France Dimanche > Actualités > Emmanuel Macron : Débiné par un copain de classe !

Actualités

Emmanuel Macron : Débiné par un copain de classe !

Publié le 5 octobre 2018

macron-emmanuel-20181113

L’humoriste Fabrice Eboué a livré un témoignage gênant concernant Emmanuel Macron, datant de leurs années passées ensemble dans un lycée d’Amiens.

Décidément, les images du bain de foule d’Emmanuel Macron samedi dernier sur l’île de Saint-Martin n’en finissent pas de faire jaser. Notamment celles immortalisant sa rencontre avec un ex-braqueur, tout juste sorti de prison. Une séquence mémorable, filmée par les caméras de BFMTV, qui montre le chef de l’état en chemise cravate en train d’asséner une leçon de morale à ce jeune éphèbe au buste dénudé, lourde chaîne dorée autour du cou.

Durement touché par le passage de l’ouragan Irma en septembre 2017, le secteur où réside le Saint-Martinois, le Quartier-d’Orléans, peine à se remettre debout et c’est tout naturellement que le président lui suggère, en voyant ses muscles, d’œuvrer à la reconstruction du coin : « Toi, tu es costaud comme tout, il faut que tu travailles là-dedans », ajoutant un brin protecteur : « Les braquages, c’est fini, hein ? Tu m’as promis. » S’en est suivie une séance photo pendant laquelle le chef de l’État, entouré de l’ancien détenu et d’un de ses amis – tous les deux toujours vêtus d’un jean taille basse révélant leurs boxers shorts ! – prend la pose, sourire aux lèvres. Difficile de faire plus proche du peuple !


Trop proche peut-être pour les internautes qui se déchaînent alors sur la Toile. Déjà cet été, avec l’affaire Benalla, Macron était devenu la risée du Net. Face aux rumeurs, il avait cru bon de se justifier sur le ton de la rigolade devant les députés de la majorité en lâchant : « Alexandre Benalla n’a jamais été mon amant ! »

Une petite phrase qui n’était pas sans rappeler son meeting de Toulon en février 2017, au cours duquel le candidat avait tenu à couper court à sa prétendue liaison avec Mathieu Gallet, alors PDG de Radio France, avec un autre bon mot : « Si on vous dit que j’ai une double vie, c’est mon hologramme qui m’a échappé. » Une sortie très drôle révélant qu’Emmanuel est capable de faire preuve de second degré, même dans les situations les plus périlleuses…

Cette fois-ci, c’est un humoriste « professionnel » qui s’y est collé. Le comédien-réalisateur Fabrice éboué a sauté sur l’occasion en publiant une vidéo désopilante sur Internet lundi dernier.

Il attaque très fort : « Y a un vrai problème avec notre président de la République, là. C’est-à-dire que dès qu’il voit des noirs, il s’émoustille, dès que c’est des noirs torse nu. » Plutôt cash ! Fabrice, révélé au sein du Jamel Comedy Club, continue en roue libre, les yeux rieurs : « Ça a commencé lors de la finale de la Coupe du monde. Il était dans le vestiaire avec les joueurs noirs torse nu et le mec a pété un plomb. Limite, il dansait le ndombolo. Il y a un problème, là vraiment. […] Là, à Saint-Martin, il est avec le mec et lui dit : “Oh t’es costaud, tu devrais faire du bâtiment.” Et puis il le tâte. Qu’est-ce que c’est que cette histoire monsieur le président de la République ? Vous avez trop regardé Case départ ou quoi ? », demande-il, faisant référence au film sorti en 2011 qu’il a réalisé avec Thomas Ngijol. Toujours dans le registre de la plaisanterie, il se laisse ensuite aller à des confidences. « J’ai été à l’école avec Macron [La Providence, à Amiens, ndlr]. Je me rappelle, dès qu’on était dans les vestiaires en cours d’EPS, dès que j’étais torse nu, tout de suite il s’émoustillait, balance-t-il. Il venait vers moi comme ça, j’ai dit “mais laisse-moi Emmanuel, va voir la prof de français”. » Une référence à Brigitte, qui officiait à l’époque dans cet établissement catholique. Et le comique de lancer un appel à la communauté afro-antillaise. « Si vous avez une demande à faire au président de la République, de logement, de boulot, et que vous êtes noir, allez-y torse nu. Il va s’émoustiller et c’est gagné ! »

Carrément ! Même s’il ne s’agit là que d’un florilège de vannes, Le courrier picard, le journal local qui couvre les Hauts-de-France, a mené son enquête pour savoir si le camarade d’Emmanuel Macron à la Providence pouvait dire vrai lorsqu’il lâche quelques secrets de vestiaire après les séances de sport. 

L’on s’en doutait, cette anecdote est totalement fictive. Même si les deux hommes, nés en 1977, ont bien été scolarisés dans ce lycée privé, il semble peu probable qu’ils aient participé au même cours d’EPS. Ont-ils été dans la même classe ? Rien n’est moins sûr. D’autant qu’en 2011, Fabrice éboué était de passage au Courrier picard pour rencontrer des lecteurs. De ses années amiénoises, il disait alors être resté « cinq mois en internat » et n’avoir « pas de grands souvenirs ». Tout ça n’était bel et bien qu’une grosse farce. Sacré Fabrice !

Sophie MARION

À découvrir