France Dimanche > Actualités > François Berléand : Un vrai panier percé !

Actualités

François Berléand : Un vrai panier percé !

Publié le 13 février 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Malgré des cachets conséquents, l’acteur François Berléand, dépensier et généreux, n’a pas réussi à mettre un euro de côté…

A lors que la plupart des acteurs français restent discrets sur leur salaire, François Berléand est l’un des seuls à dévoiler en toute transparence combien lui rapporte le cinéma. Et le 13 janvier, dans l’émission L’Instant de Luxe sur Non Stop People, il ne s’est une nouvelle fois pas dérobé.


Face à Jordan De Luxe, il n’a pas hésité à révéler en toute franchise le plus gros cachet qu’il a perçu au cours de sa carrière. « C’était 20 000 euros par jour. C’était en 2002 ou 2003 pour Le Transporteur 2, une production américaine. J’ai eu cinq jours de tournage. C’était colossal », a-t-il avoué très cash.

En France, sans engranger autant d’argent, le mari d’Alexia Stresi s’en sort plutôt bien. « Ici, un comédien, ça peut toucher 500 euros par jour et jusqu’à 10 000 euros. Moi, je suis entre 3 000 et 10 000. C’est le maximum, surtout en ce moment », a-t-il confi é. Avec ces coquettes sommes qui alimentent régulièrement son compte en banque, on pourrait croire l’acteur de 68 ans à l’abri du besoin. Eh bien, pas du tout ! Comme il dépense sans compter, il n’a rien mis de côté et, malgré ses revenus faramineux, il rencontre d’énormes diffi cultés fi nancières.

Heureusement, grâce à sa notoriété, sa banque ferme les yeux quand il est dans le rouge, comme c’est le cas actuellement. « Depuis que je suis connu, dès qu’on m’autorise un découvert, j’en ai un », a-t-il déclaré. Mais si François Berléand est un authentique panier percé, c’est aussi pour dépanner les autres. Extrêmement généreux avec ses proches, il ne leur refuse rien. « Si mes copains sont dans l’embarras, je les aide. Comme me disait ma mère : “Ne prête jamais d’argent, donne-le !” Donc voilà », avoue-t-il. Quant à son fi ls, Martin, et à ses trois filles, Fanny, Adèle et Lucie, il a tenu à leur assurer un logement, offrant à chacun un toit qu’on imagine confortable. « J’ai quatre enfants et j’ai voulu que chacun d’eux ait son appartement. Mes deux plus grands en ont un dans lequel ils vivent. Pour mes deux jumelles de 12 ans, je suis en train de payer les intérêts. Je suis à découvert perpétuellement. C’est la vie ! » a-t-il conclu, résigné.

Panade Depuis la crise sanitaire à l’origine de la fermeture des lieux de culture, il avoue être encore un peu plus dans la panade. « Je ne travaille plus depuis un an, c’est diffi cile pour tout le monde, mais c’est aussi diffi cile pour les comédiens. » Espérons néanmoins qu’il renfloue vite ses caisses car, à trop tirer sur la ficelle, tout François Berléand qu’il est, son banquier pourrait fi nir par se fâcher… 

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème