France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : Un père de famille enferme ses deux filles dans le congélateur !

Actualités

FAITS DIVERS : Un père de famille enferme ses deux filles dans le congélateur !

Publié le 1 juillet 2021

.photos:istock
© iStock -

Le tribunal d’Angoulême a condamné, ce 29 juin, un père de famille à neuf mois de prison ferme. Ce dernier avait emprisonné ses deux filles dans un congélateur en avril dernier.

Voici une blague de très mauvais goût dont se souviendra très longtemps l’auteur. L’affaire se déroule en plein mois d’avril 2021, pendant les fêtes de Pâques. Près de Cognac en Charente, un père de famille a enfermé ses deux fillettes dans son congélateur.


Les faits n’ont duré que quelques instants, mais suffisamment pour amener l’homme de 37 ans devant les tribunaux et pour cause. Jugé en comparution immédiate par le tribunal d’Angoulême ce 28 juin, il a été condamné à quinze mois de prison dont neuf fermes. En plus de sa peine de prison, l’auteur a écopé d’une obligation de soin puis a été placé en détention.

Durant son procès, le père de famille a reconnu les faits, mais a nié toutes intentions de faire du mal à ses filles. Pour se justifier, il a évoqué une “mauvaise blague”. Malheureusement, l’homme était très loin d’être un saint.

Quelque temps avant cet épisode, le prévenu avait déjà perdu tout droit de garde ainsi que son droit de visite sur ses deux filles âgées de 4 et 6 ans. La raison ? Un casier judiciaire long comme le bras. Il compte 17 condamnations dont 12 pour violences.

Au moment des faits, l'homme sortait de huit mois de détention provisoire dans une affaire d'extorsion avec arme. Il était sous contrôle judiciaire. L’avocate de son ex-compagne dit d’ailleurs de lui : "C'est une grenade dégoupillée. Le cas typique de ces histoires qui se terminent par des féminicides."

Dans cette histoire, les seules qui se sont distinguées ce sont ces deux sœurs qui ont eu le courage de dénoncer leur père. Choquées, elles ont tout avoué à leurs maîtresses d’école respectives. Les institutrices ont alors saisi la justice pour elles. Un sacré courage pour de si petites filles.  

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème