France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS - Delphine Jubillar : Le témoignage glaçant de son fils de 6 ans !

Actualités

FAITS DIVERS - Delphine Jubillar : Le témoignage glaçant de son fils de 6 ans !

Publié le 22 septembre 2021

.photos:w9
© W9 -

Alors qu’il clame son innocence depuis le 18 juin, Cédric Jubillar a une nouvelle fois été confronté à ses contradictions. Cette fois-ci, c’est son fils aîné, âgé de 6 ans, qui révèle une version bien différente de la sienne...

Cédric Jubillar, un jeune plaquiste de 33 ans, reste le principal suspect dans la disparition de sa femme Delphine. Placé en détention depuis le 18 juin, l’homme multiplie les demandes de remise en liberté et ne cesse de revendiquer son innocence. Des demandes qui ne sont pas entendues par la chambre d’appel de Toulouse puisque celle-ci a une nouvelle fois demandé son maintien en détention, mais aussi son placement à l’isolement dans le centre pénitencier de Seysses.


Pas de corps, pas de scène de crime, aucune trace de sang n’a été retrouvé au domicile conjugal. Seuls quelques indices convergent vers la piste du féminicide avec notamment le comportement suspect de Cédric la nuit de la disparition de sa femme.

Mais un nouveau témoignage pourrait faire basculer l’enquête. Il s’agit de celui du fils aîné du couple, âgé de 6 ans seulement. Lui et sa sœur de 2 ans sont actuellement placés auprès de membres de leur famille. Entendus par la gendarmerie, ils ont tous les deux donné une version de la nuit du drame, et c’est le petit garçon qui a révélé quelques détails terrifiants.

En effet, le petit garçon a assuré aux gendarmes que le couple en instance de divorce, s’était disputé le soir de la disparition de Delphine. Maitre Laurent Bouget explique alors, dans les colonnes de la Dépêche, en quoi ces nouveaux détails pourraient être capitaux. "Dans le cas de Louis, on peut admettre qu'un enfant puisse se souvenir potentiellement d'événements et les restituer à sa manière. Il dit que ses parents se disputaient souvent. Ce soir-là, il a entendu des gros mots et décrit une scène que l'on peut assimiler à une dispute. Il dit que 'peut-être ils faisaient ça'”, en précisant que l’enfant avait mimé la scène avec en décrivant des bras allongés à l’horizontale.

L’avocat poursuit alors sa description de la nuit tragique au travers des mots du petit garçon : "’Alors puisque c'est ça, on va se séparer’. Il dit que c'est peut-être papa ou maman qui a dit cela. Mais il n'a rien vu. Il n'entend pas les chiens aboyer ce soir-là ni sa petite sœur pleurer vers 3 h 50, comme le précise Cédric Jubillar."

Un témoignage qui va à l’encontre même de ce que Cédric avait expliqué puisqu’il avait confié aux gendarmes s’être levé dans la nuit en entendant les pleurs de sa fille. Il avait alors constaté que sa femme était absente à partir de ce moment-là.

Les éléments apportés par le fils constituent donc un facteur “grave et concordant”, permettant de maintenir Cédric Jubillar en détention. Me Laurent de Caunes, l'avocat de la famille de l'infirmière, estime que le maintien en détention "est tout à fait normal dans le contexte de cette procédure" soulignant qu'il faut "tout faire pour préserver l'enquête et l'instruction" en cours, puisque le corps de Delphine n'a toujours pas été retrouvé.

Cédric Jubillar doit être entendu par le juge d’instruction au mois d’octobre. Il reste, pour l’instant, présumé innocent des faits reprochés. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème