France Dimanche > Actualités > Francis Cabrel : Il pleure son grand frère adoré !

Actualités

Francis Cabrel : Il pleure son grand frère adoré !

Publié le 24 juin 2020

.photos:bestimage

Francis Cabrel partageait avec lui le goût de la musique, des chevaux et une pudeur authentique…

Perdre l'être à qui l'on se confi e, avec qui l'on partage tout ce qui est précieux : la musique, le rock, les bonheurs et les tragédies de la vie… C'est ce qui est arrivé à Francis Cabrel. Et l'on peut imaginer toute la souffrance que cet artiste hypersensible a endurée, avec la disparition de cet homme dont il se sentait si proche.


Ce double, qui comptait tant pour lui, c'est Dick Rivers. Beaucoup l'ignoraient, vu leur pudeur, mais les liens qui les attachaient l'un à l'autre étaient aussi authentiques que solides. « Il était de dix ans mon aîné et je le considérais comme un grand frère », a en effet confi é l'auteur de Sarbacane à notre confrère Le Journal du dimanche.

Ces années de différence, bien loin de les séparer, les rapprochaient. Dick, le grand rocker à la voix d'ombre, disparu en avril de l'an dernier, était devenu le compagnon de route de Cabrel dès les années 80. Cette époque où fl eurissaient les radios libres…

L'une d'elles avait invité plusieurs chanteurs dans un hôtel d'un pays lointain, et les deux hommes s'étaient immédiatement plu. « Ce fut un coup de foudre amical. Nous étions très différents, c'est pour ça qu'on s'attirait », a raconté Francis Cabrel au JDD.

Depuis, ils avaient noué une relation sincère, qui ne s'était jamais démentie. « Il venait à Astaffort, on parlait nature, chevaux, et son érudition musicale me fascinait. Il était un immense chanteur de rock et de country, au-delà de sa caricature de personnage de BD avec la banane », a-t-il encore confi é. Tous deux partageaient aussi le goût de la simplicité.

Et cette profonde amitié s'était matérialisée sur scène en octobre 1990. Le duo avait décidé de se produire ensemble dans de petites salles, pour chanter du rock, du vrai. Une tournée, intitulée Rock'n'Roll Show. Simple et direct.

C'est justement en hommage à son « frère », que Cabrel sort aujourd'hui un album d'un concert enregistré avec lui et fi lmé au Bataclan, ainsi qu'un DVD du spectacle. Dans ce disque, on retrouve un titre que Cabrel avait écrit pour Dick, en 2014, Le Rôle du rock : « Une ville au hasard / N'importe laquelle / Des sonos des routards / Et des décibels / Un tonnerre de guitares / Comme une onde de choc / Et moi dans le rock ». Une chanson que Dick Rivers avait enregistrée en solo chez son complice.

En magnifi que geste d'hommage, Cabrel a ajouté sa voix à celle de son ami disparu, ce qui donne un morceau particulièrement émouvant. Une émotion qui fait du bien parce qu'elle touche le cœur.

Laurence PARIS

À découvrir