France Dimanche > Actualités > FAITS DIVERS : Une femme ivre mord une cliente d’un bar et lui arrache un bout de chair !

Actualités

FAITS DIVERS : Une femme ivre mord une cliente d’un bar et lui arrache un bout de chair !

Publié le 27 mai 2021

.photos:istock
© iStock -

L’alcool fait parfois des ravages et ce n’est pas Catherine qui dira le contraire... Prise d’un accès de rage, elle a violemment agressé une femme dans un bar du Pertuis avant de s’en prendre aux forces de l’ordre.

C’était pourtant un beau soir d’été dans la commune du Pertuis, charmante commune du Vaucluse. Ce 31 juillet 2019, les clients sont au comptoir de ce bar de village. L’ambiance est au beau fixe, on rit, on boit, on profite de la douceur de vivre.


Catherine, 54 ans, se présente à l’entrée de l'établissement. Visiblement dans un état d’ivresse très avancée, elle se voit refuser l’entrée par le patron. La femme commence alors à vociférer et insulter copieusement le gérant avant de s’approcher d’une cliente témoin de la scène, et qui lui conseillait de ne pas insister pour ne pas envenimer les choses.

Catherine se penche alors vers cette cliente, "comme si elle allait lui faire la bise". Elle lui glisse à l’oreille qu’elle ne l’apprécie pas et insulte vigoureusement son frère décédé un mois plus tôt. Sans crier gare, Catherine lui arrache son collier, lui tire les cheveux et lui mord l’avant-bras au point de lui arracher un morceau de chair.

Demandée sur place en urgence, la gendarmerie tente de maîtriser la femme en état d’ivresse, mais cela était sans compter sur la rage de cette dernière. Outrage et rébellion plus tard, Catherine est interpellée puis placée en garde à vue. C’est à ce moment-là qu’elle révèle être porteuse du VIH. Sa victime recevra un traitement préventif de 6 mois.

Lors de son audition, la victime dit ne pas comprendre les raisons de cette agression extrêmement violente et gratuite. De son côté, Catherine indique que “sa seule défense était de la mordre", et poursuit en expliquant que la femme lui aurait sauté dessus en lui tirant les cheveux et lui tordant le bras.

Jugée ce mardi 25 mai au tribunal d’Avignon, elle maintient ces déclarations. "Une version qui peut s'entendre, mais qui ne colle pas avec celles des témoins présents, et même de la personne qui vous accompagnait", relève le président Lionel Mathieu.

"Oui je n'ai fait que me défendre, car ils m'en veulent même si je ne les connais pas", maintient la prévenue avant de finalement concéder des excuses. Son avocat plaide un grand état de confusion dû à la bipolarité de sa cliente. Une "étincelle" dans un contexte d'alcoolisation massive a déclenché un "mouvement d'humeur" de cette dame vulnérable qui a "ses limites dans le contrôle d'elle-même", argumente-t-il.

Malgré ces explications, Catherine a été condamnée à 6 mois de prison, avec un sursis probatoire de deux ans avec obligation de soin, d'indemniser la victime et interdiction de contact avec la partie civile à qui il est alloué 1500 € pour ses frais de représentation en justice.
 

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème