France Dimanche > Actualités > Dave : Le douloureux secret de famille qu'il cachait !

Actualités

Dave : Le douloureux secret de famille qu'il cachait !

Publié le 14 mars 2016

Pour la première fois, le chanteur Dave raconte la séparation qui a détruit sa famille et a fini par anéantir sa mère.

Il aura attendu des décennies pour en parler. Tant de temps pour finalement lever le voile sur un terrible secret de famille qui, aujourd'hui encore, le bouleverse au plus haut point. Derrière son regard pétillant, son sourire enjôleur et sa bonne humeur communicative, Dave masque en effet une blessure qui ne s'est jamais refermée.

Et malgré une carrière exceptionnelle, une popularité qui ne s'est jamais démentie et une extraordinaire joie de vivre, l'artiste traîne ce souvenir tel un boulet. Pour la première fois, le natif d'Amsterdam a ainsi décidé de raconter le drame qui a détruit sa famille dans un ouvrage intitulé J'irais bien refaire un tour..., paru chez Michel Lafon.

->Voir aussi - Dave : Marc-Olivier Fogiel lui a sauvé la vie !

Dans ce livre, il revient sur la fin de son adolescence, une époque où, comme il le dit lui-même, par la force des choses, il est « entré de plain-pied dans le monde des adultes ».

Alors qu'il vivait une enfance merveilleuse, dans une magnifique maison que son père avait fait construire dans le village de Blaricum, à une trentaine de kilomètres de la capitale hollandaise, un événement a soudainement tout chamboulé.

« À la maison, nous avions une bonne qui faisait pratiquement partie de la famille. Elle avait 14 ans quand elle est arrivée [...], j'ai l'impression de l'avoir toujours connue. À l'âge de 16 ans, j'ai commencé à soupçonner mon père d'entretenir des rapports avec cette jeune femme », confie- t-il.

Et malheureusement, ses soupçons vont s'avérer fondés... Un soir, en ouvrant la boîte à gants de la voiture de son père, il découvre le pot au rose ! « Je suis tombé sur des lettres. J'ai tout de suite reconnu l'écriture de la bonne et je me suis immédiatement mis à lire les courriers, qui ne laissaient aucun doute sur sa relation avec mon père. Je me souviens surtout d'un passage où elle disait : "J'ai acheté des culottes papillons que tu aimes tant..." J'étais tétanisé », raconte-t-il.

Hurlements

Et dès lors, le jeune homme voit la figure paternelle tant estimée tomber brutalement de son piédestal. Car à cet instant, son père n'était plus cet homme juif courageux qui avait été obligé de porter l'étoile jaune pendant la guerre et de se cacher pour éviter la déportation, mais celui qui avait trahi sa mère...

Et un matin, terrible, quelques mois plus tard, des hurlements de sa mère signalent au jeune homme qu'elle a découvert la liaison de son mari. « Je me souviendrai toujours de son visage défait par la douleur et d'un mouvement compulsif de sa jambe. » Et même si ses parents ont tout tenté pour reconstruire leur couple, rien n'y a fait, car le père de famille était amoureux de la jeune employée qui n'avait que quatre ans de plus que Dave.

« Ma mère a décidé de demander le divorce [...]. La maison de Blaricum a été vendue [...]. La bonne est devenue ma belle-mère, et voilà... », poursuit-il.

Mais bien des années plus tard, alors même qu'il est devenu une star, Dave s'interrogera plus sérieusement sur le réel impact de cette séparation : « Ma mère est morte quelques mois après mon père [en 1990, ndlr], et je me suis toujours demandé si elle n'avait pas développé un cancer à cause de sa disparition. Car elle n'a jamais cessé de l'aimer. Elle n'a jamais refait sa vie. »

Pire, l'euthanasie étant toléré aux Pays-Bas, Dave et ses frères ont pris la décision, à sa demande, de laisser partir leur mère... « Un médecin est alors entré dans la chambre pour tourner le petit bouton de morphine. Nous étions autour du lit, avec mes deux frères et ma sœur, figés par l'émotion », raconte l'artiste.

Mais plus de vingt ans après, il ne sait toujours pas si ce choix était le bon... Était-elle vraiment condamnée ou souhaitait-elle mettre un terme au chagrin qui la torturait ? « Aujourd'hui encore, je ne sais pas si nous avons fait ce qu'il fallait », confie- t-il.

Mais au-delà sa tristesse et de ses regrets, à travers cet ouvrage, à 68 ans, Dave prouve surtout à quel point il tenait à celle qui restera la femme de sa vie : « J'ai aimé ma mère éperdument. Tout au long de sa vie, je suis resté très proche d'elle, l'aidant autant que je le pouvais pour tenter de lui faire oublier les blessures de l'existence que nous partagions depuis son divorce d'avec mon père. »

LE CHANTEUR FACE AU SIDA

Dans un chapitre de son livre baptisé Hécatombe, Dave revient sur l'une des pages les plus sombres de son histoire... S'il n'a jamais fait mystère de sa bisexualité, Dave n'a jamais non plus caché la relation amoureuse qu'il entretient depuis plus de quarante ans avec son ami Patrick.

Mais c'est peut-être cette passion qui l'a sauvé. « L'hécatombe du sida a commencé en 1984, et Patrick et moi avons eu le malheur de connaître les premières victimes [...]. Durant ces années noires, tous mes amis, ou presque, sont morts ».

Les célèbres Thierry Le Luron et Guy Bonnardot, ou encore des anonymes comme Jean et Titi, sont notamment cités par l'artiste pour avoir succombé pendant cette période... « Tant de jeunes hommes de notre entourage ont été fauchés en pleine force de l'âge ! », regrette aujourd'hui Dave.

Edwin Foresthal

À découvrir