France Dimanche > Actualités > Ève Angeli : “Brigitte Bardot m’a dit que j’étais sa dauphine !”

Actualités

Ève Angeli : “Brigitte Bardot m’a dit que j’étais sa dauphine !”

Publié le 17 avril 2015

  La pétillante chanteuse Ève Angeli est jurée du concours canin “Wouf”, diffusé depuis le 11 avril sur NRJ12. Une évidence pour cette grande amie des bêtes qui a nous a reçus chez elle !La pétillante chanteuse Ève Angeli est jurée du concours canin “Wouf”, diffusé depuis le 11 avril sur NRJ12. Une évidence pour cette grande amie des bêtes qui a nous a reçus chez elle !

Le portail en bois tremble sous les aboiements de Crumble et Chamallow. Il finit par s’ouvrir, actionné par Michel, le mari d’Ève. En ce samedi printanier, nous sommes accueillis par Ève Angeli dans sa jolie maison du Gard.

Et ses deux dogues de Bordeaux sont contents de nous voir ! Filets de bave aux babines, langue pendante, ils sont la fierté de la chanteuse. « Crumble a 2 ans et Chamallow, 7, explique-t-elle. J’aime leurs bouilles “cartoonesques” et très expressives. Je les ai choisis bébés. » Et elle les bichonne : ils ont leur pièce aménagée au rez-de-chaussée et dorment sur l’ancien matelas d’Ève et Michel !

Depuis sa plus tendre enfance, la native de Sète (Hérault) vit une belle histoire d’amour avec les animaux. Cela a commencé avec Élodie, caniche abricot nain, que ses parents lui ont offert à 9 ans : « Elle faisait beaucoup de bêtises. On a dû la confier à la voisine ! » Suivront Léo, chat persan blanc, et Charlie, matou noir.

Parvenue à l’âge adulte, Ève Angeli craque pour Luna, berger d’Anatolie, qui s’est éteinte il y a quelques mois, à 14 ans. « Elle était devenue sénile et se faisait du mal. Pour la première fois de ma vie, j’ai dû faire piquer un animal. C’était déchirant. »

Gamelles

Car Ève a hélas dû prendre l’habitude de voir disparaître ses protégés. En 2008, elle avait déjà perdu Turko, un autre berger d’Anatolie, victime d’une crise cardiaque. Il y a trois ans, c’est Vicky, dogue de Bordeaux de 8 ans, qui poussait son dernier jappement, vaincue par le cancer.

Ève Angeli et son mari Michel Rostaing
Ève Angeli et son mari Michel Rostaing

« J’ai arrêté de travailler un an et demi pour m’occuper d’elle, confie Ève Angeli, assise dans son grand salon peuplé de statues d’animaux. La seule fois où je suis partie, pour tourner un numéro de Fort Boyard, elle a chuté dans l’escalier et a fait une hémorragie. J’ai eu beaucoup de peine. »

C’est pour conjurer ces drames que l’ex-candidate de La ferme célébrités 2004 a accepté de participer à Wouf. Diffusée le samedi à 20 h 50 sur NRJ12, cette émission se targue d’être le « premier concours canin » de la télévision française ! Accompagnés de leur maître, des dizaines de chiens s’affrontent au cours d’épreuves de dressage, d’obéissance, de docilité et d’agilité. Ils sont répartis en quatre catégories selon leur taille.

Pour les juger, NRJ12 a réuni un jury de quatre experts dont font partie Ève et Sophie Thalmann, Miss France 1998. « Le concept m’a tout de suite séduite, assure notre hôtesse. Chez les animaux, comme chez les hommes, je regarde le physique en premier. »

Mais Ève n’a pas attendu ce programme pour mettre sa notoriété au service de nos amies les bêtes. Auteur du livre Histoires de chiens extraordinaires, elle a créé les Gamelles du cœur en 2010. Cette association permet d’offrir des repas gratuits aux animaux abandonnés dans les refuges.

L’argent est prélevé sur les ventes des sacs de croquettes Eminent disponibles dans le commerce. « Cécile de Ménibus, Élodie Gossuin, Séverine Ferrer… de nombreux amis me soutiennent dans ce combat. Merci à eux ! »

En outre, la comédienne est marraine pour la SPA. « Pendant La ferme célébrités, Brigitte Bardot avait été touchée par mon amour pour les animaux, se souvient Ève Angeli. À ma sortie, elle m’avait adressé un message de soutien, disant que j’étais sa dauphine. Je le conserve précieusement dans mon téléphone. »

Ève Angeli avec son perroquet Gandhi
Ève Angeli avec son perroquet Gandhi

Ève nous invite ensuite à sortir sur sa terrasse avec vue sur le mont Ventoux. « Il faut que je vous présente Gandhi, mon perroquet gris du Gabon. Il m’imite tellement bien que, quand il chante, j’ai l’impression que c’est moi. On pourrait faire un duo ! »

Peut-être à l’occasion d’un des quarante concerts qu’elle donne par an… Dans les prochaines semaines, en effet, vous aurez l’occasion de l’écouter en Avignon (le 3 mai), à Cavignac (Gironde, le 16 mai), à Sainte-Anne-sur-Gervonde (Isère, le 6 juin) ou encore à Sainte-Eulalie (Gironde, le 4 juillet).

Un dernier coucou à Églantine, la tortue, et il nous faut repartir. Lovée dans les bras de Michel, Ève Angeli martèle son attachement pour les bêtes : « J’aime leur amour inconditionnel. Elles sont des boules de fidélité et de complicité. Elles ne jugent pas. Quand j’ai le cafard, Crumble et Chamallow viennent me faire des câlins. »

Et les enfants dans tout ça ? « J’ai peur de ne pas avoir un tempérament assez cool. Ce serait beaucoup de soucis. Je préfère rester insouciante et légère avec mes animaux ! »

Benoît Franquebalme
Photos : Jérôme Mars

À découvrir