France Dimanche > Actualités > David Pujadas : Un licenciement d’une violence inouïe !

Actualités

David Pujadas : Un licenciement d’une violence inouïe !

Publié le 21 juin 2017

Alors que le JT de David Pujadas était sur le point de rattraper celui de TF1, le présentateur vedette de France 2 s’est fait  virer  comme un malpropre du “20 heures”…Alors que le JT de David Pujadas était sur le point de rattraper celui de TF1, le présentateur vedette de France 2 s’est fait  virer  comme un malpropre du “20 heures”…

Mercredi matin 17 mai 2017, la rédaction de France 2 est sur le pied de guerre. Dans quelques heures, le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, annoncera la composition du nouveau gouvernement. Tout le monde, David Pujadas en tête, a du pain sur la planche. Pour l’occasion, une édition spéciale ainsi qu’un JT de 20 heures plus important sont prévus.

Il est un peu moins de 9 h 30 lorsque « Puj », comme le surnomment ses collègues, monte au septième étage, où il est convoqué par Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions. Il est serein. Depuis quelques semaines, son JT bat des records d’audience, rattrapant celui de TF1, que présente Gilles Bouleau.

->Voir aussi - David Pujadas : "J'ai goûté à toutes les drogues !"

Une consécration après seize ans de bons et loyaux services ! D’ailleurs, quelques jours plus tôt, la direction de la chaîne publique a offert le champagne pour fêter ce score historique.

Jeunisme

David Pujadas est toujours dans le bureau de sa patronne quand l’incroyable rumeur commence à circuler dans les couloirs de la rédaction. Selon un article du site Pure médias, Puj serait en train de se faire virer ! Même si les relations entre le journaliste et le tandem Delphine Ernotte/Michel Field, chef de l’information, en place depuis 2015, n’ont jamais été au beau fixe, personne n’y croit.

Pas même la rédactrice en chef du 20 heures, Agnès Vahramian. « Je ne suis pas au courant », répond-elle à ceux qui lui demandent des explications. Et pourtant. Lorsque, quelques minutes plus tard, David Pujadas rejoint son équipe, son teint, livide, ne laisse planer aucun doute. « Cette décision n’est pas la mienne. Elle ne nous a pas été expliquée », annonce-t-il d’une voix blanche aux journalistes réunis en salle de conférence. Il n’est pas le seul touché. Agnès Vahramian est elle aussi remerciée. Le choc est énorme.

->Voir aussi - David Pujadas : Et maintenant, il se sépare !

Quand bien même Puj ne fait pas l’unanimité, certains le trouvant trop autoritaire, pour ne pas dire colérique, tous, à commencer par le principal intéressé, vivent ces évictions comme une profonde injustice. L’incompréhension est d’autant plus totale que Delphine Ernotte n’a, semble-t-il, pas l’intention de s’exprimer sur le sujet. Alors, passée la stupeur, c’est la colère qui prend le dessus.

Face à la violence de cette décision, les salariés menacent en effet de boycotter le 13 heures. Vers 11 heures, la présidente du groupe, accompagnée par Michel Field, consent enfin à rencontrer ses équipes. Elle salue d’abord le bilan de David Pujadas, qui est ovationné pendant dix bonnes minutes, certains peinant à retenir leurs larmes, avant d’évoquer la nécessité d’un changement de présentateur : « Après seize ans, il faut une nouvelle incarnation, parce qu’on arrive à la fin d’un cycle. »

Enfin, précise-t-elle, cette décision n’a rien à voir avec le nouveau président de la République. Preuve en est, quelques heures plus tard, l’entourage d’Emmanuel Macron déplorera « une erreur » et « une brutalité inutile »… Après Patrick Poivre d’Arvor et Claire Chazal, la crise de « jeunisme » qui sévit sur les chaînes continue donc de faire des victimes. Même si d’autres raisons auraient en réalité poussé Delphine Ernotte à se séparer de Puj.

Très populaire, ce dernier a été en effet le seul à rester à son poste lorsqu’elle a pris ses fonctions, en 2015. Or entre ces deux fortes personnalités, le courant n’est jamais passé. Qui plus est, elle a toujours peiné à se faire entendre par cette équipe du JT, très soudée et soucieuse de son indépendance. Enfin, il n’est pas exagéré de dire qu’entre son bras droit, Michel Field, et David Pujadas, c’est loin d’être le grand amour…

Quelle urgence y avait-il à renouveler un présentateur qui, chaque soir, réunit des fidèles de plus en plus nombreux ? Et surtout fallait-il le faire de manière aussi brutale ? Devant le tollé provoqué par sa décision, Delphine Ernotte a mis, si l’on peut dire, un peu d’eau dans son vin, puisque dès le lendemain, elle réintégrait Agnès Vahramian. Quant à Michel Field, déjà visé par une motion de défiance en avril 2016, dans laquelle la rédaction reproche « le mépris, la désinvolture et parfois la grossièreté qu’il affiche », il a présenté lundi dernier sa démission à la présidente de France Télévisions, 
qui l’a acceptée.

Mais, à ce jour, hélas, il est bel et bien acté que David Pujadas ne reprendra pas les manettes du JT. C’est Anne-Sophie Lapix, l’animatrice de C à vous, sur France 5, qui lui succéderait. Comme le confiait en 2002 la blonde journaliste à propos du journal présenté par Puj : « Lorsque je regarde son JT, j’ai l’impression d’être plus intelligente. » L’inverse sera-t-il vrai ?

Lili Chablis

À découvrir