France Dimanche > Actualités > Franck Gastambide : Une sacrée revanche !

Actualités

Franck Gastambide : Une sacrée revanche !

Publié le 5 mai 2018

L’acteur et réalisateur de “Taxi 5” est de plus en plus en vue. Mais Franck Gastambide revient de très loin !

Il a ce qu’on appelle « une gueule », de celles que l’on n’oublie pas !

Barbe de trois jours encadrant un visage volontaire, regard de braise et crâne aussi lisse que les fesses d’un bébé : Franck Gastambide revient dans le cinquième volet de Taxi, film dont il est la vedette et qu’il a réalisé, tout comme Les kaïra, énorme succès de l’année 2012, et Pattaya, en 2016.

L’acteur est devenu, en très peu de temps et à juste titre, une valeur sûre du septième art.

Il peut même se vanter d’avoir plusieurs cordes à son arc, puisqu’il a également conçu et réalisé, entre 2009 et 2011, les campagnes de publicité de Pepsi, dans lesquelles ce touche-à‑tout a notamment dirigé Éric Cantona !

Un parcours exceptionnel pour ce natif de Seine-et-Marne, qui avoue lui-même qu’à l’adolescence, il ne nourrissait comme seules ambitions que de travailler non loin de son village, à quelques kilomètres de Melun, dans un centre commercial ou dans une administration !

Avouez qu’il eût été dommage de gâcher un tel talent en l’installant derrière un guichet ou dans les linéaires d’une grande surface…

Mais il faut croire que le comédien a eu de la chance, ou qu’un ange gardien veillait sur lui !

En tout cas, pour notre plus grand plaisir, cette protection – divine ou non – lui a permis de découvrir sa vocation !

“Imbécile”

A en croire le réalisateur de la ministre de Canal +, Kaïra shopping (une sorte de téléachat décalé version cité), il était assez mal parti dans la vie.

Comme il vient de le confier dans Gala : « C’est une véritable revanche. La plus importante, probablement. Je n’oublie pas que j’étais un gamin dyslexique qui faisait trois fautes par mot. J’étais le dernier de la classe. »

Ce trouble de l’apprentissage qui touche de nombreux enfants n’a hélas, dans son cas, été découvert que très tardivement, puisqu’il avait déjà fêté ses 13 ans, et lui a valu de subir une scolarité traumatisante : « Pendant longtemps, j’étais convaincu d’être un imbécile, a encore confié Franck. Le plus dur à vivre ? La déception dans les yeux de mes parents : ils avaient même honte d’aller aux réunions parents-professeurs. »

Le malheureux a donc connu l’enfer pendant de longues années avant que l’on ne réalise qu’il n’était tout simplement pas adapté au système scolaire conventionnel. Mais le mal était fait : « D’ailleurs, aujourd’hui, je ne connais toujours pas l’alphabet ni les tables de multiplication », avoue-t-il.

D’autres que lui, plus faibles, plus fragiles, moins entourés peut-être, auraient pu sombrer dans la dépression ou se résigner à suivre une voie sans issue.

Comment est-il parvenu à trouver la sienne ?

C’est son amour pour les animaux qui l’a sauvé d’une vie qui ne lui convenait pas, en le poussant à exercer le métier de comédien.

« Avec eux, je n’avais pas besoin de connaître mes tables par cœur pour pouvoir communiquer, a encore expliqué l’homme de cinéma. C’est devenu une vraie passion. J’ai compris que ma dyslexie permettait à mon cerveau de se développer sur un mode autodidacte. »

Conte de fées

Cet amour inconditionnel pour les bêtes l’a amené à côtoyer et à vouloir dresser, avec succès, des chiens réputés « dangereux », tels les rottweilers ou les pitbulls.

« Progressivement, on m’a proposé de faire des films avec eux, a encore raconté le comédien. Je suis donc arrivé sur les plateaux de tournage, et d’autres envies ont vu le jour. »

En effet, à peine âgé de 20 ans, il est contacté pour participer avec ses chiens au tournage des Rivières pourpres, un polar de Mathieu Kassovitz, avec Jean Reno et Vincent Cassel.

C’est à cette occasion qu’il se lie d’amitié avec le réalisateur de La haine, qui le présentera aux créateurs du collectif de jeunes cinéastes Kourtrajmé Productions.

Avec eux, le comédien fera ses premières armes et participera à plusieurs courts-métrages, ainsi qu’à des clips de hip-hop.

La suite, on la connaît. Elle a tout du conte de fées !

A 39 ans, Franck Gastambide est l’un des rares acteurs français à pouvoir se targuer de réussir devant comme derrière la caméra et dans l’écriture de scénarios.

Il aurait même trouvé l’amour en la personne de la ravissante actrice Sabrina Ouazani, également à l’affiche de Taxi 5.

Un destin exemplaire qui devrait donner de l’espoir à tous ceux qui entretiennent des rapports difficiles avec l’école et qui n’osent rêver d’un avenir radieux…

Clara MARGAUX

À découvrir