France Dimanche > Actualités > Eric Moréna : “Frigide Barjot était témoin de mon mariage avec Dorian !”

Actualités

Eric Moréna : “Frigide Barjot était témoin de mon mariage avec Dorian !”

Publié le 14 juin 2013

Dominique Préhu, Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)

Vingt ans avant la loi, le chanteur épousait son compagnon devant celle qui allait devenir l’égérie de la lutte contre le mariage pour tous !

En 1987, il chantait Oh ! mon bateau, et avait choisi de s’appeler Éric Morena en hommage à l’idole de ses parents, Dario Moreno. Vingt-six ans plus tard, il a enfilé un costume noir et mis un feutre à la Danyel Gérard pour participer à l’émission Les années bonheur de Patrick Sébastien, ce 8 juin sur France 2. Un animateur avec lequel notre homme à la voix de ténor partage le sens de la fête et de la démesure. Et l’artiste n’est vraiment pas du genre à renier ses folies passées, comme celle qu’il a bien voulu évoquer pour France Dimanche.

« Avec mon complice, Dorian de Palma, le 7 mars 1992, au Cirque d’Hiver, nous avions défrayé la chronique avec notre parodie de mariage. Ce jour-là, j’avais pris pour femme Dorian et nos témoins avaient pour nom Frigide Barjot et son mari Basile de Koch. C’était pour rire, bien sûr ! Nous avions profité du salon de l’homosexualité pour organiser cette cérémonie. Nous cherchions à sensibiliser l’opinion publique. Bon nombre des amis réunis au Cirque d’Hiver ce soir de 1992 étaient venus pour faire la fête. La nuit a été formidable, digne des soirées du Banana Café, où Frigide Barjot se lâchait sans tabou.

À l’époque, elle se voulait, avec son mari, chroniqueur spécialisé dans les nuits parisiennes : “le couple le plus loufoque de Paris”. » L’événement avait un autre but : défendre une cause qui fait encore polémique : le mariage pour tous ! Ce jour-là, les 3 000 homosexuels présents réclamaient le droit à l’union civile pour les gays et les lesbiennes. « Nous soutenions le projet de loi porté par trois députés socialistes. C’est devenu le Pacs, adopté en 1999. »

Homophobe

Cette union a encore plus choqué l’opinion que celle de Coluche et Le Luron. Les pauvres mariés ont été hués. Leur carrière a été brisée, sans que leur objectif soit atteint. « Dorian a fait une vraie crise de paranoïa. Il avait peur de sortir de chez lui. Pourtant, à l’époque, la réprobation n’était pas aussi violente qu’aujourd’hui. Nous n’avons pas fait l’objet de propos homophobes, nous n’avons pas été menacés. Ce qui m’inquiète avec les manifestations auxquelles Frigide Barjot a apporté sa caution, c’est l’intolérance et les violences contre les homosexuels. »

Frigide Barjot ne se contente pas de manifester contre le mariage pour tous, elle s’élève contre la simplification des protocoles donnant droit à une IVG (interruption volontaire de grossesse). Depuis un pèlerinage à Lourdes, en 2004, elle se veut « l’attachée de presse de Jésus ». Ces transformations laissent Éric Morena songeur. Dans les années 90, elle et Basile de Koch se disaient favorables à l’égalité des droits des homosexuels et des hétérosexuels. Aujourd’hui, ils sont mariés et parents de deux beaux enfants. C’est peut-être l’explication à leur changement de cap.

« Moi, je n’ai pas changé d’opinion là-dessus, même si, personnellement, je ne souhaite pas me marier. Je suis catholique pratiquant et tant que l’Église n’autorisera pas le mariage gay, je ne demanderai pas ce qui pourtant est légal », précise-t-il. La loi sur le mariage pour tous a été promulguée le 18 mai dernier, et les premières noces ont été célébrées devant Madame le maire de Montpellier. Quant à Éric, il chante toujours Oh ! mon bateau lors de ses spectacles et entamera sa tournée le 18 octobre au théâtre Sébastopol de Lille.

« J’ai inclus dans mon disque une chanson dédiée à Antoine, qui a été mon compagnon pendant treize ans. Dorian n’était pas mon ami de cœur. Au moment de notre mariage parodique, Antoine luttait déjà contre le Sida. » Un mal qui l’a emporté le 22 septembre de cette même année. «C’est pour lui que je chante Antonio mio. On oublie tout sur scène, même le chagrin. »

Propos recueilli par Dominique Préhu

À découvrir