France Dimanche > Actualités > Demain nous appartient : Un comédien accusé d’agression sexuelle !

Actualités

Demain nous appartient : Un comédien accusé d’agression sexuelle !

Publié le 13 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

L’ancien acteur de “Demain nous appartient”, Atmen Kelif, est mis en cause dans une affaire d’agression sexuelle. Il sera jugé au mois de novembre par le tribunal de Montpellier.

Atmen Kelif était l’un des personnages emblématiques de la série Demain nous appartient, sur TF1. À l’écran depuis le tout premier épisode, celui qui campait le rôle de Bilel Beddiar vient d’être renvoyé devant le tribunal judiciaire de Montpellier dans une affaire d’agression sexuelle.


En effet, l’homme de 53 ans est accusé d’avoir embrassé de force une jeune femme âgée de vingt ans, dans un bar de Sète. Les faits auraient été commis en août 2020, en marge d’un tournage de la série.

Selon les informations de Midi Libre, la jeune victime aurait été attablée avec deux amies en terrasse lorsqu’elle s’est dirigée vers le bar pour passer commande. Atmen Kelif, en état d’ébriété avancé, l’aurait alors abordé. "Il aurait été pressant, de plus en plus proche d’elle, alcoolisé, la couvrant de compliments, insistant pour lui payer son verre" révèle le quotidien.

Mal à l’aise, la jeune femme se serait rendue aux toilettes pour fuir la situation, mais l’acteur l’aurait attendu à la sortie. Elle affirme alors que l’acteur lui aurait “demandé un câlin avant de lui attraper les bras, de la serrer fort et de l’embrasser sur la bouche de force."

Atmen Kelif nie jusqu’à présent l’ensemble des accusations qui pèse sur lui. L’acteur indique que les deux femmes auraient accepté de le rejoindre dans sa chambre d’hôtel. Déjà connu des services de police pour violences conjugales en 2019, le prévenu avait giflé sa compagne alors qu’il était sous l’emprise de l’alcool. Celle-ci avait d’ailleurs porté plainte.

De son côté, la production de TF1 rappelle dans un communiqué “qu’il s’agit d’un sujet privé qu’il appartient à la justice d’examiner. S’il y avait des suites judiciaires, la production de Demain nous appartient prendrait les dispositions appropriées."

L’homme devra s’expliquer devant le tribunal judiciaire au mois de novembre prochain. Il encourt jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amendes selon la loi. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème