France Dimanche > Actualités > David Hallyday et Sylvie Vartan : Un terrible accident de voiture !

Actualités

David Hallyday et Sylvie Vartan : Un terrible accident de voiture !

Publié le 8 juin 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Sylvie Vartan était au volant quand le choc, d'une violence inouïe, a eu lieu sur une petite route de campagne…

Cette journée avait pourtant bien commencé ! Une journée au soleil, à la campagne. Ils ont si peu l'occasion de se voir. Sylvie est toujours par monts et par vaux. Mais là, mère et fils étaient réunis, enfin, pour quelques heures seulement, heureux de ces tendres retrouvailles. Soudain, Sylvie a été appelée d'urgence. Il fallait rentrer à Paris. Vite, très vite ! Loin de cette parenthèse enchantée… Elle n'a pas eu le choix. Il lui fallait partir, prendre le volant de sa nouvelle voiture. Sans être une dingue de vitesse ou de sensations fortes, la star a toujours aimé conduire. Ce sentiment grisant de liberté quand elle pilote ses petits bolides, cette impression que tout est possible ! Sylvie avale les kilomètres telle la plus intrépide des aventurières ! Loin des soucis de la vie quotidienne, loin des contraintes professionnelles, des impératifs inhérents à sa carrière, Sylvie se sent alors toutes les audaces et tous les courages. Du coup, ce jour-là, finalement, c'est presque confiante et heureuse qu'elle prend la direction de Paris. Tant pis pour la journée à la campagne. Le devoir l'appelle…


Si seulement, elle avait su ! Si seulement, elle avait senti ou pressenti l'horreur qui les attendait quelques kilomètres plus loin… Car soudain, la départementale de Bois-d'Arcy va devenir la route de l'effroi, le chemin de la terreur. Sylvie n'a pas vu la 404 foncer droit sur elle, le conducteur ayant perdu le contrôle de son véhicule. Et c'est l'accident. Terrible. D'une violence inouïe. Jamais la star n'oubliera le choc de la collision, le bruit du fracas et de la tôle froissée. Dans cet amas de chair et de sang, la chanteuse gît, inconsciente. Elle est gravement blessée. À l'arrivée des gendarmes, Sylvie a repris ses esprits et hurle : « David ! Où est David ? Où est mon fils David ? Il était à l'arrière de la voiture ! Je vous en supplie, retrouvez-le… »

A-t-il été ejecté au moment de la catastrophe? Et si oui, est-il seulement encore vivant ? Les gendarmes sont aussi affolés que la chanteuse. Les recherches commencent. Ils tentent de la rassurer, mais ils redoutent le pire. Si le corps a été projeté à plusieurs centaines de mètres, il est certainement déjà mort. Mais ça, Sylvie ne peut pas et ne veut pas l'entendre. Pas lui, je vous en prie mon Dieu, pas David, pas mon fils chéri. Ne me prenez pas mon enfant. À ce moment-là, la star ne sent même plus la douleur physique tant sa souffrance morale est grande. Pourtant elle est gravement touchée : une plaie au menton, le bras gauche cassé, de multiples contusions, et, surtout, un sévère traumatisme crânien…

Ce traumatisme crânien, justement, aurait-il pu lui faire perdre la tête au point de délirer ? Et si David n'avait jamais été dans le véhicule ? Sylvie insiste, folle de chagrin et d'angoisse : « Il était avec moi ! » Elle se souvient même parfaitement de sa tenue : en manteau bleu et casquette, son fils est monté avec elle dans la voiture, elle en est sûre, alors où est-il ? En attendant les secours, David est toujours introuvable et l'état de Sylvie s'est dangereusement aggravé. La chanteuse divague et reperd connaissance. Transportée d'urgence à l'hôpital, elle se réveille quelques heures plus tard : a-t-elle rêvé cette horrible journée ? Ce terrible accident de voiture a-t-il vraiment eu lieu ? Et où est David ? L'a-t-on retrouvé ? Comment va-t-il ?

Oui, cet accident a bien eu lieu, mais, heureusement, David n'a jamais été dans le véhicule… Et ce drame ne date pas d'hier non plus, puisqu'il s'est produit en avril 1968. Une tragédie bien connue des fans de Sylvie car, ce jour-là, la chanteuse perdait Mercedes, sa meilleure amie et marraine de David. En revanche, c'est la première fois que le public découvre comment la star a été persuadée pendant plusieurs heures qu'elle avait tué son propre fils. Qu'elle était responsable de la mort de David.

En effet, dans la biographie officielle, Sylvie Vartan, le tourbillon d'une vie, qui vient de paraître aux éditions XO, les deux auteurs, Christian et Éric Cazalot, révèlent le supplice subi par la chanteuse. Ce fameux jour, Sylvie se trouvait bien à la campagne, dans la maison de Johnny, à Grosrouvre (Yvelines). Elle y était bien en compagnie du petit David, ainsi que de sa mère Ilona, de sa meilleure amie Mercedes, et de son autre grande copine Chantal Goya, enceinte à l'époque. Et, en effet, un rendez-vous l'avait obligée à rejoindre la capitale.

On apprend alors qu'elle aurait « hésité longuement » à emmener son fils avec elle. Mais au dernier moment, Sylvie la maman poule préfère laisser le petit garçon avec sa grand-mère. La chanteuse prend donc le volant et, quelques minutes plus tard, c'est l'accident… Et le traumatisme crânien.

Un traumatisme qui lui a certainement donné des hallucinations et, surtout, l'horrible conviction que son enfant était avec elle. « Comme d'habitude, tout se passe dans la précipitation, et Sylvie garde dans sa mémoire immédiate l'image de son fils en manteau bleu ciel et casquette, prêt à l'accompagner », relatent ainsi les deux biographes. Les gendarmes vont donc véritablement chercher David. « Les recherches commencent mais en vain. Sylvie a tellement en mémoire d'avoir voulu l'emmener avec elle, qu'elle est sous le choc, encore persuadée de sa présence… » Ce n'est que quelques heures plus tard, à son réveil à l'hôpital, qu'elle apprendra, soulagée, que son fils est bien vivant… mais aussi, horrifiée, que sa meilleure amie est morte sur le coup.

Gageons que cinquante-trois ans après le drame, la lecture de cette biographie autorisée a dû raviver bien des souffrances dans le cœur de la star. Mais aussi un énorme « ouf » de soulagement en se disant que, ce jour-là, le destin aura malgré tout été clément en ne lui arrachant pas son roi David. Car aujourd'hui, son fils, à 54 ans, est toujours là, bien vivant, et a fait d'elle la plus heureuse des grands-mères. « Que je t'aime » ne peut-elle s'empêcher de lui murmurer tendrement à l'oreille chaque fois qu'ils se voient…

Stéphanie LOHR

À découvrir