France Dimanche > Actualités > Emmanuel Macron : Épinglé par le roi du Pin’s !

Actualités

Emmanuel Macron : Épinglé par le roi du Pin’s !

Publié le 12 mars 2019

À force de persévérance, le sémillant producteur Jean-Marc Dumontet est entré dans la vie d'Emmanuel Macron.

Quinqua à la silhouette longiligne, revêtu d’un costume marine assorti à son regard bleu pâle, le très élégant Jean-Marc Dumontet, 53 ans, influent producteur parisien, constituerait la nouvelle équipe de communication à l’Élysée. Un parachutage qui ferait grincer des dents, car celui qui murmure à l’oreille du président n’a rien d’un énarque. Producteur d’humoristes, comme Nicolas Canteloup ou Alex Lutz, il dirige aussi six théâtres à Paris. Depuis qu’il a officieusement décroché le poste, le chasseur de têtes de l’Élysée a « casté » des attachés de presse, des conseillers de grands groupes, des consultants en stratégie…

Ce qui surprend le plus les candidats ? Le style des entretiens au cours desquels l’on parle de tout et de rien, qui ferait ressembler ce recrutement à celui de The Voice. Une comparaison étonnante, à l’heure où Emmanuel Macron peine à se refaire une image. Mais avec Jean-Marc, le courant passe si bien ! Le chef de l’État et le sémillant producteur ont de nombreux atomes crochus, dont des passions communes pour le street art et le théâtre…

Fils et petit-fils de notaires à Bordeaux (Gironde), le jeune Dumontet, après un passage à Sciences po et à l’école notariale, se lance très vite dans les affaires. À 23 ans, il crée son agence de communication avant de réaliser son plus beau coup : l’importation du pin’s, ces « épinglettes » très tendance dans les années 90, qui vont faire sa fortune. Insatiable, il se lance ensuite dans la livraison de pizzas à domicile et ouvre dans la foulée deux restaurants avant de créer un journal économique. Mais en 1998, sa rencontre avec Nicolas Canteloup le pousse vers la voie artistique. Il quitte Bordeaux et s’installe à Paris avec femme et enfants.

À la tête d’un empire qui réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel de 40 millions d’euros, l’homme dit pourtant n’avoir rien perdu de sa soif de nouveauté et de son goût du défi. « Je gagne très bien ma vie, mais ce n’est pas ma motivation. Mon moteur, ce sont les aventures », a-t-il avoué. Et s’aventurer en Macronie, quoi de plus excitant ?


Sa première rencontre avec Emmanuel Macron remonte à novembre 2015. Admirateurs du comédien belge Christian Hecq, Emmanuel et Brigitte assistent à sa nouvelle pièce, 20 000 lieues sous les mers, au théâtre du Vieux-Colombier, à Paris. À la fin du spectacle, le couple rencontre Jean-Marc Dumontet dans les loges où il est venu, lui aussi, saluer les artistes. « On a échangé sur la politique de François Hollande et il m’a donné envie de le revoir. Je me suis débrouillé pour être invité à un dîner où il se rendait et, depuis, on ne s’est plus quittés », raconte le producteur au journal Le Monde.

C’est Line Renaud, voisine et amie commune, qu’il charge d’organiser une soirée qui réunit plusieurs artistes et un ministre, dans une ambiance très détendue. Nous sommes en janvier 2016, Macron, ministre de l’Économie, n’a pas encore créé son mouvement, mais Jean-Marc est sous le charme et se dit « séduit par son énergie ». Il l’invite à un deuxième dîner en octobre 2016, dans la petite cuisine du théâtre Antoine, après une représentation de Peau de vache, avec Chantal Ladesou.

Dumontet ne cache alors plus ses ambitions et rêve de participer à la campagne de son nouvel ami. Manque de chance, Emmanuel Macron ne fait pas appel à lui, et c’est en simple invité qu’il assiste au meeting de la porte de Versailles, le 10 décembre 2016, où le candidat se casse la voix en criant : « Parce que c’est notre projet ! »

Fan, Dumontet n’en reste pas moins critique et quand son ami lui demande son avis, il en profite pour lui donner des conseils scéniques, lui suggère de moduler ses effets, d’alterner passages exaltés et discours apaisé, mais, surtout, d’en dire plus sur lui-même. Une recette que le président a désormais adoptée. Pas peu fier de son poulain, le producteur juge qu’il n’a jamais été aussi bon que lors de ces récentes prestations du grand débat. En bras de chemise, debout et combatif, plus charismatique que jamais, on se dit que le président aurait fait des étincelles au théâtre.

L’humoriste Alex Lutz, sacré « Meilleur acteur », a tenu à remercier Dumontet lors de la cérémonie des César vendredi dernier. Emmanuel, qui voulait devenir comédien, décrocherait sans problème celui du « Meilleur animal politique » si la catégorie existait. Avec un personnage tel que Jean-Marc Dumontet à l’Élysée, tout devient désormais possible…

Sophie MARION

À découvrir