France Dimanche > Actualités > Enrico Macias : Condamné à rembourser 30 millions d'euros !

Actualités

Enrico Macias : Condamné à rembourser 30 millions d'euros !

Publié le 20 mars 2014

En 2007, la filiale d'une banque islandaise avait accordé un PRÊT de 35 millions d'euros à Enrico Macias, mais ne lui avait versé que 9 millions. En liquidation, elle demande au chanteur la totalité de l'emprunt.En 2007, la filiale d'une banque islandaise avait accordé un PRÊT de 35 millions d'euros à Enrico Macias, mais ne lui avait versé que 9 millions. En liquidation, elle demande au chanteur la totalité de l'emprunt.

Pour Enrico Macias, les semaines se suivent et ne se ressemblent malheureusement pas. Il y a une quinzaine de jours, on apprenait que le jury du 17e Festival du film séfarade de New York allait récompenser le natif de Constantine pour l'ensemble de sa carrière cinématographique. Comblé, l'artiste n'a eu que quelques heures pour savourer ce bonheur.

Mercredi 26 février, la justice luxembourgeoise l'a condamné à payer la somme de 30 millions d'euros dans un litige l'opposant à la banque islandaise Landsbanki, un verdict qui intervient au terme d'un bras de fer juridique de plus de six ans.

Escroquerie

En 2007, le chanteur est démarché par la compagnie Lex Life & Pension, qui lui propose d'investir quelques millions d'euros, avec des taux d'intérêt mirobolants, rapportant des plus-values inespérées en un temps record. Séduit, Enrico Macias emprunte 35 millions d'euros auprès de la filiale luxembourgeoise de Landsbanki. Il en touche 9 millions, le reste étant placé par l'établissement dans de douteuses assurances-vie. En vérité, il s'agissait de placements frauduleux, selon la technique dite de la « cavalerie ». Une escroquerie où de nouveaux emprunts servent sans cesse à rembourser ceux qui ont été réalisés antérieurement.

Un an plus tard, la filiale fait faillite. Son liquidateur auprès du tribunal de Luxembourg intente une action pour récupérer les sommes prêtées. C'est dans ce cadre que l'artiste a été condamné. Car si la justice française soupçonne ces prêts d'avoir servi à financer des investissements illégaux, la justice luxembourgeoise les considère comme réguliers.

Une décision qui met l'avocat d'Enrico Macias, Me Édouard de Lamaze, hors de lui. « C'est absurde : c'est comme si les liquidateurs de Bernard Madoff demandaient à ses victimes de rendre l'argent qu'elles lui avaient confié. Cette décision est un réflexe nationaliste d'un tribunal envers une banque locale. » Enrico compterait faire appel. Ce qui semble amuser la partie adverse. « Monsieur Macias cherche avant tout un moyen de ne pas rembourser l'argent qui lui a été versé », estime Me Dartevelle, avocat du liquidateur.

« En apprenant la nouvelle, sur le coup, j'ai un peu paniqué, reconnaît l'artiste joint par Le Parisien. Puis mes avocats m'ont rassuré. Cette décision n'est pas exécutoire en France. » L'interprète de La vérité si je mens ! crie au complot : « Je n'ai pas touché cet argent, mais on me le réclame quand même. Je n'ai pas peur de dire que je soupçonne la justice luxembourgeoise d'être de connivence avec cette banque. Cette enquête ira à son terme et me reconnaîtra comme victime. » Ce qui chagrine le plus Enrico Macias, c'est que ce prêt, qu'il avait contracté avec son épouse, Suzy, décédée en décembre 2008, était garanti par leur villa de Saint-Tropez ! Par chance, en 2009, une instruction pour escroquerie aggravée avait bloqué toute possibilité de saisie de sa demeure.

Ce rebondissement met-il à nouveau la propriété en péril ? Espérons que non, car Enrico est prêt à tout pour garder le havre de paix où, chaque été, il invite ses enfants et petits-enfants. En 2011, sur France Info, il prévenait même : « Si par malheur on en était arrivé à la saisie de ma maison, j'aurais pris un fusil pour la défendre... » Ce qui peut rassurer le patriarche de 75 ans, c'est qu'il n'est pas seul dans son combat. Rien qu'en Europe, la faillite de Landsbanki a conduit 400 emprunteurs à saisir la justice. Alors, si les « plaignants de tous pays » se donnent la main...

"Je n'ai pas touché cet argent, mais on me le réclame quand même !", s'insurge-t-il

Benoît FRANQUEBALME

À découvrir