France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : Un sexagénaire viole près de 300 femmes après avoir usurpé l’identité d’un mannequin !

Actualités

FAITS DIVERS : Un sexagénaire viole près de 300 femmes après avoir usurpé l’identité d’un mannequin !

Publié le 27 octobre 2021

.photos:istock
© iStock -

Un homme de 68 ans s’est fait passer pour un jeune mannequin sur les réseaux sociaux et en a profité pour séduire et violer par surprise près de 300 femmes.

L’affaire a tout d’un mauvais polar. Jack Simon, un homme de 68 ans au moment des faits, se servait des réseaux sociaux et autres sites de rencontres pour draguer des femmes. Jusqu’ici, rien de bien incroyable seulement voilà, l’homme se faisait passer pour un certain Anthony, 37 ans, architecte, 1m78.


Regard séducteur et photos à l’appui, de très nombreuses femmes ont malheureusement mordu à l’hameçon de cette terrible supercherie. Après de longs échanges virtuels, les jeunes femmes étaient invitées chez cet Anthony Laroche. Sous couvert d’un jeu érotique, elles devaient pénétrer dans une chambre tamisée et se bander les yeux avant d’avoir une relation sexuelle avec le prétendu mannequin.

C’est une jeune femme, à Nice, qui a la première déposée une plainte en juillet 2014. Elle décrit alors un scénario troublant. Elle explique ainsi qu’après avoir échangé avec cet homme sur Internet, elle s’est rendue chez lui. Elle devait alors "retirer ses vêtements, se bander les yeux puis le rejoindre dans la chambre, plongée dans le noir avant d'être attachée au barreau du lit."

Pour la jeune femme, interdiction de toucher l’homme ni de retirer son bandeau avant la fin de l’acte sexuel. Seulement voilà, la jeune femme désobéit et se rend compte de l’incroyable manipulation qu’elle vient de subir. "C'est un vieil homme à la peau fripée qui était devant moi et en prenant la fuite, j'ai découvert deux noms sur la boîte aux lettres : Sion – Laroche !"

Le dépôt de cette plainte a permis aux policiers de faire le rapprochement avec deux autres, déposées en 2009 et 2013 pour des faits similaires. Immédiatement, les enquêteurs ont perquisitionné le domicile du suspect. Ils y ont retrouvé le bandeau qui servait à aveugler les victimes, mais aussi des liens, et un ordinateur contenant des photos de femmes nues. Les policiers sont aussi tombés sur un carnet recensant près de 342 femmes. Toutes ont dressé le portrait d’un "vieil homme à lunettes et répugnant".

Placé en garde à vue, l’homme a nié tous les faits qui lui étaient reprochés. "Il ne s'agit que de petits jeux voulus par Internet, de part et d'autre. Ces personnes pouvaient à tout moment regarder à qui elles avaient affaire. Je n'ai jamais forcé ni obligé qui que ce soit", avait-il affirmé avant de poursuivre "Un viol c'est quand on force quelqu'un, qu'on l'oblige, qu'on le menace.”

C’était évidemment, mal connaître la loi qui reconnaît que l’usage “d’un stratagème destiné à dissimuler l'identité et les caractéristiques physiques de son auteur pour surprendre le consentement d'une personne et obtenir d'elle un acte de pénétration sexuelle constitue un viol par surprise".

L’homme comparaissait devant la cour criminelle départementale de Montpellier ce 25 octobre. Aujourd’hui âgé de 74 ans, les expertises confirment une "personnalité narcissique et des comportements pervers notables". Le verdict devrait être rendu ce vendredi 29 octobre. 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème