France Dimanche > Actualités > Elsa Fayer : “Je suis bien trop pudique pour être candidate !”

Actualités

Elsa Fayer : “Je suis bien trop pudique pour être candidate !”

Publié le 9 octobre 2014

À l’aube de ses 40 ans, la pétillante animatrice débarque aux commandes de “Mon incroyable fiancé” et nous livre le portrait de son � homme idéal…

Dix ans après la déferlante Laurent Ournac, Mon incroyable fiancé revient sur TF1, le vendredi 17 octobre, à 23 h 20, sous les traits de Patrick, un jeune homme au physique ingrat et aux manières cavalières ! Tout comme Clara, la ravissante prétendante, vous allez en voir de toutes les couleurs. Elsa Fayer, la présentatrice de l’émission, nous met l’eau à la bouche…

France Dimanche (F.D.) : Quel casting détonnant ! Vous avez dû vous amuser ?

Elsa Fayer (E.F.) : Énormément. Et j’espère que vous vous amuserez autant que moi ! Patrick, Eric Lampaert dans la vie, est un jeune homme déroutant. Ingérable, c’est un enfant. Les avis seront partagés, mais moi je trouve qu’il n’est pas si laid que ça. À force de le voir, les jugements vont changer, c’est sûr. Il est frais, c’est un divertissement à lui tout seul et surtout une personne qui a la capacité de réagir, rebondir et sans cesse faire de nouvelles propositions. Quant à Clara, je l’ai rencontrée sur le plateau. On voulait que les choses soient le plus vraisemblable possible. Avec la peur de trahir le secret du jeu, on était toujours sur le fil du rasoir. Il fallait réagir en fonction de ses réactions en gardant toujours à l’esprit qu’elle ne savait rien et croyait participer à une tout autre émission. Aucun impair n’était permis, ce qui était super angoissant et hyper stimulant à la fois. Je me suis éclatée !

Elsa Fayer photo carréeF.D. : Auriez-vous aimé être candidate à ce genre d’émission ?

E.F. : Je suis quelqu’un de bien trop pudique pour être candidat ! Néanmoins, je trouve que la télévision du réel a ce quelque chose de spontané et de vrai, qui m’attire. Pour chaque candidat, c’est une expérience unique, et j’aime tenir le rôle de celle qui les accompagne.

F.D. : Avez-vous eu d’incroyables fiancés ?

E.F. : Non, je suis trop sage. J’essaie de toujours garder le contrôle de la situation. Être avec quelqu’un de fantasque doit avoir une saveur particulière, mais je ne trouve pas cela très rassurant. Mes fiancés ont toujours eu énormément de personnalité, mais ça ne partait pas dans tous les sens. Ce qui m’aurait fait paniquer. J’ai besoin d’être avec quelqu’un qui a la tête bien faite. J’ai trois enfants et un réel besoin de stabilité.

F.D.  :  Quelle maman êtes-vous avec vos trois filles  :  Ambre, 15 ans, et les jumelles, Liv et Emy, 4 ans ?

E.F. : Comme toutes les mamans, j’essaie de m’améliorer chaque jour, mais ce n’est pas simple. Les enfants grandissent trop vite. Il faut les suivre, les comprendre. J’essaie toujours d’être juste avec mes filles. Ce n’est pas toujours évident, mais j’y travaille. C’est une quête personnelle qui peut paraître secondaire pour certains mais qui, pour moi, est primordiale.

Elsa Fayer foire du TrôneF.D. : Vous fêterez vos 40 ans le 9 novembre prochain…

E.F. : Ne m’en parlez pas ! Il me reste encore un mois… Je ne suis pas prête ! C’est un cap important ! Je ne sais même pas si j’ai envie de les fêter. Alors je relativise en me disant que certes j’ai bientôt 40 ans, mais un métier et une famille que j’adore. Et puis, je me dis que c’est peut-être aussi le moment de faire des choses qu’on ne s’est jamais permises. Et comme j’ai encore mille et une envies !

F.D. : Et pourquoi pas un joli mariage pour passer ce cap ?

E.F. : Ah, vous avez décidé de me mettre la pression ! Cela fait en effet partie de mes envies. Avec mon compagnon, nous ne sommes pas plus que ça pour le mariage, surtout que j’ai déjà été mariée. Mais peut-être que nos petites auront raison de nous cette année. Et pour elles, ça sera un très joli souvenir.

Caroline Berger

À découvrir