France Dimanche > Actualités > Frédéric François : Il endure un calvaire !

Actualités

Frédéric François : Il endure un calvaire !

Publié le 16 mai 2019

Frédéric François ne parvient pas à surmonter le mal qui le rongedepuis un an et demi.

Il suffit de parcourir sa discographie et de se plonger dans sa longue carrière pour s’apercevoir que cet homme-là ne peut pas vivre sans chanter ! Une passion, une mission même, qui s’est emparée de Frédéric François dès son plus jeune âge, grâce à son cher papa qui ne se privait pas de pousser, lui aussi, la chansonnette et s’était mis en tête de faire de son rejeton une star… 

Depuis cette première fois, au Passage à niveau, un café de Tilleur, en Belgique, fréquenté par des Siciliens, où, à tout juste 10 ans, il a interprété en public O sole mio, le beau brun n’a plus cessé de faire entendre sa voix chaude et mélodieuse sur scène et en microsillons…

Mais cette voix, justement, celle qui lui vaut d’être le troisième chanteur belge le plus populaire après Salvatore Adamo et Jacques Brel, avec 40 millions d’albums vendus et 85 disques d’or, lui joue depuis l’an dernier de bien mauvais tours. 


Souvenez-vous, en décembre 2017, nous vous en avions parlé, celui qui, en 1972, clamait Laisse-moi vivre ma vie avait dû se résoudre à reporter une partie de sa tournée à cause d’une toux chronique qui le faisait terriblement souffrir : « Mon corps a tiré la sonnette d’alarme ! » nous avait confié le crooner dans une grande détresse. 

Une malédiction pour celui qui se réjouissait alors des deux merveilleuses années qu’il venait de passer après la sortie de son album, Les femmes sont la lumière du monde, et de l’incroyable succès du titre à tous ceux qu’on aime, une chanson qui avait recueilli plus de 2 millions de vues sur YouTube ! Sans parler de la remise d’un disque d’or et, dans la foulée, de son élévation au rang de chevalier des Arts et Lettres dont il avait, à juste titre, été très fier. Était-ce l’épuisement dû à de longs mois passés en studio et sur scène qui avait fini par affaiblir lentement mais sûrement son organisme ?

Et de quelle maladie était donc atteint le malheureux artiste ? Lorsque nous l’avions interrogé, il nous avait expliqué que tout avait commencé avec une simple toux persistante qui avait fini par inquiéter son entourage. Quelle en était la cause ? Pourquoi ne se résorbait-elle pas d’elle-même ? Frédéric, dont les symptômes s’aggravaient, atteignant peu à peu sa capacité à assurer ses concerts, avait alors décidé de subir une batterie d’examens afin de déterminer la provenance de cette gêne et de pouvoir enfin en guérir. « Il ne s’agit pas d’un germe mais d’une bactérie, que j’ai attrapée à la suite d’une bronchite mal soignée, nous avait aussi expliqué le chantre de la chanson d’amour. C’est une prise de sang très ciblée qui a révélé que j’étais atteint d’une Chlamydophila pneumoniae [bactérie pouvant provoquer des pneumonies, ndlr] ».

Mais au bout du compte, hélas, après avoir débusqué la coupable à l’effrayant nom latin, les médecins étaient restés, eux aussi, sans voix ! Car après avoir effectué ces tests sanguins et un bilan respiratoire complet, les résultats étaient tombés : leur patient semblait malgré tout en parfaite santé. Le conseil de la faculté, d’une simplicité confondante : du repos, et encore du repos ! Pour quelqu’un qui ne vit que pour son art et ne vibre que pour son public, vous avouerez qu’il y avait de quoi déprimer…

Pourtant, le chanteur avait fait contre mauvaise fortune bon cœur et docilement suivi les ordres du docteur, persuadé que la fatigue était la grande responsable de son malheur. « J’ai dû annuler beaucoup de concerts l’année dernière mais j’ai continué à prendre soin de moi pour être en superforme quand je vais revenir au Grand Rex, à Paris, le 12 octobre, et à Forest National le 26 », a en effet récemment confié le chanteur belgo-italien de 68 ans, dans le quotidien belge La Dernière heure. Et d’ajouter : « C’est une sinusite chronique qui affecte ma gorge. Tout le monde trouvait que j’allais bien. Personne ne trouvait rien, on pensait que j’étais un malade imaginaire ! Je ne pouvais pas l’être puisque dès que je pousse la chansonnette, j’ai un problème d’inflammation aux cordes vocales. Je me soigne et la voix revient. »

Hélas, si le chanteur a effectivement pris le temps de se reposer, et surtout de défatiguer son précieux organe, nous venons d’apprendre que son état de santé est loin de s’être amélioré. Toujours très affecté par cette méchante inflammation des sinus, Francesco Barracato, de son vrai nom sicilien, reste très handicapé par les symptômes de ce mal mystérieux dont il n’arrive pas à se débarrasser.

Le nez constamment congestionné, une sensation perpétuelle de gêne, les cordes vocales enflammées, de graves difficultés pour déglutir normalement, autant de soucis physiques qui continuent de le fatiguer terriblement, même si, par chance, ils ne l’empêchent pas encore de faire ce qu’il aime le plus au monde : chanter.

Une chose est sûre, tandis que Juste un peu d’amour, son dernier album, sorti en mars de cette année, est déjà un énorme succès, espérons que ­l’Italien à la voix d’or continuera longtemps à nous susurrer tout en douceur Merci la vie…

Clara MARGAUX

À découvrir