France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : Saumur, les fourmis tueuses attaquent !

Actualités

FAITS DIVERS : Saumur, les fourmis tueuses attaquent !

Publié le 20 juin 2022

.photos:istock
© iStock -

Depuis cinq longues années, les habitants de cette paisible bourgade du Maine-et-Loire vivent un véritable cauchemar. Après “Les Oiseaux” d'Alfred Hitchcock, les fourmis de Saumur…

Interrogée par des journalistes de TF1, le 16 mai dernier, une habitante peine à dissimuler son désarroi : « On se lève le matin et on se demande aussitôt où on va les trouver… Elles sont là par milliers, nous mordent et se montrent de plus en plus agressives ! » « Elles », ce sont les fourmis Tapinoma magnum, espèce jusqu'alors connue pour ravager la Côte d'Azur, mais qui est désormais bien présente en Val-de-Loire.


Quatre jours plus tôt, Sylvie Leroy, elle aussi Saumuroise, répondant à BFMTV, tirait le signal d'alarme : « Dans le jardin, dans la cuisine, derrière le canapé, sous la douche, elles sont partout ! » Et cette sexagénaire terrorisée de constater : « Dans le quartier, tout le monde en a. C'est cauchemardesque. On en a ras-le-bol. » Jean-Yves Pineau, l'un de ses voisins, confirme : « On ne peut plus mettre un pied dehors sans se faire mordre, c'est invivable. Notre jardin en est plein. Si on reste à l'arrêt sur notre pelouse, elles nous montent dessus. Elles rentrent aussi dans nos maisons par les moindres petits trous. Les prises électriques, les bouches d'aération, les joints, les fenêtres. Quand on se lève le matin, on les découvre dans la cuisine. C'est une véritable invasion… »

“Quand on se lève le matin, on les découvre dans la cuisine. C'est une véritable invasion…”

Cette terrifiante espèce est résistante à la majeure partie des insecticides !

On croyait ce genre de scénario réservé à des films catastrophes hollywoodiens, (rappelez-vous de Quand la marabunta gronde, de Byron Haskin, avec Charlton Heston et Eleanor Parker, sorti en 1954 !), mais là, il s'agit de la terrible réalité, celle d'une population quasiment assiégée chez elle. À ce jour, les Tapinoma magnum auraient déjà envahi 18 hectares de cette commune de près de 28 000 habitants… Bien sûr, la municipalité s'est empressée de faire appel aux meilleurs spécialistes, comme Jean-Luc Mercier, chercheur et maître de conférences à l'Institut de recherche sur la bio-logie de l'insecte (Irbi), à Tours (Indre-et-Loire). Ce dernier ne peut qu'avouer son inquiétude : « C'est de loin la plus grosse colonie connue de cette espèce en France. » Et, même s'il ne s'agit pas de fourmis géantes ou de bêtes dont les morsures sont suscep-tibles de causer des maladies, il s'alarme : « C'est une espèce qui a une capacité à occuper l'espace très rapidement. […] La Tapinoma magnum peut provoquer des situations insupportables, voire intolérables pour les humains qui en sont infestés, car elle est polygyne, c'est-à-dire qu'elle a plusieurs reines et qu'elle va donc former beaucoup d'ouvrières et créer une société très importante. »

Devant cette organisation-là, la nôtre paraît tragiquement impuissante, d'autant plus que ces nuisibles ne connaissent pas de prédateurs susceptibles de freiner leur inexorable invasion… Pis, ce fléau est aussi réputé pour sa forte capacité d'acclimatation aux environnements les plus divers ! Ainsi, plusieurs colonies géantes ont déjà fait intrusion en Suisse et en Allemagne, sans que les autorités locales ne parviennent à freiner durablement leur prolifération. Il faut dire que l'espèce est remarquablement résistante à la majeure partie des insecticides…

À Saumur, si la mairie fait ce qu'elle peut, elle ne saurait réaliser des miracles. Les produits disponibles dans le commerce étant quasiment sans effets, les habitants doivent donc faire appel à des professionnels. Or, à 90 euros en moyenne la prestation, cela représente vite un sacré budget ! Le premier édile local a bien proposé une aide de 50 euros par foyer et par an, c'est peu mais c'est toujours ça de pris ! Autre souci, si l'on en croit deux autres Saumurois, Michèle et Jean-Yves Pineau, répondant aux questions de France Inter : « On a essayé plein de trucs pour s'en débarrasser – bombes insecticides, produits chimiques cancérigènes, et même de l'acide –, mais rien n'y fait. C'est donc catastrophique pour les sols et la santé, et très loin d'être effi-cace durablement ! »

Aujourd'hui, les interventions de sociétés spécialisées commencent à porter leurs fruits. Mais cela durera-t-il ? Sylvie Leroy, une habitante, s'en désespère devant les caméras de France 3 Pays-de-la-Loire : « J'ai acheté cette petite maison il y a neuf ans pour y passer une retraite tranquille mais, depuis cinq ans, c'est l'enfer. Pour le moment, je ne vois plus de fourmis. Mais ça va durer combien de temps ? On croise les doigts. »

Et c'est effectivement peut-être la seule chose à faire à en croire l'entomologiste François Meurgey qui constate, fataliste : « Il est illusoire de vouloir éradiquer ces fourmis envahissantes. » Un cauchemar qui ne risque donc pas de s'arrêter de sitôt. Surtout si, demain, ces redoutables bestioles se mettaient en tête de coloniser toute la France…

Martial L., d'un extrême à l'autre…

Boulevard de Clichy, dans le XVIIIe  arrondissement de Paris. Nous sommes dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 mai. À la sortie d'un bar, trois personnes s'en prennent violemment à une quatrième. Martial L. arrête sa voiture et tente de mettre fin à la rixe mais se fait rabrouer. Il remonte alors dans son véhicule… et en ressort armé d'un Colt 45. Il met en joue l'un des protagonistes et fait feu. La victime, Éric L., 25 ans, originaire de Poissy (78), touchée en pleine tête, ne se relèvera pas. Mais qui est ce Martial L., rattrapé par la police et incarcéré quelques heures plus tard ? Connu des forces de l'ordre, ce sympathisant d'extrême droite, raciste, antisémite et complotiste, publiait des vidéos dans lesquelles il appelait à « sauver la France »… Pourtant, dans les années 1990, sous le nom de Martial Vezoul, il se présentait comme un « clochard chanteur de rue » d'extrême gauche, et avait même participé aux Francofolies de La Rochelle (17). En septembre 2020, il s'était bruyamment invité sur le plateau de Cyril Hanouna pour éreinter la politique sanitaire du gouvernement… Alors qui est-il au juste ? Le sait-il lui-même ? Là est toute la question. 

Nicolas GAUTHIER

À découvrir