France Dimanche > Actualités > Elizabeth II : Elle nous apprend le métier de reine

Actualités

Elizabeth II : Elle nous apprend le métier de reine

Publié le 16 avril 2015

Comment s'habiller, se comporter, les fautes à éviter... La reine Elizabeth II connaît sur le bout des doigts les règles de l'étiquette royale. Et ne manque pas de les faire apprendre et respecter !

"Une reine ne doit jamais porter des couleurs passe-muraille comme le gris, le marron et le noir. Le beige lui est également interdit. Elle doit au contraire opter pour des teintes vives ou pastel qui permettent à ses sujets de la reconnaître dans la foule". C'est par ce principe essentiel du dress code d'une souveraine que, selon la presse anglaise, la reine Elizabeth II a commencé à transmettre à la duchesse de Cambridge les ficelles de son futur métier de reine. D'après le Daily Mail, Elizabeth a ainsi recommandé à Kate Middleton l'usage de vêtements pratiques, bien adaptés aux caractéristiques climatiques et culturelles des pays où elle se rendra en visite officielle. Pas question par exemple de porter des tenues trop chaudes dans un pays tropical ! "Il ne sied pas à la dignité d'une reine d'Angleterre d'être vue en train de transpirer à grosses gouttes", a-t-elle expliqué à sa belle-fille.

Des billes de plomb dans l'ourlet des jupes

Sa majesté, qui se souvient encore avec horreur du scandale provoqué par les photos de la duchesse d'York, lorsqu'un coup de vent avait exposé ses cuisses au monde entier, a expliqué à Kate comment éviter cette terrible faute. "Une reine ne doit jamais montrer ses jambes. C'est pourquoi il est d'usage que sa femme de chambre glisse des petites billes de plomb dans les ourlets de ses jupes et de ses robes", a-t-elle appris à sa jeune protégée.

Kate Middleton
Kate Middleton a reçu des conseils en matière de chapeaux... ©DR

Quant aux chapeaux, Elizabeth II a bien fait comprendre à la nouvelle venue dans la famille royale qu'il n'était pas question pour une souveraine de se ridiculiser en se mettant sur la tête un couvre-chef en forme d'œuf de Pâques, comme l'avait osé Beatrice d'York le jour du mariage de William et de sa bien-aimée.

Mais Elizabeth a surtout insisté sur la façon dont l'épouse de son petit-fils devra se comporter lorsqu'elle recevra d'illustres invités au palais de Buckingham.

"Personne n'a le droit de toucher la reine, et, de plus, c'est à elle de choisir les sujets de conversation. C'est une règle absolue", a conclu sa majesté.

Nul doute que les leçons royales de Kate devraient encore se poursuivre tant les nuances des règles royales sont nombreuses et précises. Et l'étiquette, en plus de concerner le comportement royal lui-même, évoque également celui que doit avoir chaque individu envers la reine.

-Ainsi, il est mal aisé de s'exprimer fort lorsque celle-ci est présente.

-Lorsqu'on a l'honneur d'être présenté à elle, il faut tout d'abord l'appeler "Votre majesté". Ensuite, l'appeler "ma'm", diminutif de madame, suffit amplement.

-Elizabeth II, qui parle parfaitement le français, a en outre la possibilité de choisir la langue dans laquelle se tiendra la conversation.

-Enfin, si la révérence n'est pas obligatoire, elle est plutôt bien vue : un simple mouvement de tête vers le bas pour les hommes, une génuflexion pour l'accompagner pour les femmes.

Et Elizabeth II, grande fan d'équitation, est particulièrement à cheval sur l'étiquette. Ainsi, si elle n'a pas pris ombrage, du moins en public, de l'accolade donnée par Michelle Obama en 2009, Sa Majesté n'a pas hésité à recadrer de hauts personnages qui se comportaient de manière un peu cavalière avec elle.

Quand la reine tord le cou aux Républicains malotrus

En 2011, Barack Obama, invité à Buckingham Palace, lève son verre en l'honneur de la monarque. Seulement son discours se fait alors que retentit en fond sonore God save the Queen, l'hymne de l'Angleterre ! Pas du goût de la principale intéressée, qui a sagement attendu la fin de l'hymne pour répondre aux avances présidentielles. Pris en faute, Barack Obama, embarrassé, a compris qu'il avait commis un impair...

Son prédécesseur, George W. Bush avait fait pire. Le président américain, qui accueillait la reine du Royaume-Uni en 2007, souhaitait la remercier de s'être rendue au bicentenaire de la révolution, en 1976. Mais Bush s'emmêle les pinceaux et prononce 1776, vieillissant la reine de deux siècles ! Une faute qui ne fait pas beaucoup rire Elizabeth II... Loin de s'en émouvoir, le fantasque président lance devant un auditoire sidéré : "Elle vient de me jeter un regard noir, comme seule une maman pourrait en décocher un à son enfant". Le républicain conclut sa tirade d'un clin d'œil familier. Un comble et qui fera jaser longtemps chez nos voisins d'outre-Manche...

Enfin, les présidents français ont dû eux aussi affronter la terrible étiquette britannique. Si beaucoup craignaient un dérapage de Nicolas Sarkozy, le président de la République a été, de l'avis de tous, exemplaire, bien aidé par une Carla Bruni très à l'aise avec le décorum royal. Ce n'est pas le cas de son successeur : François Hollande a lui aussi trébuché en voulant suivre les règles tortueuses de l'étiquette, à l'occasion de l'anniversaire du 70e débarquement. Le président socialiste a tout d'abord tendu la main en premier à Sa majesté, avant de s'assoir avant elle dans la voiture qui devait les conduire à la cérémonie. "Monsieur petites blagues" a ensuite tenté de la faire rire durant son discours, mais le trait d'humour est resté lettre morte...

Catherine Venot, avec Raphaël Marchal


À découvrir