France Dimanche > Actualités > Elyette Boudou : La photo de la honte

Actualités

Elyette Boudou : La photo de la honte

Publié le 16 mars 2018

En publiant un cliché provocateur sur Instagram, Mamie Rock, grand-mère de læticia, a ranimé les hostilités.

Dans la guerre de succession qui oppose Læticia Hallyday à ses beaux-enfants, il y a longtemps qu’Elyette Boudou a choisi son camp, n’hésitant pas même à souffler sur les braises pour « rallumer le feu ».

Interrogée par M6, le 16 février dernier, elle affirmait ainsi : « Je ne pense pas du bien de Laura ni de David. Parce qu’ils ont eu leur part déjà, alors ce n’est pas normal. »

Et voici qu’aujourd’hui, Mamie Rock, comme l’appelait Johnny, en remet une couche !


Sur son compte Instagram, cette octogénaire branchée vient de publier un cliché où elle pose au côté de sa fille Françoise et du rocker disparu : sur cette photo, prise au temps du bonheur, tous trois tirent en effet la langue à l’objectif…

Est-ce un pied de nez à David et Laura ? Aux détracteurs de Læticia ? Toutes les interprétations demeurent possibles puisque cette grand-mère farceuse a posté l’image sans aucun commentaire. Les réactions ne se sont cependant pas fait attendre, déchirant les internautes en deux clans : les pro et les anti.

Parmi ces derniers, les plus nombreux, on pouvait lire : « C’est de la provocation pas très intelligente, cette photo » ; « La grande classe légendaire du clan Boudou » ; « Vraiment pas très distinguée mamie pognon » ; « Vous me faites vomir Mamie Rock, je n’aurais pas aimé avoir une grand-mère comme vous »…

Des messages qui ont incité élyette à retirer cette image polémique de son compte.

“Pleine confiance”

Mais qui est justement cette grand-mère pas comme les autres, si discrète jusqu’alors ?

« C’est un pilier pour moi. Elle me soutient lorsque je dois me battre et prendre les bonnes décisions », confiait à son sujet sa petite-fille, dans Paris Match.

À la mort de son mari Henri en 2010, cette ancienne commerçante avait tout naturellement trouvé sa place au sein du clan Hallyday. Très proche de Læticia et des filles, Jade et Joy, pour qui elle a toujours été une vraie mamie gâteau, Elyette avait aussi su conquérir le cœur de l’idole des jeunes.

En 2014, Johnny, accaparé par la musique, et son épouse, très investie dans son association La bonne étoile, créée trois ans plus tôt, décident de lui confier la gestion de toutes leurs affaires en France. À 78 ans, elle se retrouve donc gérante de Mamour SARL, dédiée aux bénéfices des tournées et des concerts de l’artiste, présidente d’Artistes et promotion et de Pimiento Music, les deux entreprises qui gèrent les droits d’auteur et les produits dérivés du chanteur.

Elyette est également nommée à la tête de la société civile immobilière du couple, qui détient la villa de Marnes-la-Coquette. On peut s’étonner qu’à l’âge où le commun des mortels savoure une retraite tranquille, cette joviale Méditerranéenne se retrouve à devoir gérer un véritable empire.

En réalité, ainsi que l’a confié à L’Express Bernard Violet, l’un des biographes du rocker : « Les Boudou jouent un rôle très important dans les affaires de Johnny. »

Car, à côté de la mère, il y a son fils André, le père de Læticia. À l’origine de la rencontre entre sa fille et Johnny, il est à la tête de plusieurs discothèques, dont l’Amnesia, au cap d’aide. Et s’improvise rapidement comme conseiller financier auprès de son gendre. « Johnny sait chanter, mais ne sait pas compter, moi je sais compter », déclarait-il.

C’est lui qui, selon Pascal Nègre, PDG d’Universal Music France, aurait poussé la star à rompre avec sa maison de disques, en 2004. Condamné deux ans plus tard pour fraude fiscale, André Boudou a, depuis, interdiction de gérer une société. De là à imaginer, comme certains n’ont pas manqué de le faire, que ne pouvant légalement plus administrer les affaires de son gendre, il s’est arrangé pour « placer » sa mère à la tête des affaires Hallyday, il y a un pas, pour ne pas dire un fossé.

La vieille dame est-elle de celles qu’on manipule comme un pion ? Ce n’est en tout cas pas l’avis de David Amiach, qui était, à l’époque, avocat de Læticia et Johnny : « Elyette Boudou est non seulement plus disponible, mais dispose surtout de la pleine confiance de l’artiste et de son épouse. Au quotidien, et des deux côtés de l’Atlantique, elle est assistée par des conseils, exactement comme l’était Læticia Hallyday auparavant. »

« Pleine confiance », l’expression est bien choisie. Lorsqu’il établit ses dernières volontés le 11 juillet 2014 à Los Angeles, c’est encore et toujours à Elyette que Johnny songe. En effet, elle est son exécutrice testamentaire, au cas où son épouse et le frère de celle-ci, Grégory, venaient à disparaître. Faire taire les mauvaises langues, n’était-ce finalement pas le but de Mamie Rock en publiant ce cliché de Johnny, Françoise et elle, en train de tirer la leur ?

“Insensé”

Une photo qui n’a sans doute pas dû être du goût de David et Laura. Si le chanteur de 51 ans a, semble-t-il, choisi de se taire, ses proches, eux, n’hésitent pas à s’exprimer. À commencer par sa mère, Sylvie Vartan, qui, comme nous l’évoquions dans notre dernier numéro, s’étonnait que seules Læticia et Elyette aient droit de regard sur l’œuvre de Johnny : « La grand-mère a l’air très sympathique, je ne sais pas quel est son passé artistique. Mais c’est comme si moi, j’allais diriger les Galeries Lafayette ! C’est quand même insensé ! »

Invitée sur le plateau de C à vous le 2 mars dernier, la chanteuse a aussi tenu à apporter son soutien à la demi-sœur de son fils. Alors qu’on lui demandait ce qu’elle pensait de la lettre où Laura exprimait son incompréhension face aux dispositions testamentaires de son père, Sylvie a répondu : « Elle a écouté son cœur. Elle l’a dit comme une petite fille, quelque part, alors que c’est une femme. Je pense que quand on est blessé, il y a toujours l’enfant qui est en vous qui parle. Laura n’est pas ma fille, mais j’ai été touchée par ce qu’elle a dit. »

C’est également un proche de David qui, dans le dernier numéro de Voici, faisait cette confidence étonnante : « Il s’attendait à se faire plumer dès que son père ne serait plus là. Il l’avait souvent dit, il savait que ça se finirait devant les tribunaux. »

Une bataille judiciaire, commencée jeudi 15 mars devant le TGI de Nanterre, qui promet d’être longue, et durant laquelle chacune des parties aura besoin de soutiens. On sait que les aînés de Johnny n’en manquent pas. Læticia, elle, peut compter sur celui, indéfectible, de sa chère Mamie…

Lili CHABLIS

À découvrir