Paris Match.

Fils doublement choyé, père et mari comblé avec Yaël qui partage sa vie et sa passion pour le spectacle depuis plus de quinze ans, Dany Boon est un homme serein. « Je pourrais revivre comme avant dans une petite maison, avec de bons bouquins et la pêche le week-end. Je ne serais pas moins heureux, parce que ç’a longtemps été ma vie », assure-t-il.

Il n’a de fait qu’un regret : n’avoir pas pu tourner un film avec son ami Johnny Hallyday. L’idole des jeunes fait néanmoins partie de La ch’tite famille : le film s’achève en effet sur la chanson Que je t’aime. Un titre qui résume bien la vie de Dany Boon…

Lili CHABLIS

À découvrir