France Dimanche > Actualités > Famille royale : Les dix secrets des Windsor !

Actualités

Famille royale : Les dix secrets des Windsor !

Publié le 18 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Ils nous fascinent et, parfois, nous exaspèrent. Dans “guerre royale” (éd. Albin michel), l'historien Robert Lacey, révèle les facettes inavouables des têtes couronnées d'Angleterre…

1. Un père absent

Malgré l'image d'un papa attentif et aimant dispensée par le palais envers les sujets de sa Majesté, Charles était peu présent auprès de ses fils, William et Harry, et à peine impliqué dans leur vie quotidienne. À la mort de Diana (1997), le prince a même passé plus de temps à redorer le blason de Camilla qu'à soutenir ses fils dévastés par le chagrin. Lorsque Harry a commencé à avoir des problèmes d'addiction au cannabis, ce n'est pas le prince qui l'a discrètement emmené dans un centre de désintoxication pour lui montrer les souffrances des drogués et provoquer un électrochoc, mais le mentor de son fils, Mark Dyer. Charles n'était d'ailleurs pas au courant de cette démarche…

2. “LE GRINCHEUX” DE BUCKINGHAM

Charles était un véritable tyran avec son personnel auquel il envoyait à tout bout de champ de longs mémos revendicateurs pour des broutilles. Un acharnement tel que ses employés excédés avaient fini par le surnommer « le grincheux » ou « le prince des lamentations ».

3. CAMILLA 007 !

Stuart Higgins, conseiller royal dans les années 80, puis rédacteur en chef du Sun, aurait été tenu informé par l'actuelle duchesse de Cornouailles de l'état du couple princier pendant dix ans ! Celle qui n'a jamais cessé d'occuper la première place dans le cœur de l'héritier du trône aurait donc joué les espionnes ! « À partir de 1982, un an après le mariage de Charles et Diana, la future épouse du prince a fourni infos et potins royaux à l'un des plus grands tabloïds britanniques, en échange de l'assurance que son nom resterait dans l'ombre », écrit Robert Lacey.

4. ERREUR DE STRATÉGIE ROYALE

Charles a immédiatement perçu la force de frappe de Miss Markle. En revanche, le palais n'a pas pris la mesure de sa personnalité entreprenante, libre et, surtout, militante. Selon M. Lacey, les Royals auraient dû la canaliser en lui confiant un véritable projet dès son arrivée dans le clan. La jeune femme qui, dès ses 11 ans, était déjà une fillette volontaire doublée d'une protestataire n'aurait sans doute pas quitté le royaume, emmenant le petit-fils de la reine avec elle…

5. MENTEUSE COMME MARKLE

Dans l'interview « vérité » que les Sussex ont donnée à la journaliste américaine Oprah Winfrey en mars 2021, la duchesse s'est plainte de n'avoir pas été informée de son futur travail au sein de la monarchie et des contraintes du protocole. Faux : Meghan a bénéficié d'une formation très complète, avant même d'épouser Harry, alors que Kate, elle, a dû attendre d'être mariée !

6. “TUNGSTÈNE MEGHAN”

Si les rapports entre le palais et l'ex-actrice américaine au tempérament de feu se sont vite détériorés, Charles, de son côté, éprouvait une grande admiration pour sa nouvelle belle-fille. À son arrivée dans la famille royale, il l'avait surnommée « Tungstène Meghan », un surnom en référence à ce métal « dur, connu pour son exceptionnelle résistance »…

7. “UN GARÇON ? QUELLE HORREUR !”

Le 15 septembre 1984, Diana donne naissance à son deuxième enfant à la maternité Lindo de Londres. Mais la venue au monde de Harry vire au cauchemar lorsque Charles découvre le nouveau-né : « Mon Dieu, c'est un garçon ! » s'écrit le papa dépité. Une déception bientôt suivie du deuxième effet « kiss cool » : « Et en plus il est roux ! » On peut rêver mieux…

8. WILLIAM, SALE GARNEMENT

Selon Robert Lacey, le fils aîné de Charles et Diana était un enfant très turbulent, difficile et agressif. À 3 ans, le petit bout de chou au caractère bien trempé aurait lancé à son père qui conversait avec l'artiste Bob Geldof : « Pourquoi parlez-vous avec ce monsieur, il est tout sale ! » Ce n'est que lorsqu'il a compris qu'il serait roi un jour que cet affreux jojo a appris à jouer la comédie et à dissimuler sa véritable nature.

9. L'HÉRITIER ET LE REMPLAÇANT

En tant qu'aîné, William a longtemps été protecteur avec Harry, particulièrement au moment de la mort de leur mère. Mais à l'adolescence, Wills a pris conscience qu'il serait un jour roi d'Angleterre, alors que Harry, grâce à sa position de deuxième, pouvait en quelque sorte tout se permettre, ce dont il ne s'est d'ailleurs pas privé. Malgré l'amour qu'ils se portent, le mari de Kate reste The Heir, l'héritier, et Harry, The Spare, le remplaçant. Deux positions qui ne manquent pas de générer, de part et d'autre, un certain ressentiment…

10. BOUFFON DU ROI !

En janvier 2005, Harry se rend à l'anniversaire d'un ami, déguisé en nazi. Photographié lors de cette soirée costumée dont le thème discutable était « Colons et indigènes », il fait les choux gras de la presse anglaise. Or, selon Guerre royale, le malheureux jeune homme aurait dû partager la honte avec son frère aîné qui était auprès de lui quand il a choisi sa tenue et l'a même encouragé à le faire. Le rôle de « bouffon du roi », endossé de longue date par le cadet de Charles, a fini par peser sur celui qui s'est éloigné de son clan…

Clara MARGAUX

À découvrir

Sur le même thème