Françoise Hardy : Elle a fait son choix entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron !

Publié le 20 avril 2022

.photos:guillaume-gaffiot/bestimage

Dans un texte publié par Le Figaro mardi 19 avril 2022, la chanteuse Françoise Hardy a fait savoir qu'elle comptait donner une nouvelle fois son vote à Emmanuel Macron.

À quelques heures du débat de l’entre deux tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ce mercredi 20 avril 2022 à 21 heures, la plupart des Français ont déjà fait leur choix ! La preuve, la chanteuse Françoise Hardy sait déjà quel bulletin elle placera dans l’urne dimanche prochain !


Dans un texte publié par Le Figaro ce mardi 19 avril, la célèbre interprète de « J’ai jeté mon coeur » a fait savoir que son choix se porterait vers le président de la République sortant, tout comme il y a cinq ans…

« J'ai voté Emmanuel Macron en 2017, parce qu'il se situait au-dessus des idéologies de droite et de gauche et que les idéologies déconnectent de réalités importantes - économiques en particulier », a déclaré l’artiste.

« Notre actuel président se montre d'un courage exemplaire en se présentant à nouveau, alors qu'il est bien placé pour savoir qu'un deuxième quinquennat sera encore plus éprouvant que le précédent. Contrairement à ce que j'entends, il a fait beaucoup de choses dans un contexte on ne peut plus difficile », a estimé François Hardy.

« N’ayant jamais apprécié les extrémistes qui occultent tout ce qui ne va pas dans leur sens, je revoterai donc pour Emmanuel Macron le 24 avril parce que j'ai toujours perçu chez lui une empathie allant de pair avec de l'intégrité ainsi qu'avec une intelligence qui se traduit entre autres par une vision aussi réaliste que globale du monde et de notre pays dans le monde », a finalement conclu l’ex de Jacques Dutronc, très élogieuse à l’égard d’Emmanuel Macron.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que la chanteuse mythique apporte son soutien à l’époux de Brigitte Macron. Il y a quelques mois, après avoir dit qu’il souhaitait « emmerder les Français non-vaccinés », le chef d’État avait pu compter sur le soutien de la septuagénaire.

« Constater que des gens gravement malades d’un cancer, du cœur ou autres ne peuvent subir l'opération prévue pour les soigner, parce que les non-vaccinés ont envahi l'hôpital… Il y a là de quoi perdre patience », avait-elle déclaré, visiblement très complaisante avec le président de la République…

Lisa Ziane

À découvrir