France Dimanche > Actualités > Didier Deschamps : Il doit tout à sa femme !

Actualités

Didier Deschamps : Il doit tout à sa femme !

Publié le 5 août 2018

deschamps-didier-20180713

Sans l’aide cruciale de son épouse et ange gardien, Claude, Didier Deschamps n’aurait jamais accompli tant de belles choses…

Devant notre écran, nous étions plus de 19 millions à applaudir nos héros mardi soir.

Et comme il y a vingt ans, juste après le coup de sifflet final qui propulsait l’équipe de France vers l’ultime étape de son rêve, les Champs-Élysées ont été envahis par une foule en liesse.

Par des supporters de tous âges, ivres de joie, fiers de leurs couleurs, de leurs joueurs, mais aussi du grand monsieur qui les dirige si bien.

Car ce n’est certainement pas un hasard si le capitaine de l’équipe championne du monde en 1998 et le sélectionneur de celle de 2018 se nomment à chaque fois Didier Deschamps !

Véritable monument du football français, le Basque incarne la victoire comme personne.

Mais sa légende n’a visiblement pas fini de s’écrire…

Et si les Bleus remportent cette Coupe du monde, il deviendra le troisième homme à avoir soulevé le plus prestigieux des trophées comme joueur, puis comme entraîneur.

Avant lui, seul le Brésilien Mário Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer ont réalisé cet exploit.

Mais s’il monte sur la première marche du podium, ce dimanche à Moscou, Didier pensera avant tout à celle qui le tient debout, sa tendre épouse Claude…

C’est la femme de sa vie, certes, la mère de son fils, Dylan, mais elle est aussi bien plus.

La Bretonne est en effet sa première alliée, sa complice de toujours, et même sa conseillère.

Selon son entourage, elle joue un rôle central dans le quotidien du patron des Bleus, qui ne prend pratiquement aucune décision sans la consulter.

C’est par exemple elle qui lit, écoute et regarde tout ce qui se dit sur son mari.

Et cela fait déjà plus de trente ans qu’elle veille au grain !

Depuis qu’elle a croisé Didier pour la première fois, lorsqu’il n’était encore qu’un jeune apprenti du centre de formation de Nantes.

Épreuves

Nous sommes au milieu des années 80. âgé d’à peine 18 ans, le futur champion écume les boîtes de nuit de la région avec ses copains footeux, parmi lesquels un certain Marcel Desailly.

Mais ça ne dure pas…

Car quand Didier rencontre Claude, le coup de foudre est immédiat.

D’autant plus que cette jolie brune, étudiante en orthophonie, adore le foot !

À l’époque, son père, René Galloudec, est en effet l’un des joueurs emblématiques de l’US Concarneau, un club de troisième division.

Et pour l’anecdote, Claude est également la petite-cousine de Joël Quiniou, alors l’un des plus grands arbitres français.

Il n’en faut pas plus pour que ces deux-là ne se lâchent plus.

Mais si l’amour les unit, les épreuves vont les souder pour toujours.

Car à peine plus d’un an après leur rencontre, le jeune footballeur perd son frère aîné, Philippe, dans un tragique accident d’avion.

Il s’effondre alors dans les bras de Claude…

Mais le sort s’acharne, et c’est elle qui voit son père succomber à une crise cardiaque trois jours plus tard ! 

Le destin ne leur épargne rien.

Mais de leurs chagrins, Claude et Didier vont faire une force.

Une carapace qui les protège et les guide à chaque instant vers un but qui tourne même à l’obsession : gagner !

Talisman

Et sans celle qu’il considère comme son talisman, Didier n’aurait certainement jamais écrit ces glorieuses pages du football français.

Sans sourciller, elle l’a toujours suivi, où qu’il aille, résistant notamment à plus d’une trentaine de déménagements !

Marseille, Turin, Londres, Valence et tellement d’autres destinations où Claude a dû poser ses valises pour accompagner la carrière de son mari.

Mais bien au-delà des triomphes sportifs, leur plus belle victoire se prénomme Dylan.

Leur fils unique, né en 1996 lorsque Didier évoluait à la Juventus, est aujourd’hui devenu un superbe gaillard de 22 ans, toujours aux premières loges pour suivre les exploits de son père.

Présent en Russie depuis le début de la compétition, il fait partie du fan-club du sélectionneur qui se réunit en tribune à chaque match pour l’encourager !

Parmi eux, l’animateur Nagui est un fidèle de la famille Deschamps depuis 1998…

Mais Claude et Didier sont bien loin d’être un couple « people ».

Et quelle que soit l’issue du match de dimanche, ils repartiront discrètement dans un de leurs nids, soit dans la confortable maison proche de Cassis, soit dans celle de Concarneau, ville d’origine de Claude, où Didier se sent de plus en plus chez lui…

Edwin FORESTHAL

À découvrir