France Dimanche > Actualités > Dick Rivers : Scandale autour de sa dépouille !

Actualités

Dick Rivers : Scandale autour de sa dépouille !

Publié le 1 juillet 2020

.photos:bestimage

Le 2 mai 2019, Dick Rivers a été enterré au cimetière de Montmartre, à Paris. Depuis ce triste jour, sa veuve Babette vit un terrible chagrin…

Le 24 avril 2019, le jour même de ses 73 ans, celui que beaucoup n’appelaient que « Dick » disparaissait, laissant sa femme, Babette, son fils, Pascal, Natala, sa fille adoptive, et ses fans, dans un profond désarroi. Hervé Forneri, formidable chanteur, rocker absolu, blouson noir et Chat sauvage, succombait d’un cancer à l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, bien loin de sa ville natale, Nice.


La pluie qui tombait sur Paris le jour de son enterrement, le jeudi 2 mai, n’avait pas empêché quelque cinq cents personnes d’assister à la cérémonie à l’église Saint-Pierre de Montmartre. Un endroit que Dick connaissait bien, car il y allait régulièrement…

L’émotion était tangible lorsque le cercueil blanc est arrivé dans la nef. Bouleversé, Francis Cabrel, son grand ami, qui le considérait comme son frère, avait tenu à être présent, avec d’autres proches. Pierre Billon, Isabelle Aubret, Christophe Dechavanne, Pierre Bonte, Nicoletta…

Cette dernière, visiblement très touchée, avait confié à nos confrères du Parisien : « C’était le plus rockeur des rockeurs, il n’a pas trahi. Il est resté fidèle au rock’n’roll et sauvage comme ses Chats. Cela me touche qu’il y ait du monde. Car il est parti discrètement, on ne savait même pas qu’il était malade. »

Ensuite, c’est au cimetière de Montmartre qu’ils l’ont accompagné, pour lui faire leurs derniers adieux, dans une atmosphère des plus recueillies.

Mais à la tristesse des premiers jours, sont peu à peu venues se mêler des interrogations, de plus en plus insistantes, teintées d’une grande incompréhension, de questions au sujet de la dépouille du chanteur.

La grogne a tellement monté, les reproches ont plu en si grand nombre – et si fort – aux oreilles de son épouse, qu’elle n’a, semble-t-il, pas eu d’autre choix que de prendre la parole pour tenter de calmer les esprits. Il faut en effet bien comprendre que pour les Niçois, Dick est l’un des leurs. Un enfant du pays, qui avait toujours montré un très grand attachement à Nice.

Né en 1945, il avait pris contact avec le rock grâce à la proximité de la garnison américaine de la rade de Villefranche… Dick aimait tellement l’endroit où il avait grandi qu’il lui avait consacré une chanson, qui a marqué toute une génération : Nice baie des anges. « Si t’avais connu / La miss baie des anges à moitié nue / Les voitures de sport sur les avenues / Tu regretterais tout ça », entonnait-il, de sa voix grave et intense.

Lui l’avait bien connue, cette ville de bord de mer. Et il continuait à y être lié corps et âme, contrairement à tant d’artistes qui font mine d’avoir toujours vécu dans les rues de la capitale.

Et cet attachement était réciproque. Les Niçois, eux aussi, avaient maintenu leur affection à Dick, fiers de cet enfant de la Riviera qui avait si brillamment réussi. En 2011, le chanteur avait même confié dans les colonnes de Nice-Matin : « Mon père, André, était issu d’une famille de Belvédère, dans la vallée de la Vésubie. Il était boucher dans le Vieux-Nice. Ici, d’ailleurs, je suis toujours connu comme “le fils du boucher” »…

Mais les sentiments ont toujours un revers. C’est cette même affection très forte des Niçois pour leur chanteur qui a provoqué le scandale auquel Babette tente de mettre un terme aujourd’hui. Il lui aura sûrement fallu du courage pour aborder de front le sujet.

Et il semble logique que, pour y parvenir, elle ait pris le temps de ce deuil si difficile pour elle. « Ma vie a changé, a-t-elle en effet confié à nos confrères de Nice-Matin. Quand on perd l’homme de sa vie… J’ai vécu depuis l’âge de dix-sept ans avec lui, je l’ai suivi partout. Il manque énormément. C’était quelqu’un de généreux, d’humain, de drôle. Il était chiant parfois, comme tout le monde, mais c’était un grand. »

Ce « grand », qui était aussi et surtout son mari, repose aujourd’hui bien loin de la baie des anges. Il dort dans les entrailles de Paris. Et c’est ce choix qui heurte si fort ses fans niçois. Pourquoi la dépouille de l’enfant du pays ne passe-t-elle pas l’éternité à Nice ? Voilà la question qui a assailli Babette depuis l’enterrement de son mari.

Aujourd’hui, elle a profité de la sortie de l’album hommage à Dick, orchestré par Francis Cabrel, dont nous vous parlions la semaine dernière, pour répondre à ces attaques perpétuelles. Oui, il existe bien une raison pour que Dick Rivers repose dans la capitale : « On m’a fait le reproche de l’avoir enterré à Paris, mais son fils est à Paris, son petit-fils, moi aussi. Il a vécu cinquante ans à Montmartre. Je vais le voir trois fois par semaine… Je comprends que les Niçois soient déçus, j’en suis désolée, mais c’est comme ça », a-t-elle expliqué, toujours à Nice-Matin.

Si l’on conçoit l’amertume que ressentent ses amis du Sud, peut-être ces derniers vont-ils parvenir à comprendre ses arguments. Et puis, ils pourront se rapprocher une nouvelle fois de l’artiste, en écoutant le CD Rock’n’roll Show, composé de titres des années 50, enregistré en live avec Cabrel au Bataclan en 1990. Un magnifique témoignage de la passion de Dick Rivers pour le rock’n’roll. Un amour véri… Dick.

Laurence PARIS

À découvrir