France Dimanche > Actualités > Elise Lucet : Une mère face à l’horreur !

Actualités

Elise Lucet : Une mère face à l’horreur !

Publié le 18 février 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Elise Lucet

Elise Lucet, la journaliste de “Cash Investigation” et “Envoyé spécial”, sur France 2, doit affronter un drame insoutenable…

Rien ne semble pouvoir faire dévier cette grande journaliste de télévision de la mission qu’elle s’est fixée depuis près de sept ans, aux manettes notamment de Cash Investigation, sur France 2… Rien ni personne ne paraît capable d’empêcher Élise Lucet et son équipe de mener à bien leurs enquêtes, et ce en dépit des intimidations, pressions et procès qu’elle subit régulièrement !

Traiter des thèmes aussi polémiques que la pédophilie dans l’Église, l’évasion fiscale ou les combines de certaines grandes entreprises a sans nul doute multiplié les ennemis de cette pasionaria de la justice. Des adversaires qui, se sentant mis en cause par son travail, n’hésitent pas à exercer des pressions sur la direction de sa chaîne avant ou après la diffusion d’un programme, espérant ainsi la faire taire : « Personne ne nous appelle, expliquait-elle en novembre 2017 dans C à vous, sur France 5. Ils contactent directement Delphine Ernotte [directrice générale de France Télévisions, ndlr]. »

Aux menaces, déguisées ou non, succèdent carrément les procès, et la blonde Élise, plus habituée à pourchasser les méchants, se retrouve alors à la place de la proie, poussée sans ambages sur le banc des accusés : « Je vais être mise en examen pour la troisième fois depuis le mois de septembre, confiait-elle encore sur le plateau de C à vous. Quand on fait des sujets sensibles, il faut s’attendre à être poursuivi pour diffamation. »

Malgré tout cela, l’ex-présentatrice du 19/20 sur France 3 ne s’autorise pas à faiblir face aux attaques que ne manquent pas de lui lancer ceux qui se retrouvent piégés dans ses filets. Celle qui dirige aussi l’équipe d’Envoyé spécial, qui fêtait ce jeudi ses trente années de diffusion, reste inébranlable…

Mais si, dans le cadre de son métier qu’elle exerce jour après jour avec passion et intégrité, et dont elle apprécie chaque minute, rien ne la fait changer de cap, au quotidien, c’est une autre paire de manches ! Le simple fait d’exister peut se muer pour elle et sa famille en un véritable enfer !

Cette maman qui élève seule sa fille, Rose, âgée aujourd’hui de 12 ans, a beau ne pas se soucier des réactions de ceux qu’elle traque à l’écran, dans sa vie privée, c’est une autre affaire. Il lui est difficile de rester zen face au stress de ses interlocuteurs, inquiets de la voir débarquer, prompts à imaginer le pire des fléaux leur tombant sur la tête ! « La dernière fois, j’étais partie acheter un téléphone portable pour ma fille qui faisait son entrée au collège, a-t-elle confié sur le site internet Notre temps. Tous les vigiles et vendeurs du magasin sont venus me voir pour me dire : “Vous ne filmez pas, hein !” J’avais beau leur répondre que j’étais là en tant que mère de famille, que j’étais seule avec ma fille, sans équipe ni cameraman, ils étaient méfiants. »

On pourrait croire que les Français remercieraient celle qui consacre tout son temps à faire éclater la vérité et à se battre, parfois au péril de sa vie, pour que nous soyons informés. Hélas, au lieu de lui être reconnaissants de son courage et de sa force de caractère, nous ne lui montrons en retour que crainte et défiance.

Ainsi, lorsque Élise Lucet s’octroie une petite sortie au restaurant : « Quand j’entre dans la salle, il y a bien dix minutes de silence avant que les gens ne se détendent, a-t-elle aussi raconté à nos confrères. Ils doivent se dire : “Pourvu qu’elle ne vienne pas s’installer à côté de ma table !” Puis ils se mettent à chuchoter. » Et l’enquêtrice de 56 ans, qui sait aussi faire preuve d’un grand sens de l’humour, d’ajouter : « C’est drôle ! »


Dotée d’un flegme à toute épreuve et d’une inaltérable détermination, miss Lucet peut se vanter de trouver dans ses goûts et ses centres d’intérêts matière à surmonter ses désagréments quotidiens… « La bouffe, les balades dans la forêt, aller ramasser des champignons et bouquiner, assure-t-elle. L’art aussi. Je dévore les expositions de peinture et de sculpture. La beauté me traverse, ça me came et me fait beaucoup de bien. »

De plus, elle est devenue, en décembre dernier, la journaliste la plus chère au cœur de nos compatriotes, prenant la 22e place du classement féminin des personnalités préférées des Français, publié par le Journal du Dimanche. Une consécration qui doit sans nul doute la réjouir et lui donner, s’il était besoin, l’envie et la motivation de poursuivre sa noble tâche…

Clara MARGAUX

À découvrir