France Dimanche > Actualités > Élise Lucet : En guerre avec l’église !

Actualités

Élise Lucet : En guerre avec l’église !

Publié le 30 mars 2017

Une fois de plus, L'émission de Élise Lucet “Cash Investigation” a créé l’événement, et suscité la colère des instances religieuses…

Comme souvent, la journaliste de France 2 Élise Lucet a créé le scandale avec la diffusion, mardi 21 mars, d’un numéro de Cash Investigation consacré aux « pédophiles dans l’Église ».

Un sujet ô combien délicat, au moment où le site Mediapart vient de dévoiler que 25 évêques, dont le cardinal Barbarin, auraient couvert, des années durant, 32 prêtres qui auraient commis des actes de pédophilie ou des agressions sexuelles ! Le nombre de victimes s’élèverait à 339, dont 288 mineurs de moins de 15 ans !

->Voir aussi - Élise Lucet : Le plan secret pour la briser !

En collaboration avec Mediapart, Élise Lucet et son équipe se sont donc attaqués à ce thème douloureux, reprochant à l’Église de France d’avoir tu nombre d’affaires, et d’avoir exfiltré certains criminels pour éviter le scandale !

Accusation

L’accusation est lourde, très lourde, et concerne le pape François lui-même, avant qu’il ne soit élu souverain pontife. En effet, Cash Investigation l’accuse d’avoir protégé le père Julio Grassi, condamné à quinze ans de prison pour viols sur mineurs… Un livre, paru le 22 mars, Église, la mécanique du silence, aux éditions Jean-Claude Lattès, est également consacré à ce sujet tabou.

->Voir aussi - Élise Lucet : Harcelée !

Si l’on en croit l’émission de France 2, aujourd’hui, 18 prêtres reconnus coupables d’agression sexuelle sur mineurs seraient toujours en exercice en France ! Étonnamment, aucun représentant de la Conférence des évêques de France (CEF), invité à débattre après la diffusion du reportage, n’a accepté de venir sur le plateau. La raison invoquée est claire : l’Église dénonce « la mécanique du scandale vendeur », et les « mensonges d’Élise Lucet », comme l’a fait savoir Vincent Neymon, le directeur adjoint de la communication de la CEF, dans un long communiqué.

Selon lui, les méthodes employées par l’équipe de Cash Investigation sont « douteuses », et relèvent de la « mise en scène » : « Le principe général de l’émission est de semer le doute dans l’esprit du téléspectateur en utilisant diverses méthodes qui troublent et affaiblissent les personnes interviewées. […] [Élise Lucet] adopte une attitude volontairement scandaleuse pour provoquer le repli “coupable” de son interlocuteur », peut-on lire.

Vous l’avez compris, la hache de guerre est déterrée entre la journaliste et l’Église. Espérons que les victimes de ces actes odieux soient enfin entendues, et que les instances religieuses pourront rapidement mettre fin à ces pratiques criminelles, une fois pour toutes.

Laurence Paris

À découvrir