France Dimanche > Actualités > François Hollande : Un nouveau coup de poignard !

Actualités

François Hollande : Un nouveau coup de poignard !

Publié le 9 janvier 2015

Le président François Hollande est� consterné par une nouvelle initiative de Valérie Trierweiler qui vient assombrir un début d’année plutôt prometteur.

Lundi 5 janvier, un peu après 9 heures, en sortant de la longue interview donnée au micro de Patrick Cohen sur France Inter, François Hollande avait le sourire aux lèvres. En deux heures, il avait enfin retrouvé sa stature d’homme d’État, loin du personnage « people » qui le poursuivait depuis plusieurs mois. Mais, dans l’après-midi, soudainement, les mauvais souvenirs du mois de septembre sont remontés à la surface. Le livre à scandale de son ex-compagne, Valérie Trierweiler, allait bientôt devenir un film, qui sortirait en 2017 !

C’est ce que la confidente de la journaliste de Paris Match, la comédienne Saïda Jawad, a déclaré à Gala, expliquant qu’elle allait le produire ! Elle qui, depuis trois ans, est l’amie chère de Valérie, qui a vécu avec elle les derniers mois de sa liaison, et connaît, mieux que quiconque, les effets dévastateurs de cette rupture… Cette déclaration a tout de suite suscité de très vives réactions du côté de l’Élysée.

« Le cauchemar continue… », a commenté un des proches de François Hollande, comme l’a rapporté Le Parisien. « Je suis tombé de ma chaise », « Elle ne va pas le lâcher… », « Il va encore passer pour le salaud, pour le menteur », ont déclaré des collaborateurs du président de la République. Et si certains membres de l’entourage de François Hollande affirment qu’il a « un moral d’acier, une résistance absolue », d’autres reconnaissent que ce projet a tout d’une nouvelle provocation !

François Hollande fait une allocution © firstpost.com
François Hollande fait une allocution © firstpost.com

Anniversaire

D’autant que cette annonce intervient un an après la révélation fracassante de la relation du président François Hollande avec Julie Gayet ! C’est en effet le 10 janvier 2014 que Closer avait divulgué la liaison amoureuse entre la comédienne et le chef de l’État, mettant ce dernier dans une position délicate. Le locataire de l’Élysée se serait bien passé d’un tel anniversaire !

Ironie du sort : comme sa compagne Valérie Trierweiler, qui avait découvert dans les journaux, après neuf ans d’une belle histoire d’amour, qu’elle n’était plus la première dame dans le cœur de son amant, c’est par la presse qu’il a eu vent de la mauvaise nouvelle. On peut donc imaginer le malaise ressenti par le président en apprenant qu’il allait se voir incarné par un comédien au cinéma !

Mais c’est aussi à cause de la violence qu’elle a ressentie en se sentant trahie, comme elle n’a cessé de le montrer dans son livre, que Valérie Trierweiler s’est décidée à raconter son histoire. L’histoire d’une femme incomprise puis bafouée, parfois perçue comme vengeresse, n’hésitant pas à déballer son linge sale en public, trempant tour à tour sa plume dans la souffrance puis la haine.

C’est peut-être cela qui motive aujourd’hui Saïda Jawad à vouloir mettre des images sur les mots de son amie. C’est en tout cas ce que l’on peut conclure des propos de la comédienne dans le magazine Gala. « Avec ce livre, Valérie incarne la lutte d’une femme qui crie sa vérité », analyse-t-elle. Une vérité qui est loin d’être mise en images, comme le confie l’agent Dominique Besnehard : « J’ai beaucoup d’affection pour Saïda… Mais elle devra se battre pour trouver l’argent. »

Cette vérité, c’est aussi le combat de Saïda. Après onze ans de vie commune, elle vient de se séparer du comédien Gérard Jugnot. Et la jeune femme a été d­ésagréablement surprise des déclarations qu’il a faites à propos de cette rupture, l’associant un peu trop à l’éclatement du couple présidentiel. « Je lui ai demandé de remettre les pendules à l’heure », a-t-elle expliqué dans Gala.

L’acteur n’a d’ailleurs pas tardé à éclaircir les choses : « Nous nous sommes séparés parce que nous étions arrivés au bout d’une belle histoire, a-t-il déclaré dans les colonnes du Figaro. Et c’est la vie. D’ailleurs, c’est elle qui est partie et je n’ai pas de honte à le dire. »

Ainsi, même si leurs histoires sentimentales ne sont pas semblables, elles se sont toutes deux soldées par un échec, face à des hommes mus par un puissant besoin professionnel. Grâce à ce lien secret, une complicité forte est née entre elles. En témoigne la dédicace qu’a faite Valérie pour l’exemplaire du livre destiné à son amie : « Pour ma Saïda, qui a inventé une nouvelle catégorie à mi-chemin entre la véritable amie et la sœur. »

De Valérie, la comédienne dit aimer « sa sincérité, sa force, sa sensibilité ». Elle ajoute aussi qu’elle trouve injuste la façon dont elle est traitée depuis la parution de son récit. C’est donc animées par une volonté commune de vérité qu’elles se sont retrouvées avec le désir de porter cette histoire au cinéma.

Le président François Hollande lors d'une interview © spravy.pradva.sk
Le président François Hollande lors d'une interview © spravy.pradva.sk

Pour l’entourage du président, cette « volonté de vérité » est surtout animée par une soif de vengeance, d’argent et de reconnaissance. L’encre de Merci pour ce moment n’a-t-elle pas déjà terni pour longtemps l’image de la présidence ? Eh bien non ! Car lorsqu’on lit un ouvrage, l’imagination arrange les choses à sa manière. Et l’on peut toujours se dire que l’auteur a pris quelques libertés avec son expérience, interprété les faits.

Les images, elles, semblent réelles. D’où la grande difficulté de faire des films racontant des histoires vraies. Plus encore lorsque le « héros » est vivant et gouverne un pays… D’autant que Valérie Trierweiler pourrait faire de nouvelles révélations, comme l’a affirmé Saïda Jawad dans Gala : « Je vous garantis que l’on découvrira de nouvelles choses ! » De quoi inquiéter davantage François Hollande.

Côté casting, Isabelle Adjani, bien qu’elle ait soutenu la journaliste de Paris Match, a déjà annoncé qu’elle refuserait le rôle. Patrick Braoudé, qui avait déjà joué François Hollande dans La dernière campagne, de Bernard Stora, a lui aussi décliné d’avance la proposition.

Pour revenir sur les souffrances qu’engendre toute rupture, Valérie Trierweiler affirmait dans Closer, fin décembre, qu’il était « difficile de clore le chapitre quand vous voyez la personne concernée chaque soir à la télé ». En autorisant Saïda Jawad à mettre en scène son histoire, l’ex-première dame s’interdit de faire le deuil d’un amour, symbole, pour elle, de tant de souffrances…

Laurence Paris

À découvrir