France Dimanche > Actualités > Edouard Philippe : Edith, son ange gardien !

Actualités

Edouard Philippe : Edith, son ange gardien !

Publié le 18 juin 2020

.photos:bestimage

Salué pour sa gestion de la crise sanitaire, Edouard Philippe doit beaucoup à sa femme, rencontrée sur les bancs de sciences po et qu'il a épousée en 2002.

Lui qui, adolescent, se rêvait footballeur est en train de jouer le match le plus difficile de sa vie. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il s'en sort plutôt bien ! En tant que chef du gouvernement, Édouard Philippe doit en effet assurer au quotidien la bonne marche de la nation. Et quand le pays tousse, il est le premier à essuyer le feu des critiques. C'est pourquoi on dit souvent qu'un Premier ministre est le fusible (ou le bouclier) du président de la République…


Or, depuis sa nomination, le 15 mai 2017, le natif de Rouen a dû affronter bien des tempêtes. Il y a eu le mouvement de protestation des « Gilets Jaunes », qui a débuté à l'automne 2018, puis la réforme des retraites qui, en décembre dernier, a provoqué une énorme grève immobilisant la France plusieurs semaines. Mais le pire restait à venir : la tornade meurtrière qui sévit sur le monde depuis janvier, à savoir la pandémie liée au Covid-19.

Face à cette crise sanitaire d'une ampleur inédite, une majorité de Français estime qu'Édouard Philippe est l'homme de la situation : calme, méthodique, pédagogue et efficace. Comme le montre le sondage Ifop du 12 mai, sa cote de popularité s'est envolée ces deux derniers mois, grimpant de 14 points, ce qui fait de lui, avec 57 % d'opinions favorables, la deuxième personnalité politique préférée des Français, juste derrière Nicolas Hulot. Même les plus fervents opposants au parti La République en marche saluent ses qualités ! Jean-Luc Mélenchon le décrit comme « un homme élégant » et Marine Le Pen lui reconnaît « une forme de modestie et de clarté ». Mais, comme le dit l'adage, derrière tout grand homme se cache une femme…

Cachée, Édith Chabre l'est de son plein gré et en total accord avec son mari. Une discrétion exemplaire et peu commune dans le monde politique… C'est sur les bancs de Sciences Po Paris, où ils étudiaient tous deux, que leur amour a vu le jour. Leurs divergences idéologiques, il est de droite, elle plutôt de gauche, ne les ont pas empêchés de se dire « oui » en 2002. Ni de poursuivre chacun sa voie ! Car si celle que ses proches décrivent comme « solaire et pleine d'humour » n'apparaît jamais aux côtés de son mari, elle n'est pas pour autant une femme de l'ombre comme en témoigne son brillant parcours professionnel. Un temps numéro deux de l'école de droit de l'Institut politique de Paris, elle est aujourd'hui directrice du développement de l'école privée d'architecture d'intérieur et de design Camondo.

Le couple, parent de trois enfants (Anatole, Léonard et Sarah), a toujours préservé ce choix de ne pas entraver la carrière de l'autre. Ainsi, lorsqu'Édouard a été élu maire du Havre, Édith est restée vivre dans leur douillet appartement du IXe arrondissement de Paris. Depuis qu'il est Premier ministre, il a, par amour, fait une autre concession à sa compagne en refusant d'emménager à Matignon.

D'après leurs proches, cette belle brune, qui a la tête sur les épaules, « joue le garde-fou pour maintenir son époux dans une vie normale ». Certes, en cette période troublée, le chef du gouvernement n'a guère de temps à consacrer à sa tribu. Mais il savoure chacun des rares et délicieux moments passés avec les siens. Papa attentionné, il joue dès qu'il peut au foot avec ses aînés dans la cour de l'immeuble, et emmène, le matin, sa fille en classe.

Du moins, emmenait. En effet, confinés comme tout un chacun depuis plus de deux mois, ses trois enfants n'ont pas repris le chemin de l'école, comme il s'en expliquait, le 7 mai dernier : « Il y en a un qui est élève en 1re , l'autre est en 3e . Ils ne sont donc pas, à ce stade, concernés par la reprise des cours. Et j'ai une petite dernière qui est en CM1, elle n'est pas dans les niveaux prioritaires. J'ai indiqué qu'elle pourrait évidemment reprendre l'école. Moi je préférerais qu'elle puisse y aller. » Prendre les bonnes décisions afin que chacun puisse recommencer au plus vite et sans risque, malgré la menace d'une deuxième vague, le cours normal de sa vie, voilà la lourde – pour ne pas dire écrasante – tâche à laquelle Édouard Philippe consacre la majeure partie de son temps et et de son énergie. Une mission épuisante et stressante… comme en témoigne sa barbe devenue blanche et clairsemée par endroits ! Il ne fait aucun doute que notre Premier ministre aurait bien besoin de vacances… en famille !

Lili CHABLIS

À découvrir