France Dimanche > Actualités > Françoise Hardy : "J'ai écrit mon testament !"

Actualités

Françoise Hardy : "J'ai écrit mon testament !"

Publié le 17 juillet 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

A 77 ans, Françoise Hardy a pris ses dispositions afin que son fils Thomas ne manque de rien lorsqu'elle ne sera plus là…

Atteinte d'une tumeur du cavum diagnostiquée en 2018, la chanteuse de 77 ans, très affaiblie, vit un véritable enfer. Entre les hémorragies nasales qui l'assaillent sans crier gare, sa difficulté à déglutir et sa surdité d'une oreille, ses jours et ses nuits ne sont plus faits que d'une succession de moments de douleur, au point qu'elle réclame le droit de mourir dans la dignité. « Je suis partisane de l'euthanasie […] Quand je n'arriverai plus à m'assumer, autrement dit quand mes souffrances quotidiennes deviendront encore plus handicapantes et insupportables, j'aurai sûrement envie de mourir », confiait-elle en mai à L'Obs.


Sentant sa fin prochaine, Françoise, qui doit aussi subir les effets secondaires de ses multiples séances de radiothérapie et d'immunothérapie imposés par ce redoutable cancer du pharynx, a décidé de se montrer prévoyante.

« Avec l'aide de mon notaire, j'ai rédigé mon testament il y a quelques années. J'espère laisser à Thomas de quoi payer les frais de succession exorbitants qui lui seront réclamés, ainsi que les charges qu'un studio et un appartement où habitent de très proches amis lui coûteront », a-t-elle confié à Gala. « Je suis obligée de vivre au présent. Penser que je vais devoir quitter tôt ou tard les êtres que j'aime le plus au monde, imaginer leur peine, cela me fait pleurer. J'évite autant que possible », a poursuivi l'ancienne compagne de Jacques Dutronc.

Mais, aux portes de la mort, c'est encore pour lui qu'elle tremble. « Jacques a eu un sérieux problème fin 2020 et il a dû subir une opération chirurgicale importante. Nous étions très inquiets. Nous sommes toujours inquiets l'un pour l'autre », raconte-t-elle encore. La maman de Thomas n'envisage d'ailleurs pas de rendre l'âme avant le père de son fils adoré malgré le fait qu'ils ne vivent plus sous le même toi depuis bien longtemps. « Il sait que je ne voudrais surtout pas mourir après lui, car je ne supporterais pas qu'il disparaisse », assure-t-elle.

L'auteure et interprète de Tous les garçons et les filles est ensuite revenue sur cette passion destructrice qu'elle aura vouée tout au long de son existence à celui qu'elle avait épousé en 1981 : « Jacques aura été l'homme de ma vie », martèle-elle. Mais la cohabitation avec cet éternel séducteur épris de liberté se révélera difficile.

Malgré leur séparation survenue il y a trente ans, celui qui chantait J'aime les filles semble partager le même point de vue que sa muse : « On m'a rapporté que lorsque j'étais aux portes de la mort en 2015, il a dit que j'étais la femme de sa vie. Il est en tout cas celui avec qui j'ai passé mes plus belles années, et ce que j'ai ressenti pour lui, vécu avec lui, m'a inspiré à peu près 75 % de mes textes », affirme l'ex-icône du mouvement yé-yé.

« Avec Jacques, nous nous écrivons au moins un petit mot par jour », précise-t-elle. Des messages personnels qui lui permettent de tenir le coup, comme cette vieille photo qui trône dans sa chambre où Jacques serre contre lui Thomas quand il n'était encore qu'un petit garçon. « Je la vois depuis mon lit, et elle me fait du bien », souffle-telle. L'amour fou, jusqu'à la fin…

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème