France Dimanche > Actualités > Delphine de Belgique : Sa nouvelle vie de princesse !

Actualités

Delphine de Belgique : Sa nouvelle vie de princesse !

Publié le 11 janvier 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Depuis qu'elle a enfin été reconnue comme la fille légitime d'Albert II, l'artiste plasticienne Delphine Boël vit un véritable conte de fées…

Si 2020 a été pour nombre d'entre nous une année catastrophique, ces mois de douleurs et de tristesse auront au moins apporté à Delphine Boël la reconnaissance qu'elle espérait depuis toujours… Depuis 2013, et l'abdication du roi Albert II de Belgique à l'âge de 79 ans au profit de son fils Philippe, cette artiste plasticienne se battait, avec l'appui de sa mère, la baronne Sybille de Sélys Longchamps, pour que l'ancien monarque assume pleinement sa paternité. Une longue guerre judiciaire de sept ans, aux multiples rebondissements dignes d'un roman de John Grisham, qui a enfin trouvé une happy end…


Dans un premier temps, le 27 janvier 2020, le résultat du test ADN auquel l'ex-souverain avait dû se soumettre, avait confirmé ce que clamait avec courage et obstination cette mère de deux enfants, installée à Londres depuis l'âge de 8 ans. Puis, dénouement heureux de cette longue bataille, le 1er octobre dernier, la cour d'appel rendait son verdict : oui, miss Boël était bel et bien la fille de l'ex-monarque ! Devenue, à 52 ans, princesse de Belgique avec prédicat d'Altesse royale, elle a droit, comme les trois autres héritiers de la couronne, à un quart de la fortune paternelle.

Un soulagement pour cette femme qui, depuis qu'on lui a officiellement rendu justice, a vu son existence en forme de long calvaire se muer en un merveilleux conte de fées. Pour elle qui a été rejetée si longtemps par le chef du clan royal, pour elle qui a été la source d'un lourd scandale durant des décennies, c'est une nouvelle vie qui commence ! Même si elle avoue ne pas vouloir changer son quotidien et continuer de créer comme elle l'a toujours fait, il faut bien admettre que plus rien ne sera comme avant, dès lors qu'elle est membre à part entière de lafamille royale. Le 15 octobre, le roi actuel et sa demi-sœur publiaient ensemble un message signé « Philippe et Delphine », photo à l'appui, révélant qu'ils s'étaient rencontrés une semaine plus tôt, au château de Laeken, la résidence du monarque, et que ce nouveau lien allait désormais « se développer dans un cadre familial ». Plus incroyable : à la fin du mois d'octobre, un autre cliché pris au château du Belvédère, la propriété bruxelloise de l'ex-souverain, était publié par le palais. On peut voir une Delphine rayonnante, aux côtés de celui qui l'avait toujours rejetée, Albert, et son épouse, la reine Paola ! Une image symbolique qui montre que la tempête s'est calmée au royaume de Belgique et que la réconciliation a pris son envol.

Comment la fille de la baronne de Sélys Longchamps va-t-elle envisager son nouveau titre ? De quelle manière Delphine vat-elle s'approprier ce rôle, gérer le protocole et faire en sorte que sa propre famille ne souffre pas de ce changement ? En couple depuis 2003 avec James O'Hare, un Texan d'origine irlandaise qui travaille dans le secteur de la construction, la plasticienne et son homme sont parents de Joséphine, 17 ans, et Oscar, 12 ans, lesquels sont du même coup devenus princesse et prince.

Pour tout dire, les demandes de parrainages et de participations à des œuvres de charité n'ont pas tardé à affluer dès l'annonce de sa victoire. Et celle qui est déjà très investie dans la lutte contre le VIH ou les actions de la Croix-Rouge n'a pas attendu bien longtemps pour prouver qu'en plus d'avoir le statut de princesse, elle en avait la stature. C'est par une visite à l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles que, le 17 novembre, l'artiste a ouvert le bal de ses futurs engagements caritatifs, afin de saluer la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière. Mais ce geste, elle l'a accompli en son nom propre, une façon de marquer son indépendance vis-à-vis du palais et de son agence officielle : « Je me représente, a-t-elle indiqué. Je suis toujours Delphine comme avant. Le monde extérieur y voit quelque chose en plus, ce titre, mais pas moi. »

Une Delphine « comme avant » donc, qui a, royalement, su inculquer à sa progéniture des principes tels la générosité et la compassion. Pour preuve, tout récemment, son aînée, Joséphine, n'a pas hésité à se séparer d'une partie de sa longue chevelure pour en faire don à l'association Think Pink Belgium qui lutte contre le cancer du sein. Le moins qu'on puisse dire, c'est que cette nouvelle branche de la famille royale belge a toutes les chances de faire refleurir l'espoir chez ceux qui trouvaient les Saxe-Cobourg un peu trop traditionnels et conservateurs à leur goût…

Clara MARGAUX

À découvrir