France Dimanche > Actualités > Denis Brogniart : Victime d'une maladie orpheline !

Actualités

Denis Brogniart : Victime d'une maladie orpheline !

Publié le 29 juin 2020

.photos:bestimage

Denis Brogniart révèle le mal dont il souffrait.

S'il était l'un des personnages de la célèbre émission pour enfants des années 60, Le Manège enchanté, il camperait probablement le bondissant Zébulon… Monté sur ressorts, Denis Brogniart n'a même pas besoin de prononcer la fameuse formule magique « Tournicoti, tournicoton » pour entrer en action, s'élancer dans une course d'endurance effrénée, sauter dans le vide ou enfourcher sa bicyclette pour avaler des kilomètres de bitume !


L'animateur de Koh-Lanta, dont la finale de la vingtième saison a été diffusée sur TF1 le vendredi 5 juin, est un véritable hyperactif qui ne peut envisager sa vie autrement qu'en mouvement.

D'ailleurs, pendant les longues semaines où il est resté confiné dans sa maison de l'Ouest parisien auprès de son épouse, Hortense, et ses trois filles, les jumelles Lili et Violette, 15 ans, et Blanche, 14 ans, ce fou d'exercice physique en tout genre n'a pas mis son corps en veilleuse, loin de là ! Une façon très efficace pour retarder la fin de son voyage dans l'existence et éviter le plus possible les désagréments que nous inflige le temps qui passe.

Hélas, ce géant de 1,92 m à la carrure d'athlète, qui fête ses 53 ans ce vendredi 12 juin, a eu beau, tout au long de son parcours, adopter des habitudes saines et une hygiène de vie irréprochable, cela ne l'a pas empêché de tomber malade !

Vous l'avez probablement remarqué, comme les millions téléspectateurs fidèles du jeu qu'il présente depuis vingt ans – et qui a fait un carton pendant tout le confinement –, lors de la saison 2019, l'an dernier, « Super Denis » était apparu extrêmement amaigri à l'écran, arborant un visage émacié et un air fatigué. Au point que de nombreux internautes, inquiets de voir leur idole affaiblie, n'avaient pas manqué de s'interroger sur les réseaux sociaux sur le mal dont souffrait leur présentateur préféré.

Toutes ces réactions compatissantes ont d'ailleurs poussé le journaliste sportif à donner quelques explications sur son état afin de rassurer ses fans. « J'ai été atteint d'un virus lié à une infection qui m'a mis sur le flanc avec beaucoup de fièvre. Quand on a beaucoup de fièvre, on ne mange pas et donc on maigrit », assurait celui qui présentera bientôt un nouveau jeu concocté par Arthur, intitulé District Z, sur TF1, avant de poursuivre : « Je n'en dis pas plus, parce que moi-même, je n'en sais pas plus ».

Des paroles qui étaient parvenues à calmer le public, heureux de voir, quelque temps plus tard, l'homme de télé reprendre du poil de la bête et retrouver une silhouette un peu plus charnue ! Mais, en réalité, il semble bien que ce dont souffrait monsieur Brogniart était bien plus grave qu'un simple virus, même si l'on sait, depuis la crise sanitaire due au Covid-19, qu'une telle affection peut coûter la vie à des millions de personnes ! C'est un portrait du présentateur, paru dans le journal Libération le 4 juin, qui nous donne la véritable raison de sa baisse de forme d'il y a un an, révélant que l'ex-G.O. du Club Med' avait triomphé « d'une pathologie orpheline qui lui avait mangé les joues il y a quelque temps ».

Une information somme toute inquiétante quand on sait que ces maladies qui touchent très peu de patients dans le monde sont hélas délaissées par la recherche, et qu'elles peuvent, telles la chorée de Huntington ou l'hémophilie, être mortelles ! On imagine combien cette épreuve a dû être difficile pour cet homme pourtant combatif à l'énergie débordante… Cette période a été d'autant plus angoissante pour le patron des jaunes et des bleus qu'il a été traumatisé par la mort, à 49 ans, de son père, docteur en droit et cadre de banque, alors que lui-même n'en avait que 25.

Depuis ce deuil, persuadé qu'il rendrait son dernier souffle au même âge que son papa, Denis n'a probablement pas cessé d'attendre dans l'angoisse la fatale échéance : « Depuis qu'il a dépassé l'âge fatidique, il se dit survivant », nous explique en effet Libération. Un apaise-ment hélas provisoire qui n'aurait pas suffi à rassurer totalement cet incorrigible hypocondriaque…

D'ailleurs, une fois remis de son mal, ce grand admirateur des militaires et du courage qu'ils déploient face à l'horreur de la guerre, s'est étonné de ce mauvais tour de destin : « Quand tu as une vie saine, que tu fais du sport, tu te demandes pourquoi ça te tombe dessus ! a-t-il confié dans Le Parisien. C'est la première fois que j'avais un problème de santé. » Nul n'est à l'abri de la maladie, mais ce qui est sûr, cher Denis Brogniart, c'est que vous faites tout pour l'éviter !

Clara MARGAUX

À découvrir