France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : En Seine-Maritime, 130 policiers, pompiers, et médecins, déployés pour une fausse alerte !

Actualités

FAITS DIVERS : En Seine-Maritime, 130 policiers, pompiers, et médecins, déployés pour une fausse alerte !

Publié le 30 juin 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

La BRI, les pompiers et le SAMU sont intervenus près de Rouen après que des passants ont signalé des hommes armés en pleine rue. Il s’agissait en réalité d’un simple agent de sécurité en formation avec des armes factices.

En Seine-Maritime, il est environ 17 h lorsque deux individus aperçoivent un homme armé en pleine rue avec ce qui semble être un fusil d’assaut. L’assaillant se dirigeait alors vers la zone d’activité de Saint-Étienne-du-Rouvray, en banlieue de Rouen.


Paniqués, les deux témoins contactent alors les services de police qui interviennent immédiatement. Un périmètre de sécurité est établi rapidement. « Conformément au schéma national d’intervention, les policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la direction territoriale de la police judiciaire de Rouen ont été engagés en colonne d’assaut assistée de nombreux policiers de sécurité publique, pour un total de 80 policiers engagés », indique la préfecture.

Un équipage du Samu et 48 sapeurs-pompiers transportés par 34 engins ont également été positionnés à proximité, tandis que 30 sapeurs-pompiers et 14 engins sont demeurés en pré-alerte. En tout, ce n’est pas moins de 130 agents qui sont déployés sur place.

La BRI est alors envoyée pour inspecter la zone, persuadée de tomber sur un individu dangereusement armé. En réalité, il ne s’agissait que d’un agent de sécurité armé d’un fusil d’assaut factice. L’homme réalisait un exercice à l’initiative d’une société de sécurité privée. Problème, ils n’avaient prévenu ni les forces de l’ordre, ni les autorités, ni les riverains.

“La levée de doute a été réalisée par la colonne d’assaut de la BRI sur l’ensemble du site”, a précisé la préfecture. Furieux, le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durand, a tout de même “condamné fermement ce comportement irresponsable qui a donné lieu à l’engagement de près de 130 policiers, sapeurs-pompiers et soignants.”

On imagine la surprise de ce pauvre agent de sécurité, lorsqu’il a vu arriver le BRI armée jusqu’aux dents...

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème