France Dimanche > Actualités > [EXCLUSIF] Mallaury Nataf : “Je mange dans les poubelles !”

Actualités

[EXCLUSIF] Mallaury Nataf : “Je mange dans les poubelles !”

Publié le 17 décembre 2015

En 2012, on l’avait quittée allongée sur un banc avec son petit dernier, Shiloh. Trois ans plus tard, Mallaury Nataf est toujours SDF, � seule �, désormais… Nous l'avons retrouvée.

Il ne fait pas plus de trois degrés ce vendredi après-midi dans les rues de la capitale. Sur les grands boulevards, une ombre noire est allongée sur le sol. Les passants contournent Mallaury Nataf d’un pas pressé, portable à l’oreille. Elle n’est qu’un obstacle.

Il y a vingt ans, ils étaient pourtant près de trois millions à la regarder tous les jours sur TF1. Mallaury Nataf jouait alors Lola Garnier dans la sitcom Le miel et les abeilles. Le miel c’était elle, les abeilles, les garçons. Aujourd’hui, le miel a 43 ans et les rides d’une vieille dame.

Notre reporter est allé à la rencontre de l'ex-comédienne qui vit désormais dans la rue
Notre reporter est allé à la rencontre de l'ex-comédienne qui vit désormais dans la rue

Depuis un mois, vêtue d’un pantalon, de bottes, d’un manteau et d’un bonnet, elle s’allonge tous les jours sur une bouche de métro de ce boulevard parisien. Le serveur du restaurant situé en face l’a reconnue mais se sent impuissant : « Quand on ferme le soir, elle est là. Quand on revient le matin, aussi. On lui donne à manger mais elle jette presque tout. Les autres commerçants l’aident aussi. Elle reste là, même quand le Samu social veut l’emmener. Elle ne veut pas être aidée. »

->Voir aussi - Mallaury Nataf : Sa vie de SDF !

Mallaury recroquevilléeAllongée, bras croisés et yeux ouverts, l’ex-starlette est comme à l’affût sous les arbres dénudés. Une jeune fille en parka verte s’arrête et lui parle. Mallaury s’assoit à côté d’elle, sourit, lui répond. La jeune fille lui donne un sandwich. Mallaury le pose et se roule une cigarette avec du tabac également offert. Elle se lève pour fumer et parle encore.

La passante s’en va, Mallaury se lève et jette le sandwich dans la grille, en gardant son emballage pour en faire un cendrier. Puis elle se met à bouger la tête frénétiquement. Elle parle seule, se lève, ôte son bonnet, avant de se rallonger, bras et jambes croisés.

SOS

A cinquante mètres d’elle trône l’affiche du film Mia Madre. Car, oui, l’ex-comédienne est aussi une maman. À l’été 2010, ses deux premiers enfants, Rafaël et Angeline (alors âgés de 13 ans et 11 ans) lui avaient été retirés, avant d’être confiés à leurs pères respectifs. Seul Shiloh, alors bébé, était resté à sa garde.

En février 2012, la mère lance un SOS dans les pages du Parisien, avouant être à la rue et avoir perdu la garde de ses petits. « Après La ferme célébrités [en 2005, ndlr], j’ai choisi de me consacrer à mes enfants. Mais, les quatre premières années, j’ai été une très mauvaise mère avec Rafaël. J’ai toujours été élevée comme une princesse, très narcissique. J’ai fait l’objet de deux longues enquêtes sociales, j’ai reconnu mes torts, j’ai décidé d’apprendre et j’ai été suivie par un psy. »

À l’époque, elle trouve refuge dans une association d’entraide à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). En octobre 2012, elle est découverte dormant dans une rue du 3e arrondissement de Paris, avec Shiloh, 2 ans et demi, dont elle a récupéré la garde entre-temps. Son fils est de nouveau placé dans un foyer. Mallaury Nataf refuse l’assistance des services sociaux et disparaît dans la rue, où nous l’avons retrouvée.

Sous nos yeux, une passante lui donne un billet de 5 euros. Hésitant, on s’approche pour lui tendre, nous aussi, un billet et lui demander si on peut l’aider. Elle refuse de nous serrer la main : « On touche pas les gens qui sont dans la rue. »

Mallaury parlant toute seulePuis enchaîne avec une question surprenante : « Le billet, ça vient de Fécamp ? », « Pourquoi ? », « Parce qu’il y a des bénédictins là-bas. Moi, je suis juive. Mon nom c’est Marie Myriam. Je suis de la tribu de Zabulon, une des douze tribus d’Israël. » (...)

Vous voulez lire la suite ? Achetez la version numérique du magazine ! 0,99€ seulement

Aurélien Chamouard

À découvrir