France Dimanche > Actualités > Evelyne Dhéliat : Plongée en enfer !

Actualités

Evelyne Dhéliat : Plongée en enfer !

Publié le 8 juillet 2019

En présentant le bulletin météo de 2050, il y a quatre ans, Evelyne Dhéliat, cette fervente écolo n’imaginait pas que l’apocalypse arriverait si vite.

Du nord au sud, d’est en ouest, c’est toute la France qui vit depuis lundi dernier sous une véritable chape de plomb. Avec des prévisions dépassant les 45 °C à l’ombre à Carpentras, du jamais-vu, ce mois de juin bat tous les records de chaleur depuis 1947. Et cette vague brûlante qui nous arrive tout droit du Sahara devrait durer au moins jusqu’au 8 juillet selon les prévisions de Météo France, qui a placé cette semaine 65 départements en vigilance orange !

Comme l’a annoncé Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, cet épisode caniculaire devrait être pire que celui de 2003, été meurtrier qui avait fait près de 20 000 victimes en France. En effet, ces températures extrêmes s’accompagnent d’un très fort taux d’humidité – en raison du printemps pluvieux les sols sont gorgés d’eau – ce qui décuple la sensation d’étouffement. 

Lorsque la chaleur est sèche, le corps régule sa température en transpirant. En revanche, si elle est humide, comme c’est le cas actuellement, l’organisme a beaucoup plus de mal à s’adapter. On sue moins et on suffoque, ce qui explique la différence entre les degrés indiqués par le mercure et ceux qu’il fait dans nos têtes. Cette température ressentie a pu, ces derniers temps, avoisiner les 50 °C, surtout dans les grandes villes où l’on cuit de jour comme de nuit ! En effet, le béton absorbe la chaleur diurne et la restitue le soir venu. À Paris, comme à Lyon, il fait plus de 22 °C à 4 heures du matin !

Pour gagner un peu de fraîcheur, nombreux sont ceux qui ont investi dans des climatiseurs, mettant EDF en surchauffe, avec des pics de consommation estivale jamais atteints, et accentuant un peu plus encore la chaleur de nos métropoles !

Certes, les pouvoirs publics font tout pour éviter de revivre la tragédie de 2003. Une surveillance efficace a été mise en place, et tous les jours, les chaînes de télévision et de radio diffusent des messages de prévention. Une plate-forme téléphonique, Canicule Info service, ouverte depuis lundi dernier, permet également d’obtenir des recommandations sur la conduite à tenir en cas de fortes chaleurs (0800 06 66 66 – appel gratuit depuis un poste fixe en France, du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures).


Mais, on le sait, toutes ces précautions ne suffiront pas. Il y a fort à craindre que certaines personnes âgées, vivant seules dans leurs appartements ou dans leurs maisons, et ne pouvant s’hydrater correctement, périssent, sans personne pour les aider…

Ce scénario catastrophe touche et concerne chacun d’entre nous. Mais nul doute que dans le cœur d’Évelyne Dhéliat il résonne de façon particulière. Souvenez-vous, en juillet 2015, celle qui a fait la pluie et le beau temps pendant vingt-sept ans sur TF1, nous présentait un bulletin météo quelque peu futuriste. Pour sensibiliser l’opinion sur le réchauffement climatique et ses conséquences, l’animatrice et son équipe avaient en effet imaginé le temps qu’il ferait en août 2050. Sa carte de France ordinairement bleue, verte, voire orange, n’était plus qu’une nappe rouge sang : d’un bout à l’autre de l’Hexagone, les températures affichées dépassaient 38 °C, avec des pics à 43 °C dans certaines villes du sud-est de la France. Ce scénario catastrophe n’avait hélas pas tout à fait eu l’impact qu’elle espérait.

Si nombre de téléspectateurs avaient effectivement pris conscience de l’avenir brûlant qui les attendait, d’autres en revanche avaient tourné en dérision ces prédictions jugées farfelues et anxiogènes. La pauvre Évelyne était devenue la risée de certains réseaux sociaux, où des photo­montages, d’une vulgarité sans nom, la montraient présentant son bulletin dans le plus simple appareil…

L’avenir n’a hélas pas attendu trente-cinq ans pour donner raison à cette fervente écologiste ! La canicule qui sévit actuellement sur la France et une partie de l’Europe, dépasse en intensité ce qu’elle avait anticipé.

Il ne fait aucun doute que, rattrapée par ce présent bouillant, Évelyne va militer avec une conviction et une ferveur redoublée afin que chacun d’entre nous prenne pleinement la mesure de ce qui nous attend si l’on n’agit pas. Un combat que cette jeune mamie de deux petits-enfants mène depuis longtemps déjà, appliquant à elle-même et aux siens les précieux conseils qui truffent son ouvrage, C’est bon pour la planète, publié en 2007 chez Calmann-Levy.

Une planète où les sécheresses deviennent légion, comme en Inde, où des émeutes liées au stress hydrique, éclatent un peu partout. Écoles qui ferment, villageois contraints d’utiliser les eaux usées pour cuisiner, récoltes menacées… La guerre climatique a hélas bel et bien commencé.

Comme l’avait dit Évelyne, il a quatre ans déjà : « N’oublions pas que l’emballement du climat ne menace pas nos arrière-petits-enfants, mais les gamins qui jouent aujourd’hui même dans les cours de récréation. »

Lili CHABLIS

À découvrir