France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : La joggeuse de 17 ans, disparue en Mayenne, n'a jamais été enlevée !

Actualités

FAITS DIVERS : La joggeuse de 17 ans, disparue en Mayenne, n'a jamais été enlevée !

Publié le 15 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Après plusieurs auditions auprès des services de gendarmerie, la jeune femme de 17 ans qui avait affirmé avoir été enlevée et séquestrée alors qu’elle faisait son jogging, a finalement avoué avoir menti.

La jeune Lisa a tout inventé. Elle n’a jamais été agressée, enlevée et séquestrée. C’est en tout cas ce qu’affirme le parquet de Laval au terme de l’audition de la jeune adolescente. Il a fallu un peu plus de 3 jours aux enquêteurs pour mettre la prétendue victime face à ses incohérences.


Lisa avait disparu lundi 8 novembre aux alentours de 16 h 30 alors qu’elle était partie pour son jogging habituel. Ce n’est qu’en début de soirée que son père, inquiet de ne pas la voir rentrer, avait prévenu les services de police de sa disparition.

Plus de 120 gendarmes avait été déployés pour retrouver la trace de Lisa. Sur place, son téléphone portable, sa montre GPS et des écouteurs tachés de sang avaient été découverts. Mais contre toute attente, après une nuit d’angoisse, c’est le lendemain en fin de journée que la jeune femme est apparue, en état de choc, dans un kebab de Sablé-sur-Sarthe en Mayenne.

Dans une première audition, elle a affirmé avoir été enlevée, puis séquestrée par deux hommes à bord d’une camionnette verte. Violentée par ses deux ravisseurs, la jeune femme présentait des blessures superficielles. Elle avait alors expliqué qu’elle aurait réussi à s’enfuir de la maison où elle était retenue captive, en frappant l’un de ses agresseurs.


Seulement voilà, mercredi, une seconde audition a été organisée par les enquêteurs pour établir les causes précises de sa disparition. C’est à ce moment que de très nombreuses incohérences sont apparues dans le récit de la jeune femme. Lisa a finalement expliqué que ses blessures étaient “d’origine accidentelle” et que toute cette histoire n’était que le fruit de son imagination.

En effet, “elle aurait notamment déchiré son tee-shirt avec une paire de ciseaux”, a indiqué la procureure de Laval Céline Maigné. Les enquêteurs avaient souligné le fait que les blessures que présentées Lisa, ne correspondaient pas aux sévices qu’elle décrivait. D’autre part, la camionnette verte décrite pas la jeune femme n’apparaissait sur aucune vidéo-surveillance de la ville. Elle n'était également pas en mesure de donner une description physique de ses agresseurs alors qu’elle précisait que ces derniers ne portaient pas de cagoules et qu’elle n’avait pas les yeux bandés.

“Elle a ajouté être désolée d’avoir causé une mobilisation importante. Actuellement prise en charge par ses parents qui ont été informés de ses déclarations, la jeune fille fera l’objet d’une procédure pour dénonciation d’infraction imaginaire”, précise la magistrate.

Pour s’expliquer, Lisa a évoqué le traumatisme d’une précédente agression, un cambriolage dans lequel elle avait dû faire face à son agresseur. Mais là encore, il se pourrait qu’il s’agisse d’un mensonge puisqu’elle avait décrit son agresseur comme étant l’un de ses camarades de classe. Après vérification, ce dernier a totalement été mis hors de cause grâce à un alibi très solide.

Reste désormais à comprendre qu'est ce qui, dans son histoire ou sa personnalité, a bien pu pousser Lisa, a de telles affabulations. Quoi qu’il en soit, elle fera l’objet d’une procédure pour “dénonciation d’infraction imaginaire”. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème