France Dimanche > Actualités > Frank Michael : Une si terrible agonie !

Actualités

Frank Michael : Une si terrible agonie !

Publié le 6 février 2015

Impuissant, Frank Michael assiste au déclin de la femme qu’il a le plus aimée au monde. Pour se consacrer pleinement à elle, il a même failli, il y a quelque temps, mettre sa carrière entre parenthèses !

Il lui a dédié quelques-uns de ses plus grands tubes, comme Mama ou Pour toutes les mamans. Des chansons qu’aujourd’hui Frank Michael avoue être incapable d’interpréter ­tellement cela lui est douloureux ! Car cette Mama, si chère à son cœur est à l’heure qu’il est pour lui une source d’angoisses et de chagrin. Le simple fait de la voir suffit à plonger l’artiste dans une détresse immense.

Comme nous l’avions évoqué dans nos précédents articles consacrés au chanteur, Anna, sa mère adorée, est depuis plusieurs années atteinte de la maladie d’Alzheimer. Un fléau qui touche 900.000 personnes en France, et contre lequel il n’existe à ce jour aucun traitement efficace. Tout au plus peut-on en retarder l’évolution, jusqu’à un certain stade, qu’Anna malheureusement, a dépassé. Comme Frank vient de le révéler au magazine Nous Deux : « En un an demi, son état s’est considérablement aggravé, au point qu’aujourd’hui, elle ne reconnaît plus personne. C’est atroce. »

Quoi de plus insupportable en effet que d’être perçu comme un étranger par celle qui vous a donné la vie et aimé ? Quoi de plus terrible pour un fils que d’avoir à faire ce constat cruel : « Elle n’est plus consciente de rien. C’est une plante. »

Certes le crooner sait qu’il a, malgré tout, la chance que sa maman de 92 ans soit encore en vie. En 2011, Frank Michael nous avait confié : « Si l’on pouvait me la laisser encore deux ou trois ans, ce serait magnifique. » Mais ce que le destin a accordé d’une main à Frank, il le lui a repris de l’autre, le rendant témoin de cette « lente agonie », de cette « mort avant la mort » qu’est Alzheimer.

Néanmoins, malgré sa peine, ce fils modèle avoue qu’il a beau se préparer chaque jour à la disparition d’Anna, il ne parvient toujours pas à l’accepter : « Je tente d’imaginer son absence, mais cela m’est encore plus insupportable que sa maladie. Il me semble impossible qu’un jour elle ne soit plus là. »

Aussi, en attendant ce funeste moment, Frank  Michael fait-il tout pour que le temps qu’il reste à sa pauvre maman dans ce monde, soit le plus doux, le plus heureux possible.

Mémoire

D’abord en la gardant près de lui, en Belgique, puisque leurs deux maisons sont voisines. Pas question en effet d’envoyer Anna dans un institut spécialisé où, comme il l’a confié, toujours à Nous Deux : « On ne sait jamais comment les patients sont traités. » Chez elle, dans un environnement familier, même si elle ne le reconnaît plus, Mme Gabelli est entourée de quatre ­personnes veillant sur elle nuit et jour.

Frank Michael disque 2A‑t‑elle conscience de ce que son fils fait pour elle ? Toujours est-il que, contrairement à de ­nombreuses victimes de l’Alzheimer, Anna se montre douce et docile : « C’est une patiente en or. [...] Elle est toujours mignonne, ne dérange personne, elle ne bouge pas et se laisse faire. »

Et bien sûr, Frank Michael la visite dès qu’il le peut. Il y a quelque temps, il était si déprimé de voir sa mère atteinte à ce point qu’il a songé à mettre sa carrière entre parenthèses pour se consacrer pleinement à elle. L’artiste en a été dissuadé par son médecin, comme il l’a expliqué à notre confrère : « Il m’a dit que mon état empirerait si je restais chez moi. » Le chanteur pouvait-il mieux, en continuant à monter sur scène, honorer la mémoire d’Anna, elle qui a toujours été tellement fière de son parcours ?

Et puis, dans cette épreuve si douloureuse, il sait qu’il peut se reposer sur les siens. Cri-Cri, sa compagne depuis onze ans, mais aussi Sandra, sa fille, et Michel, son gendre, qui habitent, eux aussi, une maison voisine. Et quand le crooner a le moral à zéro, ce sont Marine, sa petite-fille de 17 ans, et son petit-fils de 11 ans qui le requinquent : « Ils viennent me voir chanter […] Ils me redonnent du courage. »

Frank Michael peut également compter sur son public. Des fans qui savent que l’amour n’a pas seulement inspiré les chansons de leur idole : il a aussi guidé toute sa vie.

Lili Chablis

À découvrir