France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS - Delphine Jubillar : La justice maintient son mari en prison !

Actualités

FAITS DIVERS - Delphine Jubillar : La justice maintient son mari en prison !

Publié le 21 septembre 2021

.photos:w9
© W9 -

Cédric Jubillar qui a été mis en examen le 18 juin pour le meurtre de sa femme Delphine restera bel et bien en prison. Lui qui conteste toujours les faits multiplie les demandes de remise en liberté, en vain.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse a tranché. Cédric Jubillar restera derrière les barreaux et à l’isolement. En effet, ce 21 septembre, la justice a décidé de le maintenir en détention en dépit de ses nombreuses demandes de remise en liberté.


L’homme clame pourtant son innocence depuis le début de l’affaire. Mis en examen puis écroué le 18 juin pour “homicide volontaire sur conjoint”, celui qui est toujours présumé innocent jusqu’à son procès n’en démord pas. Accompagné de ses avocats, il espère une remise en liberté que la justice refuse de lui accorder.

“ll est urgent d’attendre qu’il soit entendu”, a réagi sur le ton de l’ironie l’un de ses trois avocats, Alexandre Martin. Cédric Jubillar doit être entendu par le juge d’instruction au mois d’octobre sur la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Date à laquelle sa femme Delphine, infirmière de 33 ans, a subitement disparu du domicile conjugal, dans le Tarn, sans laisser de traces.

Jusqu’ici, le corps de Delphine n’a toujours pas été retrouvé. Toutes les pistes sont envisagées par les enquêteurs. D'ailleurs, les avocats de Cédric ont fait savoir qu’ils attendaient les résultats d’expertises effectuées sur la couette du couple. Une couette lavée par Cédric juste après la disparition de Delphine.

D’ici-là, Cédric Jubillar restera en détention et à l’isolement dans le centre pénitencier de Seysses pour les trois prochains mois. Ses avocats ont par ailleurs plaidé devant de le directeur de l’établissement pour que leur client sorte d’isolement. Une demande refusée. 

“L’une des motivations essentielles de ce refus, c’est qu’il n’y a pas de possibilité d’encellulement individuel”, poursuit Alexandre Martin avant de conclure qu’ils ont demandé son transfert dans une autre prison pour que Cédric bénéficie de conditions d’emprisonnement dignes. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème