France Dimanche > Actualités > Eric Judor : Frappé par un lourd handicap !

Actualités

Eric Judor : Frappé par un lourd handicap !

Publié le 13 août 2018

L’acteur, Eric Judor est triplement angoissé : son nouveau film, ses jumeaux à venir et, surtout, sa hanche qui le fait souffrir…

On sait que les comiques, rarement drôles dans la vie privée, sont, le plus souvent, terriblement angoissés.

Éric est de ceux-là.

D’autant qu’en passant à la réalisation, il fait l’apprentissage d’une certaine solitude.

Dans Roulez jeunesse, sorti le 25 juillet dernier (le jour de ses 50 ans !), il incarne Alex, un dépanneur automobile.

Celui-ci, ayant passé la nuit chez une jeune femme, se retrouve le lendemain matin avec, sur les bras, les trois enfants de la belle qui, elle, a disparu : un bébé, un gamin énervé et une pré-ado insupportable. à lui les joies des couches, des services sociaux et des urgences.

Dégoûté

L’auteur n’a pas trop eu à se creuser la cervelle pour imaginer cette histoire.

Car ce quinquagénaire va bientôt se retrouver papa de jumeaux, alors qu’il a déjà trois enfants (deux filles et un garçon, dont l’aînée a 18 ans).

Une nouvelle responsabilité qui ne l’enchante guère comme il l’a confié au micro d’Éva Roque sur Europe 1 : « Je suis dégoûté ! Je me dis que je vais être un vieux père. Vous savez très bien qu’être père à 50 ans, bah… »

Bref, il ne se voit pas marié, tempes argentées et couches-culottes !

Même si c’est devenu assez banal.

« Ça, c’est ce qu’on se dit pour les autres. Mais là, ça me concerne directement ! »

Ajoutez à cela que sa hanche le fait toujours souffrir et qu’il sait qu’il va devoir repasser sur la table d’opération pour l’autre hanche et peut-être une épaule.

Éric souffre depuis toujours d’arthrose juvénile.

Une maladie terriblement handicapante qui l’a forcé à abandonner le tennis, sa grande passion, alors qu’il était promis à un très bel avenir professionnel sur les courts.

Opéré il y a cinq ans, il a dû définitivement abandonner le plaisir de frapper dans les petites balles jaunes.

Pour échapper à ses soucis, sa prothèse et ses articulations enflammées, Éric parraine l’association Kourir qui s’occupe des 3 000 à 4 000 enfants touchés par cette pathologie rare.

Ce perpétuel stressé a une autre raison de se ronger les sangs.

Il y a une dizaine d’années, en tournée en Suisse, il a été victime d’une intoxication alimentaire.

« J’ai fait cinq jours de coma au CHU de Genève. J’ai vraiment failli y passer ! »

Depuis, il n’en dort plus.

Seule éclaircie dans ce cauchemar, il doit, avec Ramzy, reformer leur duo pour un late show à la télé.

Ils n’avaient plus travaillé ensemble depuis La tour de contrôle infernale. Il s’agira d’une émission en public avec des invités et des sketches.

« Mais, c’est très casse-gueule ! On a toutes les chances de se planter », affirme ce pessimiste invétéré.

Philippe MARGAUX

À découvrir