France Dimanche > Actualités > Faustine Bollaert : A bout de nerfs, elle craque !

Actualités

Faustine Bollaert : A bout de nerfs, elle craque !

Publié le 29 janvier 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Faustine Bollaert

Faustine Bollaert n’imaginait pas que son émission “Ça commence aujourd’hui” serait aussi éprouvante.

S’il en est une qui a poursuivi son rêve jusqu’à le faire devenir réalité, c’est bien Faustine Bollaert ! Lorsqu’elle débute sa carrière de journaliste à Télé 7 Jours, elle a 23 ans et une idée bien précise de son avenir : faire carrière à la télévision, comme Anne Sinclair, son modèle. « J’étais une gamine, mais j’ai gardé un souvenir très précis de l’émission 7 sur 7, du rituel du dimanche soir, où l’on s’asseyait, en famille, autour du poste pour la regarder. […] Elle avait ce sourire, ces yeux, qui transperçaient l’écran. Elle était brillante, puissante et féminine », se souvient-elle dans les colonnes du magazine où elle a fait ses armes.  

Le modèle aurait-il dépassé le maître ? À 40 ans, Faustine vient d’être élue par ce même magazine « Femme de l’année » ! Un titre mérité pour un parcours télévisuel sans faute. Chroniqueuse pendant cinq ans dans l’émission Vivement dimanche prochain de Michel Drucker, elle a fait ses débuts comme animatrice sur W9 en 2010 avant de devenir une des chouchoutes de M6, qui lui confie les rênes d’émissions à succès (100 % Mag, Le Meilleur Pâtissier, Rising Star…). En 2017, elle réintègre le service public et prend la direction de Ça commence aujourd’hui, sur France 2, avec le succès que l’on sait… Vous êtes de plus en plus nombreux (environ un million) à suivre ce programme directement inspiré par Toute une histoire de Jean-Luc Delarue. Depuis le 18 octobre, la pétillante brune est également aux manettes de La Boîte à secrets, sur France 3, où elle obtient des résultats surprenants ! Comme lors de cette première, où Marc Lavoine, touché au cœur, a fondu en larmes…

De l’empathie, une écoute bienveillante et un réel intérêt pour autrui, autant de qualités qui ont permis à Faustine d’être aujourd’hui l’une des animatrices les plus appréciées des Français. Mais cette notoriété a un prix ! En effet, si la sympathique quadra a accompli son désir le plus cher, faire des émissions de confidences n’est pas de tout repos. Il faut être solide pour recueillir les témoignages parfois poignants des invités, ne pas trop se laisser envahir par l’émotion quand, au bout du rouleau, quelqu’un s’écroule sur le plateau… Et solide, la maman d’Abbie, 6 ans, et Peter, 4 ans, fruits de ses amours avec l’écrivain Maxime Chattam, ne l’est pas toujours ! Au point qu’elle a décidé de consulter un psy… Une aide précieuse qui ne l’empêche pas de craquer quelquefois, comme elle l’a laissé entendre dans l’interview qu’elle vient d’accorder à Sud Radio : « Il faut avoir une vie personnelle très structurée pour présenter cette émission. Quand il y a un grain de sable dans ma machine personnelle, je n’arrive pas à être disponible pour les gens qui viennent me raconter leur souffrance. » Si elle n’en laisse rien paraître sur le plateau, cette grande professionnelle connaît, comme tout un chacun, des moments de doute et des passages à vide. Elle adore ce qu’elle fait, mais cette vie trépidante, souvent stressante, ne lui laisse guère l’occasion de recharger les batteries. D’autant qu’en plus de ses deux émissions, Faustine présente également chaque matin depuis le 2 septembre Ça commence aujourd’hui, des nouvelles de nos invités…


Heureusement, elle peut compter sur le soutien sans faille de celui qu’elle a épousé en 2012 et qu’elle met parfois à rude épreuve, a-t-elle confié, toujours à Sud Radio : « Mon mari a beaucoup de pression pour que, quand je pars tourner, tout aille bien à la maison. » Véritable papa poule, l’auteur de best-sellers effrayants – on le surnomme le Stephen King français – la régale à son retour des anecdotes qui ont émaillé la journée. Et des histoires, cette famille qui cultive le fantastique comme d’autres des salades (ils vivent entourés de squelettes et de statues de Dracula !) en regorge, comme l’a raconté Faustine dans Gala ! À la naissance d’Abbie, un fan de l’écrivain lui a offert un petit diable en peluche rouge que ce dernier s’est amusé à prénommer Satan. Accro à son doudou, la petite fille oublie un jour de l’emmener à la maternelle. « Un responsable de la garderie m’a appelée, car elle criait au milieu des autres enfants : “Je veux Satan !” Quand on leur a expliqué, ils ont beaucoup ri ! » 

Mais notre Femme de l’année a beau ne manquer ni d’humour ni d’amour, cela ne suffit pas toujours à apaiser ses tourments existentiels. Si elle arbore magnifiquement ses 40 printemps, Faustine commence à appréhender le temps qui passe. Comme elle s’en ouvrait avec franchise à l’un des chroniqueurs de Sud Radio qui lui demandait si elle se faisait parfois courtiser par ses invités : « Je ne sais pas si c’est parce que j’ai un mari connu, mais moi, on ne me drague plus depuis des années ! […] Je me suis fait la réflexion il y a deux jours. Peut-être que je suis trop vieille. Personne ne me drague. » Qu’elle se rassure : sa cote de séduction est toujours au beau fixe ! La preuve, c’est à elle que France 2 a confié la délicate mission d’animer, aux côtés de Sophie Davant et Daphné Bürki, le réveillon du Nouvel An. Une année qu’on lui souhaite sereine et apaisée…

Lili CHABLIS

À découvrir