France Dimanche > Actualités > Édouard VIII : Un roi frivole et sympathisant nazi !

Actualités

Édouard VIII : Un roi frivole et sympathisant nazi !

Publié le 17 avril 2015

Édouard VIII, le nouveau monarque, ne restera que dix mois sur le trône. Mais son règne restera marqué par de sulfureuses relations

Édouard VIII, le nouveau monarque, ne restera que dix mois sur le trône. Très attaché à la riche américaine Wallis Simpson, le roi décide de la demander en mariage, au grand dam de la chambre des Lords et de l’establishment britannique dans son ensemble. C’est qu’en plus de son image dépensière et m’as-tu-vu, l’Américaine a déjà divorcé une fois, et est en pleine instance d'un nouveau divorce. Impensable pour l’étiquette, mais aussi pour l’Église anglicane, qui ne reconnaît pas le divorce ! Plutôt que de renoncer à sa passion, ou d’affronter les manœuvres politiques, le roi décide d’abdiquer au profit de son petit-frère en décembre 1936, avant même d’avoir été couronné.

Après son abdication, il se marie enfin avec Wallis. Le couple vit en France quelques années avant de fuir au Portugal après l’invasion allemande du territoire français. Suspecté de sympathie avec les nazis –Hitler lui-même regrette son abdication qui aurait pu « éviter la guerre », l’ancien monarque se morfond à Lisbonne. En août 1940, il livre un discours particulièrement défaitiste. Pas du goût de Winston Churchill, qui pense à l’effort de guerre. Le couple est « enlevé » par les forces britanniques, et envoyé aux Bahamas avec un poste de gouverneur à la clef pour l’ancien monarque. Les services secrets, à un jour prêt, dament le pion à Hitler, qui avait lui aussi prévu de mettre la main sur les ducs de Windsor ! Avec comme ambition de les installer en Allemagne avec un compte en banque bien garni : 50 millions de livres sterling. Puis de les placer sur le trône d’Angleterre une fois la guerre terminée, afin d’instaurer un régime fasciste en Grande-Bretagne.

Édouard VIII, bien rapidement, s’ennuie ferme aux Bahamas, qu’il considère comme « une colonie britannique de troisième ordre ». Pas avare de déclarations nauséabondes (il avait notamment décrit les aborigènes d’Australie comme « les formes de vie les plus révoltantes [qu’il] ait jamais vues ! Ils sont les êtres humains connus les plus primitifs et les choses les plus proches des singes »), il regrette de se trouver dans « la moins blanche des colonies ». Et considère qu’Etienne Dupuch, l’éditeur du Nassau Daily Tribune, est « plus qu’à moitié nègre, et du fait de la mentalité bizarre de cette race, il semble incapable de devenir important sans perdre son équilibre ». Le 16 mars 1945, l’ancien roi démissionne de son poste de gouverneur général des Bahamas, pourtant convoité. Le couple ducal retourne vivre en France, où il profite des largesses de l’État pour mener grand train.

 Raphaël Marchal

Lire la suite de l'Histoire de la monarchie britannique

À découvrir

Sur le même thème