France Dimanche > Actualités > Fanny Leeb : Son bouleversant combat contre le cancer !

Actualités

Fanny Leeb : Son bouleversant combat contre le cancer !

Publié le 2 avril 2019

Atteinte d’une forme agressive de la maladie, Fanny la fille de l’humoriste Michel Leeb se bat avec un courage remarquable.

Elle a participé à la deuxième saison de The Voice, La plus belle voix, sur TF1, en 2013, mais pour hélas s’incliner durant les fameuses battles. Une petite défaite, après avoir brillamment intégré l’équipe de Garou, qui n’a en rien découragé Fanny Leeb de poursuivre son rêve, et de creuser son sillon dans le métier qu’elle a choisi dès son plus jeune âge. Il faut dire qu’avec sa belle voix grave et chaude, sa présence pleine de charme, la fille du célèbre comédien et humoriste a tous les atouts pour réussir dans la chanson.

Mais alors que, pour son plus grand bonheur, elle s’apprêtait, en janvier 2019, à signer un contrat avec le prestigieux label Universal, la douce Fanny a appris une épouvantable nouvelle : « En décembre, j’enregistrais au studio B-Note à Berne, a confié la chanteuse au journal suisse L’illustré. J’étais allée me chercher un peu d’eau chaude pour me faire un thé à la station-service en face. En revenant, la porte étant très lourde, j’ai donné un grand coup. Le gobelet n’avait pas de couvercle. Le liquide bouillant a giclé et m’a brûlée à la hauteur de la poitrine. Les jours suivants, j’y ai fait un peu plus attention. Et c’est en touchant cette zone que j’ai découvert une petite boule. »

L’artiste considère aujourd’hui sa maladresse comme une véritable chance, un mal pour un bien qui l’a rendue consciente de l’importance de prendre soin de sa santé, même lorsqu’on est jeune, comme elle. Considérant, à juste titre, que le malheur n’arrive pas qu’aux autres, Fanny veut montrer l’exemple et lance cet avertissement, toujours dans les colonnes de notre confrère L’illustré : « J’ai envie de dire : “Les filles, palpez vos seins”, sans cela, à la vitesse à laquelle peut progresser un cancer, il est parfois trop tard lorsqu’on le détecte. »

En effet, dans son cas, le diagnostic n’a pas tardé à tomber, implacable : les médecins ont diagnostiqué chez Fanny une forme très agressive du cancer du sein ! Le monde aurait pu s’écrouler pour celle qui n’est encore qu’à l’aube de sa vie professionnelle. Un coup de massue d’autant plus cruel qu’elle ne ressentait aucune douleur et ne présentait alors pas de symptôme. Pourtant, le mal la dévorait déjà : « C’est un cancer dit “triple négatif”, très agressif, a aussi expliqué la ravissante demoiselle. Sa vitesse de prolifération est très rapide. »

La belle brune a tout de suite commencé une chimiothérapie, et s’est soumise, à l’hôpital de Lausanne, en Suisse, où elle réside depuis dix ans, aux longues séances éprouvantes de ces lourds traitements. Un passage obligé que la sœur de Tom et Elsa avoue vivre du mieux qu’elle peut : « Après, on est exténuée. Il y a les nausées très fortes, les effets secondaires. L’acupuncture les atténue. Je mange beaucoup de légumes, peu de sucres. La tête et le corps sont comme séparés. […] Je pleure aussi, c’est un besoin. Il faut savoir lâcher prise. »

Une fois ce traitement terminé, l’artiste n’ignore pas qu’elle devra traverser une nouvelle épreuve : « Il y aura de toute façon de la chirurgie dans mon cas, a-t-elle admis. L’ablation préventive vous épargne un stress. Il est difficile de se séparer d’une partie de soi, surtout chez une femme. En même temps, la chirurgie reconstructrice a fait d’immenses progrès. »

En attendant, Fanny garde sa bonne humeur. En février, elle a dévoilé son crâne lisse sur Instagram, pour dédramatiser sa situation. Et d’expliquer avec une grande simplicité : « Tom a pris la tondeuse et, à ma demande, il m’a rasé la tête. Ma sœur, qui est très féminine, m’a donné des conseils. On a essayé des foulards, un chapeau, des créoles. C’est devenu mon nouveau style. »

La courageuse jeune femme explique que, paradoxalement, le mal dont elle souffre la fait grandir, la rend plus forte.

En attendant sa guérison, elle ne se laisse pas abattre. Entourée de sa famille, de ses proches, de son père – qui l’appelle avec tendresse et humour « son petit crâne d’œuf » ! –, elle surmonte avec courage le satané crabe qui touche tant de femmes dans la fleur de l’âge. À pied d’œuvre malgré sa fatigue, la chanteuse travaille sur un album dont la sortie est prévue en janvier 2020, et qui sera marqué par son combat contre le mal. « Depuis l’âge de 6 ans, j’ai la musique dans le sang, a-t-elle encore confié à notre confrère helvète. Maintenant, c’est la chimio [rires]. La musique est ma drogue, ma thérapie. Elle sera plus forte ! »

Clara MARGAUX

À découvrir