France Dimanche > Actualités > France Gall : Babacar, où es-tu ?

Actualités

France Gall : Babacar, où es-tu ?

Publié le 17 novembre 2015

  La chanteuse France Gall aimerait savoir ce qu’est devenu le bébé qui lui inspira un de ses plus grands tubes, aux paroles prémonitoires.

Il est des chansons qui comptent plus que les autres pour les artistes, des airs qu’ils garderont toujours dans leur cœur. C’est sans aucun doute le cas de Babacar, un tube écrit par Michel Berger pour sa femme France Gall, qui était sur toutes les lèvres en 1987.

Il raconte l’histoire poignante d’une jeune mère sénégalaise de 18 ans, Fatou, qui a voulu donner son bébé d’un mois à la star française plutôt que de le laisser mourir de faim.

->Voir aussi - France Gall : Elle balance sur Claude François !

Émotion

On imagine l’émotion que France Gall a pu éprouver à l’époque, avant de mettre en musique cette rencontre exceptionnelle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses fans ont eux aussi été bouleversés, car lors d’une rencontre organisée par Le Parisien, près de trente ans après, certains lui ont demandé des nouvelles de l’enfant.

L’on aurait pu penser que les liens si forts qu’elle avait tissés avec cette maman désespérée et sa progéniture auraient résisté à l’épreuve du temps. Ce n’est hélas pas le cas, comme la chanteuse l’a avoué sans ambages dans l’article publié le 5 novembre : « Je ne sais pas ce qu’il fait le chouchou… Il est en vie. »

Une réponse laconique qu’elle a sans doute prononcée avec une pointe d’amertume dans la voix. Car si Babacar, que le couple avait vu pour la première fois en 1986, a aujourd’hui près de 30 ans, ce doit être un véritable crève-cœur pour France Gall de n’avoir aucune nouvelle de celui qu’elle et son mari avaient alors pris sous leurs ailes.

-Voir aussi - France Gall : Elle prépare sa vie dans l'au-delà !

« Avec Michel, on a décidé, plutôt que de prendre cet enfant avec nous, de donner un métier à sa mère qui voulait être couturière, se souvient-elle, toujours dans Le Parisien. On lui a payé ses études. Et une fois qu’elle a obtenu ses diplômes, je lui ai acheté une machine à coudre, donné de l’argent afin qu’elle se procure des tissus, des fils. J’avais installé Babacar et sa mère à Dakar pour que celle-ci puisse étudier. Ensuite, elle a voulu rentrer dans son village et… je ne les ai plus revus. »

C’est dans la capitale sénégalaise, en 1992, que la chanteuse a croisé son chemin pour la dernière fois.

Pour autant, si Babacar est désormais loin de ses yeux, il ne sera jamais loin de son cœur, car il incarne l’amour que France porte au continent africain, elle qui, au milieu des années 80 avait rejoint l’association Chanteurs sans frontières et prêté sa voix, tout comme Michel, à la chanson écrite par Renaud, SOS Éthiopie.

D’ailleurs, sa terre d’adoption reste le Sénégal : elle possède une maison sur l’île de N’Gor et soutient le Samu social de Dakar qui accueille les enfants des rues.

Si France Gall ne saura peut-être jamais où est Babacar, France peut se consoler en se disant que, sans son aide et celle de Michel, le bébé qu’il était n’aurait sans doute pas eu la chance de devenir un homme.

Claude Leblanc

À découvrir